Qui en veut à la casquette du père Bugeaud ?

bugeaud

Thomas Robert Bugeaud (1784-1849), marquis de La Piconnerie, duc d'Isly, n’a rien pour plaire à SOS Racisme. Ce maréchal de France a eu le tort d'anéantir la révolte d’Abdelkader en 1836 et de pratiquer la politique de la terre brûlée lors de la conquête de l’Algérie. Il fallait s’attendre à ce que les effaceurs de l’Histoire le prennent pour cible en tant que symbole de la colonisation.

Sous la pression de ces derniers, madame le maire de Paris, Anne Hidalgo, va inscrire à l’ordre du jour du conseil municipal de Paris une proposition de changement de nom de la prestigieuse avenue parisienne reliant la place Victor-Hugo à la porte Dauphine qui porte le nom de l’illustre maréchal. Petit à petit, la culture de l’effacement (cancel culture, en anglais), venue d’outre-Atlantique, fait son chemin dans nos villes et nos campagnes. Où s’arrêteront les jugements post-mortem ? Va-t-on sans cesse remettre en cause les noms de personnes donnés à des lieux sous prétexte que la biographie du personnage n’est pas totalement conforme au politiquement correct du jour ? On peut me rétorquer que le pouvoir a souvent adapté les noms de lieux en fonction des régimes et que l’actuelle place de la Concorde en est un bon exemple, sauf que ces changements se faisaient illico et non pas plus de cent ans après. En outre, que ce soit pour honorer nos rois, nos empereurs ou la république, c’était toujours l’Histoire de France qui était célébrée par ces noms illustres.

Aujourd’hui, on découvre que la guerre fait des morts et qu’un officier n’est pas fait pour chanter des berceuses mais pour servir son pays. Le maréchal Bugeaud n’a fait que remplir sa mission et son devoir. Il est totalement injuste et stupide de le juger avec le prisme de la société d’aujourd’hui. Injuste, parce qu’il n’est plus là pour se défendre, et stupide, parce que le général qu’il était alors avait exprimé ses réserves quant à la colonisation de cette contrée et qu’il aurait même déploré, dans un de ses rapports de guerre, une « possession onéreuse dont la nation serait bien aise d'être débarrassée » en parlant de l’Algérie. Tout cela n’est pas innocent, puisqu’il s’agit de faire honte aux Français comme s’ils devaient reprocher à leurs ancêtres d’avoir voulu faire de leur pays une grande puissance. Quelle attitude minable ! Sachons gré à madame Hidalgo de redonner une jeunesse au chant militaire des zouaves de l’armée d’Afrique « As-tu vu la casquette du père Bugeaud ? »

Charles-Henri d'Elloy
Charles-Henri d'Elloy
Écrivain, polémiste

Vos commentaires

26 commentaires

  1. Ce qui est certain c’est qu’il n’y aura jamais de Boulevard, d’Avenue, de rue Anne Hidalgo : une impasse à la rigueur, une décheterie plus certainement…

  2. Elle est pourtant, comme le dit la chanson, « sur sa tête » ! Peut-on en dire autant de Madame « le » maire de Paris, dont l’on sait par ailleurs qu’indépendamment de quelques-unes de ses déclarations péremptoires de légitimité et du fait qu’elle ne connaisse pas le roi Midas, enchaîne les succès électoraux ?

  3. On oublie de dire que la conquête de l’ Algérie, a d’abord été menée pour sécuriser les côtes Françaises toujours exposées aux raids des pirates Algérois…

  4. À Sète il y a une place Stalingrad qui honore indirectement le nom d’un des plus grand (sinon le plus grand) meurtrier du XXéme siècle. Je n’ai pas souvenir d’avoir entendu les gauchos à la sauce Jean-Michel Aphatie ou autre s’en offusquer. Là pourtant, il y aurait de quoi !

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois