Accueil Editoriaux Randy Yaloz : « Ils utilisent la mort de George Floyd comme une arme politique »

Randy Yaloz : « Ils utilisent la mort de George Floyd comme une arme politique »

Interview exclusive de l’avocat américain Randy Yaloz, qui fait le point sur les faits, l’enquête et l’exploitation politique de cette affaire locale par les démocrates contre Trump.

Vous êtes avocat et président de l’antenne française du parti républicain américain.
Vous allez vous exprimer aujourd’hui sur la situation aux États-Unis autour de la mort de . Les États-Unis sont-ils en train de sombrer ?

Georges Floyd a été arrêté lors d’une intervention par des policiers à Minneapolis. Malheureusement une force excessive a été employée lors de l’intervention, ce qui a conduit à sa mort. C’est évidemment une bavure. Aujourd’hui, les policiers impliqués doivent être sanctionnés et punis par la loi. Ils doivent donc payer le prix pour leurs différents actes.
Néanmoins, on ne peut pas généraliser. Tous les policiers aux États-Unis ne sont pas violents et racistes. C’est pourtant ce que ces mouvements cherchent à faire. On peut, bien entendu, les comprendre étant donné la façon dont la ville de Minneapolis et l’État ont géré cette affaire. Après le drame, le policier a simplement été mis à pied provisoirement, sans aucune inculpation de la part de la police et du procureur, et cela pendant plusieurs jours. Quel message pensez-vous que cela envoie au peuple, concernant la perception et le traitement de ces faits très graves ?
Aujourd’hui, les gens sont dans la rue pour manifester et demander la justice. Pendant plusieurs jours, suite à ces événements, la ville a été saccagée et brûlée. Ce n’est que suite à ces événements qu’il a été inculpé. La réaction des autorités a été trop tardive.

Une grande partie du camp démocrate prend fait et cause pour les manifestants. Trump ne va-t-il pas payer le prix de ces émeutes ? La responsabilité de ces actes va-t-elle lui incomber ?

Cette affaire est malheureusement devenue une affaire politique. Les démocrates essaient de mettre la faute des violences policières et du racisme qui , selon certains, gangréneraient la Police à grande échelle, sur Trump. Mais il faut bien se rappeler qu’aux États-Unis, il n’y a pas de police nationale. Monsieur Trump n’a donc aucune responsabilité au niveau des différents services de police. La police est soit municipale, soit dirigée par un État. Chaque ville et chaque État ont leur propre responsabilité pour gérer ses forces de police et faire en sorte que ses policiers respectent la loi. Si des bavures ou du racisme s’installent au sein d’un service de police, il appartient aux responsables locaux de faire le nécessaire pour faire que cela cesse. Cela a bien eu lieu aujourd’hui. Par conséquent, une enquête est en cours à Minneapolis. Cette dernière permettra de savoir s’il existe des problèmes de racisme au sein du service de police de Minneapolis. C’est bien Minneapolis qui est concernée, pas tout le pays.
Dans cette affaire, on prend un événement local pour créer un traumatisme national qui a donné lieu à des émeutes partout. Ils essaient de faire payer monsieur Trump qui exige que chaque Américain a le droit à la sécurité. Chaque américain doit cesser de descendre dans la rue et être violent.
Ils pensent que l’on ne devrait pas déployer la Garde nationale pour restaurer le calme. C’est faux. Ça a déjà été fait à plusieurs reprises. Joe Biden a pris trois jours pour faire une réponse sur la question de la violence dans la ville de Minneapolis. Comme on peut le constater, les démocrates sont complaisants à l’égard de ces manifestations dans un but politique pour faire tomber monsieur Trump.

Ces émeutes posent quand même la question de la situation des Afro-Américains aux États-Unis. Comment peut-il convaincre l’électorat afro-Américain qu’il est aussi leur président ?

Vous devriez regarder la situation des Afro-Américains avant la crise sanitaire du coronavirus. Avec ses réformes, le président a réduit le chômage au sein de la population afro-Américaine à un niveau record.
Depuis 70 ans, il n’y a jamais eu une baisse de chômage aussi importante.
Il a aussi donné des aides considérables aux universités des Afro-Américains pour aider leur communauté. Il s’est aussi livré à des campagnes pour aider les différentes villes qui avaient des difficultés pour aider cette communauté au sein du pays.

Selon vous, le procès fait à Trump n’ est pas du tout fondé…

Tout cela est plus complexe. Ils essaient de diviser l’Amérique sur des lignes purement ethniques. Cela devient très grave. Regardez à nouveau ce qu’a dit Biden lorsqu’il a eu cet entretien désormais célèbre avec un Afro-Américain à partir de la question du vote des Afro-Américains aux États-Unis. Biden a clairement dit : « vous n’êtes pas afro-Américain si vous votez pour Trump ». C’est ce qu’il a dit !
Ils attisent la haine au lieu d’appeler le calme. C’était la même chose à l’époque de monsieur Obama. Il avait le même discours. Pendant la présidence de monsieur Obama, des dizaines de policiers ont été blessés et tués à cause des discours de l’administration de Obama qui soutenait que les policiers étaient racistes. Ils ont permis que l’on s’en prenne aux policiers. C’est ce qui se passe avec ces émeutes. Ils s’en prennent aux policiers, les renversent et tirent sur eux. Si on essaie de mettre en cause l’autorité de la police, on met en cause l’ordre social au sein du pays.