Des esprits malveillants reprochent au gouvernement sa mollesse durant les émeutes qui ont frappé le pays du 27 juin au 3 juillet. Pour les faire taire, récapitulons l'action étatique durant ces journées enflammées.

Dès le deuxième soir, Emmanuel Macron se rend de toute urgence auprès de son conseiller Elton John. Durant deux bonnes heures, le Président écoute l'analyse du spécialiste. À ses côtés, son épouse prend des notes. L'homme n'y va pas par quatre chemins. « Rocket Man », leur lance-t-il depuis son bureau situé sur la scène de l'Accor Arena. La stratégie suggérée est radicale. Contacté par téléphone, Gérald Darmanin refuse d'envisager cette extrémité. Le lendemain, l'Élysée réquisitionne Mylène Farmer. Ses concerts au Stade de France sont annulés. La pression exercée sur les émeutiers devient intenable. S'ils continuent, elle ne reviendra plus jamais à Saint-Denis. Fini, terminé. Les habitants auront Mireille Mathieu tous les soirs. Devant la menace, quelques éléments perturbateurs perdent la ferveur de la première nuit.

Malgré ces moyens mis en place, les pillages redoublent d'intensité. Plus une minute à perdre. Le 29 juin au matin, la secrétaire d'État à la Citoyenneté, Sonia Backès, boucle ses valises et part avec ses enfants pour un week-end de quatre jours dans le sud de la France, au bord de la mer. Ne nous fions pas aux apparences. Un QG de crise est installé sur la plage. La violence avec laquelle la secrétaire d'État plante son parasol témoigne de sa détermination. Arrivé trop tard sur les lieux, BFM manque de peu cet instant où tout peut basculer. L'explication de ce séjour en plein bouleversement national est livrée au magazine Le Point : « J'ai demandé au ministre quelle pouvait être ma participation… Il m'a dit qu'il me solliciterait… » Température de l'eau, vitesse du vent, le ministre se tient informé heure par heure de la situation. Un dérèglement météorologique peut survenir et contraindre les pilleurs à rentrer chez leurs parents. Épuisée par ces bulletins météo incessants, Sonia Backès rentre à Paris pour un rapport complet.

Un ponte du ministère de l'Intérieur précise au Point la fonction de l'envoyée spéciale sur le front de mer. « De toute façon, elle n'est là qu'un mois sur deux… » Adepte de la citoyenneté à temps partiel, Sonia Backès s'envole donc un mois sur deux pour la Nouvelle-Calédonie, où elle est présidente de la province Sud. Environ 200.000 kilomètres par an effectués dans le plus grand respect pour la planète bobo. Le destin voulut que les émeutes tombent au moment où elle était sur une plage de la métropole. Être au bon endroit au bon moment est la prémonition qui préside aux déplacements du macronien.

Pas à un cumul des mandats près, Sonia Barkès a annoncé sa candidature aux sénatoriales de septembre. Annonce faite au lendemain de la démission du préfet Gravel, responsable du fameux fonds Marianne qui relevait de l'autorité de la secrétaire d'État à la Citoyenneté. Il est vrai que tout est la faute à Schiappa... Sonia Barkès aurait proposé aux journalistes du Point un stage de plongée pour tenter de faire toute la lumière sur cette affaire.

7332 vues

12 juillet 2023 à 17:00

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

11 commentaires

  1. La mesquinerie de certains commentaires trouve son fondement dans le plus vil de l’âme humaine : l’envie et la jalousie. Cette personne passe la moitié de son temps loin (très loin : plus de 16 000 km, 24 heures d’avion) de sa famille. Lui reprochez-vous d’avoir passé quatre jours en famille ? A moins que de considérer que les ultra-marins n’ont pas accès aux responsabilités ? Belle conception de la France !… Par ailleurs s’insurger contre un secrétariat d’Etat à la citoyenneté est assez croquignolesque de la part de gens qui se disent républicains, ce qui n’est pas mon cas même si je déplore la décivilisation et à l’acitoyenneté auxquelles nos assistons. Pour le reste Jany Leroy est dans son rôle de « poil à gratter » avec humour…

  2. Encore une incompétente inutile. A quand la destitution du stagiaire incompétent de l’Elysée ? Qu’attendent le sénat et l’assemblée nationale ?

    « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal, mais par ceux qui les regardent sans rien faire. » (Comment je vois le monde (1934) de Albert Einstein)

  3. Comme d-habitude; l’humour cinglant de Jany Leroy fait mouche. Mais on peut y ajouter que le cas qu’elle cite montre que nous avons un gouvernement pléthorique, avec des ministres et secrétaires d’état aux dénominations grandiloquentes mais d’utilité nulle. Peut on espérer que lors du remaniement annoncé mais qu’on attend toujours, on voie disparaître un nombre significatif de ces mandats fumeux dotés de titulaires totalement inconnus et dont la compétence est pour le moins sujette à caution ? Hélas, rien n’est moins sûr.

  4. Encore une « illustre » inconnue qui s’engraisse sur le dos de la république, payée à ne quasi rien faire. Faudra songer à rémunérer un cabinet de conseil américain pour lui venir en aide…

  5. A quoi ça sert un « Secrétaire d’Etat à la citoyenneté »? pour nous ,Français, je ne sais pas, mais pour Mme Sonia Backès à bénéficier entre autre, de substantielles économies pour ses nombreux voyages en Nouvelle Calédonie . Et quand on connait le prix d’un billet d’avion ….

  6. Je me demande si quelque part votre parodie est très éloignée de la réalité sur l’état d’esprit de ces gens qui sont censés nous gouverner .

  7. La France est vraiment « dirigée » de main d’amateurs non éclairés minables mais pas forcément désintéressés, et qui dirigent les citoyens, pas eux bien sûr, tout droit au fond du trou.

  8. Dans la constitution, cette constitution dans laquelle on veut inscrire le droit à l’avortement (jusqu’à la veille de l’accouchement ?), il est inscrit que l’Etat est chargé de la protection des biens et des personnes. On constate tous les jours, et plus douloureusement lors de ces émeutes proférées par des bandes de barbares, que cet Etat était incapable de n’assurer ni la sécurité des personnes, ni celle des biens. Et il semblerait qu’il ne soit responsable de rien ? Incapable de respecter ce qui y est déjà inscrit, quel intérêt de rajouter d’autres obligations, d’ailleurs sans consultation du peuple de France : nous serions en démocratie paraît-il ?

Les commentaires sont fermés.