La gauche a peur. L'un de ses représentants est venu se réfugier sur le plateau de Télématin. Au journaliste qui va le sauver momentanément des dangers qui planent sur la France, Yannick Jadot fait part des raisons qui l'ont amené à frapper à la porte du studio : « Pour ma part, ça fait plus de trente ans que je milite... » Trente ans de bonne humeur, de Sandrines Rousseaux déchaînées... Mais l'heure n'est plus à l'insouciance. L'homme le confesse : « J'avoue que, dans ma vie de militant politique, c'est la première fois que j'ai la trouille, en fait. J'ai la trouille pour notre pays. »

Thomas Sotto ne s'attendait pas à tant de détresse. Alors qu'il vient de lui demander si, comme évoqué par Darmanin, nous sommes face à « un scénario de petite guerre civile », l'élu écolo élude le sujet. Les mouvements avec les bras du monsieur chargé de la traduction pour les sourds et malentendants n'y feront rien. Yannick Jadot a peur de tout, sauf de ce qui préoccupe les Français. Ses efforts pour contourner le centre du volcan sont méritants. Il y a l'effondrement climatique, le choc climatique, les guerres partout dans le monde qu'il énumère une par une, nos pauvres enfants promis à un rude avenir, et puis, et puis, que voulez-vous : « L'extrême droite agite toutes ces peurs pour fantasmer une France qui n'a jamais existé. »

Extrême droite, ultra-droite, méga-droite ! 

La confusion du propos est totale. L'élu écolo a bel et bien réussi à éviter la coulée de lave en provenance de Crépol et d'ailleurs, mais il se retrouve sur le versant opposé à celui par lequel il comptait s'échapper. Au terme de son slalom idéologique, voilà Marine Le Pen et Éric Zemmour brandissant les guerres et le réchauffement climatique pour effrayer les Français. Damned! Le trouillomètre de Yannick Jadot est cassé. Son niveau indique les épouvantails brandis par les partis de gauche.

En habitué des acrobaties progressistes, le téléspectateur a décrypté le message. La réalité est inventée par l'extrême droite. À ce fléau s'est ajoutée la puissance d'imagination de l'ultra-droite que Thomas Sotto s'est bien gardé d'évoquer devant son invité. La crainte de devoir l'héberger durant de longs mois, les frais de réparation du trouillomètre... Le budget de Télématin ne permet pas de telles largesses. La rédaction supprima également de son journal le volet consacré à l'hyper-méga-droite. Il en allait de la santé des Verts, des rouges et des roses. En Auvergne, quelque part entre deux volcans éteints, Yannick Jadot tente de reprendre confiance en l'avenir. La planète sera sauvée par un étouffement des infos trop brûlantes.

11355 vues

01 décembre 2023 à 16:52

Partager

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

27 commentaires

  1. Qu’il soir rassuré, le gentil Jadot. Avec un ministre comme Darmanin capable d’envoyer cent cinquante CFS contre quelques dizaines d’horribles fachos racistes, il peut dormir tranquille. Pour le moment.

  2. C’est lui où je me trompe qui disait que les français faisaient trop d’enfant , on a compris que c’est pour faire de la place à l’immigration , écologie de charlots .

    1. C ‘ était déjà l ‘ idéologie de son ancêtre : René Dumont qui disait qu ‘il fallait réduire la natalité dans les pays riches ( l ‘ utopie ou la mort )…il était marrant le vieux vert !!

  3. Voilà ce que c’est que de déconstruire les mâles ! Celà devient des poules mouillées ! Il ne faut pas oublier qu’en 1940, la Résistance française à l’envahisseur teuton a été créée par l’ultra-droite de l’époque (Philippe Clay le racontait souvent). Les communistes de l’époque étaient dans la Collaboration avec l’occupant

    1. Les mâles Français deviennent des poules mouillées, et on fait entrer le renard dans le poulailler.

  4. Il fait passer le message que tant que la droite n’est pas au pouvoir il sera présent pour laisser perdurer les trafics en tous genres, Crépol n’étant qu’un moindre mal. Ses électeurs Bobo-Gaucho-Écolos sont rassurés, ils seront livrés en bouffe et en « coco », c’est l’essentiel

  5. Jadot redécouvre la testostérone. La situation actuelle aura au moins le mérite de provoquer la disparition des « hommes soja » ; c’est-à-dire de ce masculin déconstruit, tant glorifié par nos écolos-bobos. Dans un monde Orange mécanique, ces hommes-là seront effacés du paysage, la chiasse au cul. Donc, la trouille de Jadot n’en est que l’illustration. La situation du pays est alarmante, mais il y a quand même quelques bonnes nouvelles.

  6. Moi, j’ai la trouille que les préconisations des Écolos, des Verts et autre Greta, soient appliquées. Heureusement on a échappé à la fermeture de toutes les centrales nucléaires. Restons vigilants

  7. Ce qui me donne la trouille, à moi, ce sont les dérives fascisantes de LFI (le fascisme est l’aboutissement de l’extrême gauche) ; c’es( le délire et le déni de réalité de ceux qui se prétendent écolos (heureusement, il n’y a plus beaucoup de gens qui leur accordent crédit) ; et c’est surtout, le pire de tous, l’extrême droite, la seule en France aujourd’hui, représentée par E. Macron et les mondialistes qui pillent allègrement le pays pour en transférer le butin au « monde de la Finance internationale ». – – – – – – Ceux sont les pires, les plus dangereux, car ils sont très efficaces, très organisés, ils ont puissance et richesse, et un cynisme, une amoralité totale. – – – – – – Nota : je dis bien « extrême droite », car il s’agit de privilégier une petite élite (les mondialistes richissimes) au détriment du peuple. C’est bien la définition de l’extrême droite, n’est-ce pas ?

Les commentaires sont fermés.