Les noms de deux enseignants ont été placardés sur les murs à l’entrée de Science Po Grenoble sur des affiches, les accusant de fascisme et d’islamophobie, à la suite d’une polémique déclenchée par un syndicat étudiant proche de l’UNEF les accusant de fascisme et d’.

Au micro de Boulevard Voltaire, réaction de Rémy Perrad, délégué national de l’UNI.

L’UNEF Grenoble est dans la tourmente. Ils avaient relayé, sur les réseaux sociaux, les affichages, dénonçant nommément des professeurs de l’IEP de Grenoble qui seraient accusés d’islamophobie. Suite à cela, l’UNI a demandé la dissolution de l’UNEF Grenoble. Pourquoi ?

Tout simplement pour lutter contre les méthodes de l’extrême gauche qui font des ravages. Les méthodes de l’islamo-gauchisme appellent à la violence contre les professeurs qui ne pensent pas comme eux. Ces méthodes sont toujours les mêmes. a pointé du doigt des policiers et a été condamnée pour cela. Ces mêmes méthodes d’extrême gauche islamo-gauchiste sont utilisées par l’UNEF à Grenoble. Ils s’en prennent à la liberté d’expression sans aucun motif. Les professeurs en question n’ont jamais fait preuve d’une quelconque islamophobie ou d’une quelconque forme de .

Quelle est cette ambiance assez délétère qui règne dans les universités et dans l’ nationale ?

On voit l’émergence des théories indigénistes, racialistes et décolonialistes de certains professeurs. Par ailleurs, lorsque le ministre ose, enfin, parler d’islamo-gauchisme, on voit le tombereau d’insultes venant notamment de la Conférence des présidents d’université qui s’en est pris à elle, alors que ce qu’elle dénonçait était juste.

Pour l’UNI, cet islamo-gauchisme est-il une réalité ?

C’est une réalité pas seulement dans l’enseignement supérieur. C’est quelque chose que l’on voit souvent au moment des élections où certains élus locaux font alliance avec des associations par clientélisme. On le voit dans le corps professoral avec un refus d’enseigner un certain nombre de choses et de montrer, notamment, les caricatures de Charlie Hebdo.

L’université se veut pourtant universaliste, mais là, elle ne l’est pas.

8 mars 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Rémy Perrad : « Emmanuel Macron et son gouvernement ont donc choisi la soumission et, dans les facs, ce sont les étudiants qui en paient le prix. »

Nombre de professeurs ou de présidents d’université craignent la polémique et les accusati…