Le programme de développement international – France, Allemagne, Espagne – du Système de combat aérien du futur (SCAF) avance avec une nouvelle phase d’accord obtenue, le 5 mai, entre les trois coopérants concernés : Dassault Aviation, Airbus et Indra.

Faisant suite à des négociations difficiles, Dassault et Airbus ont enfin résolu leurs profondes divergences initiales. Dassault reste le maître d’œuvre du développement du démonstrateur mais, à la demande insistante d’Airbus, l’entreprise tricolore a consenti à partager davantage de tâches industrielles avec le partenaire d’outre-Rhin. Cependant, tout n’est pas encore réglé en dépit de l’urgence d’un accord complet à soumettre aux États d’ici juin, nécessité liée à l’échéance électorale de septembre en RFA.

En effet, et à juste titre, la question des droits de propriété intellectuelle est primordiale. Ne pas laisser échapper ou divulguer des savoir-faire et des technologies de pointe vers la concurrence est, à l’évidence, essentiel ! Dassault, en particulier, est très vigilant pour que sa compétence en matière de développement d’avions de combat ne profite pas à ses partenaires et sous-traitants et serve d’éventuels programmes concurrents…

Dans ce but, les coopérants vont établir une liste des droits qui devraient être ouverts. Le sujet est complexe, mais il semble être, à l’instant, le feu vert indispensable, sinon ultime, au décollage réel du projet… Le (les) prototype devrait voir le jour en 2026/27 pour qu’en 2040, les unités opérationnelles conquièrent le ciel !

La saga SCAF sera longue qui pourrait réserver encore bien des surprises aux « spotters », ces observateurs passionnés d’avions. Durant ces vingt ans, le , né d’une tentative précédente de coopération internationale avortée, pourra assurer dans de nombreux pays extra-européens les missions dont il est, d’expérience, reconnu particulièrement capable.

Mais si l’on souhaite enfin l’avènement d’une véritable unité et de la cohérence dans la européenne, il est à espérer que le SCAF ne connaisse pas la même (in)fortune solitaire…

12 mai 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

3.7 3 votes
Votre avis ?
21 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires