Indéniablement, elle a du talent, du charme, un faux air de Brune Poirson, en moins malicieuse et plus sérieuse, une capacité à percer l’écran et, peut-être aussi, à convaincre. Olivia Ronen est ce jeune avocat de 31 ans qui a accepté de défendre le terroriste Salah Abdeslam, seul survivant du commando islamiste qui fit 130 morts, le 2015, à Saint-Denis et à Paris.

Jusqu’à maintenant, elle était relativement inconnue du grand public. Les médias la qualifiaient de « discrète ». Depuis son passage sur le plateau de « Quotidien », lundi 6 juin, elle est désormais assurée d’une certaine célébrité. Voulue ou pas, c’est une autre histoire.

Car, c’est le moins que l’on puisse dire, son passage dans l’émission de TMC, alors que, mercredi 8 juin, commenceront les réquisitions de ce procès-fleuve débuté en septembre dernier, ne peut laisser indifférent. Lorsque le journaliste lui demande si elle a hésité avant d’accepter de prendre la défense du terroriste, elle répond : « Je n’ai pas hésité très longtemps, j’ai vu que le contact était bon. C’est quelqu’un de très humain, avec qui on peut discuter. » Une phrase qui pourrait s’appliquer à un banal entretien d’embauche ou à une offre de collaboration pour un projet entrepreneurial ou que sais-je encore. Et c’est sans doute la banalité de ces propos qui a choqué - les réactions sur ne se sont pas fait attendre – et qui s’entrechoque avec la réalité, pas celle du personnage que peu de gens connaissent finalement, mais de l’horreur de ces attentats.

Certes, reconnaissons un mérite à ce brillant avocat, qui a prêté serment en 2016 et fut élue, la même année, secrétaire de la Conférence des avocats à l’issue du prestigieux concours d’éloquence de sa profession, d’avoir réussi à faire sortir son client de son silence, après des années de mutisme. Mais en plaidant médiatiquement la cause de ce dernier, n’a-t-elle pas commis une erreur ? On notera, d’ailleurs, une sorte de contradiction dans ses propos quand elle dit que son rôle, comme celui des autres avocats, des parties civiles, de la cour, du parquet, est de « s’extraire de ce royaume d’émotion qui est naturel », en quelque sorte, de se garder de tout pathos, alors même qu’elle vient d’en faire étalage en nous révélant « la part d’humanité » de son client.

Lors de son ultime interrogatoire devant la cour, le 15 avril dernier, Abdeslam avait demandé pardon. « Je sais que la haine subsiste… Je vous demande aujourd’hui de me détester avec modération… Je vous demande de me pardonner. » Au fond, quoi de plus humain que la haine : les bêtes ne haïssent pas ! Curieuse demande, en tout cas, que cet appel à la détestation modérée… Une demande, accompagnée de larmes, qui n’avait pas convaincu toutes les personnes présentes à l’audience, d’autant qu’il avait déclaré : « Ce n’est pas humain de tuer des gens, mais eux aussi ils tuent. »

Aujourd’hui, donc, on veut humaniser Abdeslam – c’est la trame de l’intervention à « Quotidien » de son avocat. Or, comment ne pas penser d'abord aux victimes et à leurs familles ? Il y a celles qui affirment se refuser à la haine et puis celles qui confessent cette haine bien humaine. C’est le cas, notamment, de Patrick Jardin dont la fille a été assassinée au Bataclan et qui, par un étrange parallélisme des formes, a, lui, été « diabolisé ». Souvenons-nous du portrait que Le Monde lui avait consacré en octobre 2021. Un article intitulé dans un premier temps « La colère d’un père haineux », puis modifié étrangement en « La colère sans limites d’un père ». On imagine que ce papa, est, lui aussi, « quelqu’un de très humain, avec qui on peut discuter ».

4371 vues

7 juin 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

80 commentaires

  1. Honte à vous, Olivia Ronen, de trouver de l’humanité dans le massacre de dizaines d’innocents. J’espère que les familles des victimes de votre client vont porter plainte pour vos propos scandaleux. Et tout ça, pour faire le buzz et qu’on parle de vous! Pour vos propos, Madame, je pense que vous ne valez pas plus que votre client!

  2. Elle est payée combien son avocate, pour dire ce genre d’asurdité, que personne ne peut entendre surtout pas les proches des massacrés…

  3. S’ il avait tué quelqu’un de sa famille tiendrait elle les même propos .
    Honte à elle je lui souhaite aucune réussite dans son métier .

  4. Pour tenir ces propos elle est pro islamiste ???,j’espère que très peu de Français la prendront pour leur défense .

  5. Je me pose toujours la question de savoir ce que ressent un avocat (ou une ) qui défend des criminels en sachant que ces assassins agissent sans état d’âme et la seule réponse que je trouve à ma question c’est que l’argent n’a pas d’odeur et qu’il est plus puissant que la morale et la probité, il suffit de regarder le garde des sceaux pour s’en convaincre..

