En 2015, Manuel Valls, alors du flamboyant François Hollande, stigmatisait ces intellectuels de gauche en « perte de repères ». Motif du rappel à l’ordre républicain, le philosophe avait osé prétendre : « Je préfère une idée juste d’Alain de Benoist [autre philosophe bien connu de nos lecteurs] à une idée fausse de Bernard-Henri Lévy et une idée juste de à une idée fausse de BHL. »

Aujourd’hui, faute de retrouver ses repères, le même semble tout bonnement perdre les pédales, à en croire sa prestation sur Europe 1, ce dimanche dernier, lorsque répondant aux questions de la journaliste Sonia Mabrouk : « La gauche républicaine doit pouvoir parler d’immigration. Dire, par exemple, qu’aujourd’hui, il faut arrêter l’immigration. » Fichtre, quel retournement de situation pour cette « génération morale » ayant biberonné aux saturnales de SOS Racisme selon lesquelles, précisément, la même immigration était « une chance pour la France »…

Et tant qu’à tourner casaque, tel un Julien Dray, ancien fondateur de l’association en question, Manuel Valls n’en finit plus de « déraper », pour employer le verbiage des nouveaux clercs de France Inter : « Avons-nous besoin de nouveaux immigrés ? Non. […] Il faut interdire le regroupement familial et notamment les mariages, puisque c’est la principale source de l’immigration et de la constitution de ghettos. » Marine Le Pen, sors de ce corps… Vite, de l’eau bénite, des crucifix, des gousses d’ail, des pieux de bois, des balles en argent !

Mais Manuel ne serait pas tout à fait Valls s’il ne se prenait les pieds dans sa propre rhétorique, avec les raisonnements ayant fait sa marque de fabrique ; c’est-à-dire souvent hasardeux : « Les idées d’Éric Zemmour, elles sont là. […] Il faut le combattre et l’affronter sur le fond. » Mais comme, sur le fond, il reprend les mots et les analyses du fameux polémiste, on ne voit plus bien sur quel « fond » il pourrait « l’affronter ».

Et c’est là que tout se complique davantage, sachant que les premières volées de bois vert viennent du parti au pouvoir. Pour Hugues Renson, député LREM de Paris : « Après l’indigne déchéance de nationalité, Manuel Valls poursuit son œuvre. Fin de l’immigration, fin du regroupent familial, il sombre dans la facilité et l’outrance du moment. Cette version enfermée, radicale et rétrécie ne peut être la mienne. »

En effet, et ce, histoire d’en rajouter dans la confusion, Éric Coquerel, député de Seine-Saint-Denis, vient au secours du macronisme, ce même dimanche, toujours sur le plateau d’Europe 1 : « Manuel Valls aurait mieux fait de rester en Catalogne. » Ça, on ne le lui fait pas dire. Quant à ses avis en matière migratoire, ce jugement péremptoire : « Ces propositions fleurent bon l’ et pas la gauche. » Il est vrai qu’en ce domaine, la gauche olfactive est imbattable en matière de flair. Coquerel était de la génération Mitterrand ? Bienvenue à la génération Rantanplan.

Dans la foulée, ce député, manifestement pas tout à fait remis des agapes de Noël, pratique donc cet amalgame, par ailleurs à tout bout de champ dénoncé, entre Marine Le Pen, Manuel Valls et Éric Zemmour, tout en déplorant que « la gauche souffre depuis des années de ne pas avoir été justement la représentation des classes populaires ». Mais personne n’a obligé cette même gauche à se trouver, dans l’immigration, un prolétariat de substitution, laissant ainsi partir la classe ouvrière d’antan, avec armes et bagages, grossir les rangs du Front national.

Cette gauche souffre, manifestement. On comprend son malaise existentiel. Serait-il donc humain de l’achever ? Même pas. Elle s’en charge toute seule, comme une grande.

27 décembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 5 votes
Votre avis ?
31 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires