La de n’a pas fini de donner des idées à la bien-pensance militante, et le concours Lépine d’adhésion à « la cause » est lancé. C’est ainsi que les abonnés payants à iTunes Store et AppleMusic, les boutiques virtuelles dédiées à la musique d’Apple, ont été punis, ce mardi, d’un jour de jeûne musical par la maison mère. Au lieu de l’écran habituel, ils ont vu s’afficher en anglais (pourquoi se gêner ?) le pensum suivant, dont la traduction la plus littérairement travaillée donne : « En soutien constant aux voix noires qui définissent la musique, la créativité et la culture, nous utilisons la nôtre. Ce moment nous invite tous à parler et à lutter contre le et les injustices de toutes sortes. Nous sommes solidaires des communautés noires partout. » Signé :

#LeSpectacleDoitS’arrêter, #LesViesNoiresComptent.

Apple ne précise pas s’il remboursera 1/365 de l’abonnement correspondant à ce « Blackout Tuesday », mais après tout, une journée sur Radio Classique ne fera de mal à personne…

L’indigence du message et l’absence de traduction font penser que c’est avec un sentiment d’urgence absolue que le membre éminent des GAFA – suivi diversement par Spotify et Deezer – s’est associé aux mouvements nés dans le sillage de Black Lives Matter. Sans voir que ces groupes d’activistes sont passés sournoisement d’une indignation compréhensible face à une interpellation policière dramatique à une culpabilisation générale des « non racisé·e·s » et à leur punition économique.

Pourquoi le consommateur français devrait-il être pénalisé par une situation qui doit tout au délire identitaire issu du passé esclavagiste des États-Unis, alors que cette pratique est bannie de France depuis Louis X le Hutin ?

Quand un djihadiste égorge au cri de Allah Akbar, nous sommes priés de n’y voir qu’un lien plus que ténu avec une de tolérance, d’amour et de paix. Mais quand un flic probablement raciste se lâche à 10.000 kilomètres, tous les leucodermes de la planète devraient se couvrir la tête de cendre ?

3 juin 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.