[Réaction] « Les cent jours de Macron sont un flop ! »

Chenu

Le vice-président du RN et de l’Assemblée Nationale, Sébastien Chenu, revient sur les « Cent Jours d’apaisement » promis par Emmanuel Macron et marqués par les émeutes.

Marc Eynaud. Emmanuel Macron s’était donné cent jours pour apaiser le pays. On arrive au terme. Peut-on parler de France apaisée ?

Sébastien Chenu. C’est un bide total ! La France n’a jamais été aussi divisée, n’a jamais été confrontée à autant de crises cumulées : sécuritaire, sociale, symbolique et politique. Le pays est très abîmé. Emmanuel Macron en porte la responsabilité. Son petit refrain sur les cent jours d’apaisement, confronté à la réalité, est un échec retentissant.

M. E. Le Président dérogera à la tradition de s'adresser au peuple français à l'occasion du 14 Juillet. On attend une prise de parole du président de la République. Un éventuel remaniement pourrait-il répondre à la crise que traverse notre pays ?

S. C. Concernant la prise de parole, le président de la république n’a aucune solution, il laisse les Français à leurs problèmes sécuritaires et à leurs problèmes de pouvoir d’achat. Il choisit la fuite, et ce n’est ni courageux ni rassurant quant aux idées qu’il pourrait avoir. Il n’est pas capable de faire un diagnostic juste et encore plus incapable de poser des perspectives pour résoudre les problèmes des Français. Au sujet du remaniement, c’est un gadget qui occupera les gens une semaine. Ce qu’il faut, c’est un changement de politique, or on ne change pas de politique avec les mêmes acteurs, on change de politique avec d’autres acteurs. C’est la raison pour laquelle nous disons aux Français de tenir bon. Lorsque nous arriverons au pouvoir, si les Français le souhaitent, il y aura une autre politique qui sera appliquée avec d'autres résultats.

M. E. Beaucoup de maires ont renoncé aux festivités du 14 Juillet en raison des émeutes récentes. Qu’en est-il des mairies Rassemblement national ?

S. C. Les maires du Rassemblement national ont fait de la sécurité une des priorités de leur mandat, ils ont pour la plupart été réélus parce qu'ils ont des résultats satisfaisants en la matière ou parce qu'ils ont enclenché une politique qui leur permet de maintenir la sécurité. C’est le cas à Perpignan, à Beaucaire, Hénin-Beaumont ou Fréjus. Ils ne renoncent pas aux festivités du 14 Juillet en tant que tel. Je trouve piteux de renoncer, mais je ne juge pas les maires qui vivent sous le joug de voyous. Ce qui est piteux, c’est qu’un pays comme la France doive accepter ces renoncements et que nous ne soyons pas capables de fêter notre fête nationale dans des conditions de sécurité normale, obligeant des maires à y renoncer. C’est un échec patent. C'est aussi une première.

M. E. Comment voyez-vous les échanges houleux entre Gérald Darmanin et les députés LFI à l’Assemblée nationale concernant la police ?

S. C. Je ne suis pas dupe de ce que fait Gérald Darmanin. À travers l’émotion, il cache probablement son incapacité à résoudre les problèmes. Je salue le fait qu’il ait fait citer les policiers morts dans l’exercice de leurs fonctions. C’est le minimum, mais ça ne suffira pas. Gérald Darmanin n’a pas une politique qui rassure les Français et qui soutient au quotidien les forces de l’ordre. De l'autre côté, l’extrême gauche violente percute, insulte et démonte les institutions. Comme la police est une institution républicaine et qu’ils ne sont pas républicains, ils leur tapent dessus.

On a cette confrontation des suffisances et des insuffisances. Aujourd’hui, ceux qui gouvernent le pays sont insuffisants, et il y a ceux qui sont suffisants vis-à-vis de la République, comme Jean-Luc Mélenchon qui avait parlé de « mauvaise République ».

Il faut sortir par le haut, il faut de l’apaisement dans notre pays, il faut des politiques sachant de quoi ils parlent et capables de mener des politiques différentes ; je ne vois que Marine Le Pen et le Rassemblement national pour cela.

Marc Eynaud
Marc Eynaud
Journaliste à BV

Vos commentaires

21 commentaires

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois