Quelle mouche a piqué Le Figaro Magazine ? Adressé depuis longtemps à la riche et sans histoires, le supplément hebdomadaire du Figaro collectionnait, jusqu'ici, les titres sans danger : « La Baule, éloge de la douceur de vivre » ; « Placements immobiliers : c'est le moment d'investir » ; « Rive droite : loin des clichés »… On pouvait y voir de pleines pages de conseils pour améliorer son handicap (au golf, ça va de soi), des portraits de lieux de villégiature ensoleillés, des essais de véhicules de luxe ou des entretiens avec de riches philanthropes. C'était, il est vrai, oublier un peu vite que Le Figaro Magazine était la création, en 1978, de Louis Pauwels, auteur de sans concession, honni par la bien-pensante qui triomphait dans les années 80, puis converti sur le tard au après de longs détours par un occidentalisme mystique et paganisant. Mais on ne s'attendait pas à ce genre de retour aux sources.

Voici donc que cette une semble nous faire bondir de trente ou quarante ans en arrière. On a simplement ajouté et quelques millions de migrants dans les rues. Pour le reste, les indignations de face à ce numéro sur l'endoctrinement scolaire sont du même acabit que les aboiements pénibles de ses aînés, toujours face à la « haine ». Et il faut être sacrément aveugle pour ne pas constater, sans même ouvrir l'hebdomadaire, que l'école d'État consacre beaucoup plus de temps - et depuis fort longtemps - à la fabrication de petits citoyens en série qu'à l'éveil d'esprits libres.

Alors, redisons-le calmement : oui, l'école est devenue une « fabrique du crétin », selon le titre d'un brillant ouvrage de Jean-Paul Brighelli ; oui, c'est une usine à formater les opinions ; oui, l'unanimité idéologique de ses fonctionnaires fait du tort à la jeunesse et encourage le dynamitage de ce corps intermédiaire, pour peu qu'il reste quelque chose à dynamiter. Ce qui est surprenant, donc, c'est le réveil de la bourgeoisie, celle des héritiers, des ingénieurs, des pulls sur les épaules et des fins de mois rigolotes. De quoi s'agit-il ici ? Est-ce la révolte de la France bien élevée dont parlait naguère Gabrielle Cluzel ? Est-ce l'alliance des classes populaires et de la bourgeoisie patriote, tentée par Éric Zemmour ? On ne sait pas encore.

Souhaitons, en tout cas, longue vie à cette libération de la parole « nauséabonde », « haineuse », « controversée » mais plus inacceptable désormais. Les Sleeping Giants vont avoir du boulot pour faire taire Le Figaro !

6288 vues

14 novembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

Les commentaires sont fermés.