Plus de cinq ans ont passé depuis la du père Jacques Hamel, tué par les alors qu’il disait une messe à l’église de Saint-Étienne du Rouvray. Ce lundi 14 février, le procès de quatre personnes liées à l’attentat s’est ouvert devant la cour d’assises spéciale de Paris.

Rachid Kassim, propagandiste de l’État islamique, est mis en examen pour complicité dans l’assassinat du prêtre. Il aurait « sciemment encouragé et facilité le passage à l’acte ». Mais, étant donné qu’il est présumé mort en Irak en février 2017, il est absent au procès.

Les trois autres prévenus sont des proches des deux terroristes et sont renvoyés pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

Le premier d’entre eux a été entendu ce lundi. Farid Khelil est un cousin d’Abdel Malik Petitjean, l’un des deux tueurs abattus à la suite de l’attentat. Il était en contact sur Telegram avec Rachid Kassim, mais il assure ne pas connaître Adel Kermiche, l’autre terroriste abattu le jour de l’attentat. Il affirme également ne pas être un musulman pratiquant – une experte se présentant comme « témoin de personnalité » assure qu’il ne pratique ni les cinq prières par jour ni le jeûne du ramadan - et explique que s'il s'est rendu à certains moments dans des mosquées, c'était dans le but de se rapprocher de son père avec qui il n’a plus de contacts depuis son enfance. Son cousin aurait alors tenté de l’endoctriner, notamment en lui montrant des vidéos de propagande pour le « sensibiliser » à la situation en Syrie. Une proie facile quand on voit son curriculum vitae : amateur de et de prostitution (il aime se rendre en Allemagne ou aux pour les maisons closes), il a été condamné en 2009 pour conduite sous l’empire de stupéfiants puis, en 2014, hospitalisé en psychiatrie ; il est séparé de sa femme qui l’a quitté pour son addiction à la drogue et sa violence et ne voit plus sa fille âgée aujourd’hui de 16 ans. Tout pour plaire à ceux qui ont besoin de personnes fragiles pour mieux les séduire et, ainsi, les endoctriner. Notons qu’en 2016, c’est-à-dire au moment des faits, il disait être « déprimé ».

En ce qui concerne son implication dans les faits, l’interrogatoire aura lieu le 2 mars.

Rachid Kassim, le grand absent du procès

Rachid Kassim, fils d’un Yéménite et d’une Algérienne installés à Roanne dans le cadre d’un regroupement familial, a grandi dans une famille peu pratiquante. Mais, au fur et à mesure de sa jeunesse, marqué par la séparation de ses parents et par le « pays de décadence » dans lequel il vit, il se rapproche de l’islamisme, témoigne dans ses chansons de rap d’une admiration pour Ben Laden puis, en 2015, il part avec sa femme (une Française convertie à l’islam) et leur enfant en Syrie.

De là, il se lance dans la propagande de l’État islamique via les réseaux sociaux, principalement Facebook et Telegram. Principaux faits d’armes avant l’attentat de Saint-Étienne-du-Rouvray : il aurait « téléguidé » l’homme qui a assassiné, le 13 juin 2016, un policier et sa compagne dans les Yvelines – l’assassin faisait partie de son groupe Telegram ; puis, le 14 juillet 2016, il aurait félicité l’auteur de l’attentat de dans une vidéo mettant en scène l’exécution de prisonniers syriens.

C’est après une réunion avec lui que Adel Kermiche et Abdel Malik Petijean sont passés à l’acte, le 26 juillet. Il témoignera plus tard à leur sujet : « Pour moi, ce sont des modèles et des héros. En ce qui concerne mon rôle, les services secrets le savent. Je n’ai rien à ajouter. »

Présumé mort à deux reprises en février 2017, puis en juillet de la même année, il ne sera évidemment pas présent au procès.

Pendant ce temps, en France, Guy Coponet, qui a survécu à l’attentat, et la sœur du père Hamel demandent le pardon et la vérité.

3334 vues

15 février 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

22 commentaires

  1. Depuis des décennies, si nos Gouvernants avaient su GOUVERNER, ces peuplades sans foi ni loi n’auraient jamais pu pénétrer en FRANCE pour commettre crimes, incendies, viols, pillages, profanations etc…Comme ils sont des millions en FRANCE ! le pire est à venir si le prochain Président ne les REFOULE pas massivement et en priorité. Curieusement, au quotidien, leurs méfaits sordides ne sont jamais communiqués pour ne pas nous affoler. En revanche, nous avons celui des DECES causés par le VIRUS.

  2. 5 ans d’attente pour ce procès… quelle honte ; la famille du père Hamel d’une telle dignité, sans haine… La religieuse qui assistait à la célébration de la messe ce matin là, explique dans Ouest-France, qu’elle n’arrive pas à oublier le regard du pauvre martyr, lorsqu’il a compris ses derniers moments arriver.

  3. Pas de procès, ils ont donné la mort, ils doivent recevoir en réponse la mort !
    La sociéte a le devoir de se défendre et de faire disparaitre de tels personnages.
    Nos convictions personnelles ne doivent pas intervenir dans les décisions de la Justice.
    « Dieu pardonne…. moi pas »

  4. Les assassins ne sont pas sur le banc des accusés.
    Les véritables assassins sont les politiques-décideurs qui n’ont rien fait contre, ou qui ont laissé faire.
    Les véritables assassins sont ceux qui, aujourd’hui, nous font croire que la justice va être rendue.
    Où est le clergé catholique dont un membre est mort en martyr pour sa Foi ?
    Est-il parti civile ?
    L’immigration musulmane est-elle vraiment une chance pour la France ?

  5. Bonjour
    La honte sur notre système judiciaire qui est en déroute comme le reste de nos institutions!
    Est il possible que l’on attende plus de 5 ans pour juger cet acte honteux avec des assassins pris en flagrant délit? Aucun journal ne signale cette dérive de notre justice!
    Vivement que Monsieur Zémour fasse le ménage dans nos administrations et nos services régaliens.
    A;Lerte

  6. Et personne ne parle plus de la position extrêmement pro islamiste du malheureux père Hamel égorgé par les islamistes qu’il voulait accueillir sans limite sur notre sol français

  7. Je regrette que l’on ait encore à subir le CV de ces criminels indéfendables à qui l’on trouvera encore par le biais d’avocats peu scrupuleux des circonstances atténuantes avec de surcroît un défense trés certainement à nos frais – une pensée pour toutes ces victimes que l’on a tendance à oublier pour ne parler que de leurs assassins.

  8. « des modèles et des héros » : assassiner un vieil homme sans défense est bien sûr le summum de la moralité et du courage… Décidément nous n’avons pas les mêmes valeurs.

  9. Rachid Kassim, fils d’un Yéménite et d’une Algérienne installés à Roanne dans le cadre d’un regroupement familial. Non ! Il n’y a pas de lien entre la délinquance (et même le terrorisme) et l’immigration.
    « Abdel Malik » Petitjean… Non ! Le prénom n’a pas de signification.

  10. Comment peut-on entamer ce procès 5 ans après? Ce n’est pas sérieux dans un pays ou les prélèvements fiscaux sont les plus élevés du monde.

  11. Si nos deux derniers Présidents avaient une vraie vision à long terme, ils auraient compris qu’intervenir en Afrique pour stopper l’islamisme ne sert à rien, sinon à faire tuer les meilleurs de nos concitoyens, pendant que la submersion migratoire sur notre sol crée à la fois une cinquième colonne terroriste et un milieu favorable à leur survie et à leur développement
    Le problème que nous avons à traiter est sur notre sol et nous devons le prendre à bras le corps sans crainte et sans compassion

  12. Il suffit de lire un petit bout du coran et l’on ne s’étonnera plus de tous ces crimes barbares contre les mécréants, c’est à dire tous ceux qui n’auront pas épousé la « religion d’amour » musulmane … D’ailleurs, pour en avoir lu quelques extraits, j’ai été horrifiée et stupéfaite que ce livre ne soit pas interdit en France : il serait intéressant de le comparer à d’autres livres interdits en France ! Alors, comme toujours, 2 poids 2 mesures ?

  13. Djihadistes les nommez vous pour être allé dans l’église du village, tu parles d’un djihad!! Des petits cons assassins et sur vitaminés au coran sur Internet et aux pétards de hachich…

  14. Ce sont les lois qui définissent les peines de justice, les juges ne font que les appliquer, au pire les interpréter selon leurs idéologies politiques pour certains. Donc faut changer la loi ! Si les députés votaient « qu’être complice ou l’auteur d’un délit, c’est la même peine encourue », comme en droit Anglo-Saxon ( La balle suit l’intention », ces complices des meurtriers musulmans risqueraient la perpétuité avec 30 ans de sûreté versus 7 ans de prison au maximum pour complicité aujourd’hui.

  15. « Tendre l’autre joue »
    Parfait ..mais ne pas opposer la force de sa religion à celui qui cherche à imposer la sienne , c’est une lâcheté.
    Le martyr du jihad meurt en tuant les autres.
    Le martyr chrétien meurt en offrande …pour l’exemple
    Qui gagne ?

  16. L’origine et Le parcours assez « banal » des assassins nous montre qu’il existe « potentiellement » des dizaines de milliers de tueurs en France …

  17. « Va-t-en Satan » Exorciser l’assaillant plutôt que le condamner, c’est ainsi que j’ai interprété ce cri grandiose, bouleversant ! Un Saint devenu martyr, au pied de l’autel de sa vocation toute entière..Que saurons-nous dire à la veille de partir, nous-mêmes ? Sublime méditation…

Les commentaires sont fermés.