Editoriaux - Polémiques - Société - 26 novembre 2019

Publicité Nana : ils ont tout osé !

Si vous ne l’avez déjà vue, vous en aurez pour votre redevance !

Au risque de passer pour un vieux « bégueule », je suis choqué et revendique le droit de le proclamer !

Plus rien n’est tabou. Tout se montre. Tout s’exhibe sans retenue ni pudeur. Je croyais en avoir déjà eu pour mon compte avec ces pub sensuelles, érotiques et suggestives qui envahissaient nos écrans à longueur d’antenne… Eh bien, non ; nous n’étions pas encore au fond…

Cette fois-ci, un nouveau cap est franchi.

Les images de cette auraient été dignes des blagues les plus sales, réservées à l’heure où les enfants se couchaient avant leurs parents ; vous savez, celle où ils ne parlaient pas à table…

Maintenant, à l’époque du nombrilisme débridé et généralisé, au moment du dessert ou du café vous avez droit à la vulve dans tous ses états les plus sanguinolents versus Nana ! Quel est ce besoin de tout montrer ? De violer tous les interdits ? De ranger la pudeur au rang des vielles lunes et des vertus d’un autre temps ? Ce temps de nos grands-mères qui ne découvraient qu’à l’âge où « ça arrive » que du sang pouvait sortir naturellement de leur corps afin de les préparer à réaliser dans leur corps le plus bel avenir de la femme ? Ce temps où les garçons s’interrogeaient en secret sur ce qui expliquait que leurs petites camarades changent d’humeur à certaines périodes… Ce temps où le mystère entourait de son manteau le plus délicat et le plus élégant ce qu’il ne fallait ni salir ni vulgariser…

Les publicitaires sont des provocateurs, c’est bien connu. Mais là, ils franchissent les limites du supportable. Ils sont soutenus par des lobbys puissants.

Il est évident que ce ne sera pas Mme Marlène Schiappa qui s’indignera ; elle a autre chose à faire, n’est-ce pas ? Elle, que certains soupçonne d’être l’auteur de ce livre au titre subtil et délicat, Les filles bien n’avalent pas, dont, demain, on fera peut-être une adaptation pour une heure de grande écoute ?

Je le dis haut et fort : y en a marre !

Que ceux qui veulent se dégoûter et nourrir leurs enfants d’images choquantes se les gardent pour eux. Mais qu’ils arrêtent de nous emmerder et de polluer les esprits de nos petites têtes blondes, brunes et rousses.

Ceux-là sont à ranger dans la même catégorie que les diffuseurs sans barrières de films pornographiques sur Internet. Ils répandent le même climat délétère et violent qui chamboule tout au prétexte de tout oser parce que plus rien ne doit empêcher que l’on détruise ce qui fait la beauté de la vie et de l’humanité.

Il est temps d’agir, de protester, de se rebeller, de refuser et d’en appeler à la protection de l’État en ne passant pas par les cases occupées par les pions des lobbyistes de la libération sexuelle pour tous !

Le blog de Bernard Hawadier

À lire aussi

Réformes : il ne faut pas semer le trouble en période de fête

Tout ceci pour imposer le modèle de l’universalité qui nie la diversité des métiers et des…