  6. C’est en considérant de tels propos qu’on comprend pourquoi la France est devenue le refuge de la racaille, voire de la criminalité.

  7. Toute avocate a pour son client les yeux de Chimène, et celle-ci n’échappera pas au syndrome de Stockholm.

  8. Pour moi, tout est résumé dans la célèbre phrase:  » il est juste grand Roi qu’un meurtrier périsse.  » aucune pitié ni aucune compassion pour ces tueurs de bas étage. La corde.

  9. c’est aussi ce qui a étonné lors des procès de Nuremberg : comment des gens qui aimaient leur femme, leurs enfants, la musique …avaient pu faire, ou cautionner de telles horreurs ; une des explication se trouve dans la célèbre expérience Milgram reproduite dans le film I comme Icare : la majorité des gens « normaux » se soumettent à l’autorité, ce que l’on a vu récemment avec la crise covid

  10. Un bon p’tit gars en somme dit-elle !
    C’est comme Mélenchon qui crie au scandale parce que des policiers stoppent brutalement une voiture refusant d’obtempérer, mais qu’en était-il du véhicule à Nice lors d’un certain 14 juillet ? S’ils l’avaient arrêté pareillement les policiers seraient aussi en garde à vue ? Combien de morts à Nice ? Rappelez-lui les chiffres !

  11. Un procès, c’est fait pour juger un quidam, ce n’est pas une psychothérapie pour les victimes. Dans ce cas, on a un Abdeslam qui n’apparaît pas comme un héros, tout juste un garçon pas sûr de lui, lâche même, qui se dégonfle et dit : dans ce café où je devais me faire exploser, j’ai pas pu, ces gens ne m’avaient rien fait. Il demande une « haine modérée ». Mais la haine, comme l’amour, est totale, mon garçon, t’auras droit à notre pitié, ça oui, notre méprisante pitié et rien d’autre !

  12. Il faudra m’expliquer en quoi cette fille est « brillante » et en quoi le concours d’éloquence de/dans sa profession est « prestigieux » ? Pour moi seuls les actes devraient faire l’objet d’un jugement, le reste n’étant que du gloubi-boulga !

    1. Ah vous aussi, vous avez remarqué que dans les CV ( ceux qui importent pour les lectrices de Gala ou les lecteurs « top cadres » des Echos cautionnés par Wikipedia), les écoles sont toujours  » prestigieuses » et les diplômés sont toujours « brillants » ( même s’ils sont sortis derniers de la liste dans une  » grande école » au rabais ! Les relations qu’ils se sont débrouillés pour y faire les parent soudain d’ors, plumes et diamants !

  13. L’humanité a aussi inventé les ceintures d’explosifs…même celles qui foutent tant la pétoche qu’au dernier moment…on les fout à la poubelle !

  14. Et oui, là aussi on est dans la folie de l’inversion des valeurs. Les rois deviendront des voleurs, les voleurs seront des rois. Je pense que même les pires islamistes sont choqués, choqués par la folie des occidentaux.

    1. Ils doivent prendre certains occidentaux pour des tarés ou des lâches. En cela, ils ont bien raison.

  15. Elle n a que 31 ans ,aucune expérience de la vie , elle a passé son temps,à faire des études une cuillère d argent dans la bouche et elle se permet de défendre le pire monstre qui a participé à la mort de 130 personnes dans une boucherie invraisemblable, j espère qu on va lui montrer les fotos interdites de ce massacre quelle puisse déguster le tableau de ce charnier humain, avant qu elle ne continue à défendre son héros

  16. Les avocats sont des avocats …ils font leur travail …Ce qui est immonde c’est que les média relayent tout cela avec complaisance …

  17. « quelqu’un de très humain » ? L’islam n’a pas la même notion de l’humain que nous, il ne connaît que la distinction musulman et non-musulman, lequel est bon à égorger comme un mouton. Il suffit de lire le coran pour le savoir.

  18. Un humain n’agit pas de la sorte quand aux bêtes elles ne tuent que pour se nourrir .Non cet être méprisant ne mérite ni pardon , ni clémence .Traité comme un prince en prison il faut qu’il soit puni à la hauteur de ses actes .La peine de mort pour lui parce qu’une fois libéré il recommencera , fera d’autres victimes .Comment peut on défendre ces assassins , quelles excuses va trouver cette avocate pour son heure de gloire et faire parler d’elle .Et les familles des victimes elle y pense .

    1. « Un humain n’agit pas de la sorte quand aux bêtes elles ne tuent que pour se nourrir ». Sans doute n’avez-vous pas de chat. Eh oui, l’Homme comme les autres animaux est cruel par nature, voire inhumain. Il n’y a que la civilisation qui soit capable de contenir (imparfaitement) ses pulsions.
      Et lorsque cette civilisation est (sciemment) détruite, on se retrouve plongé dans la jungle. En toute logique.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter