Lorsque la gauche morale réveille les mânes du nazisme, c’est qu’elle est à sec d’arguments, qu’elle a épuisé ses idées et sa créativité. À bout de loyauté, elle bascule dans le délire nazi, retourne cinquante ans en arrière et reprend la chasse aux sorcières. Macron fait cela très bien (Lire l’article de Georges Michel).

La NUPES ne pouvait être en reste. Le charmant député LFI Hadrien Clouet a ainsi posé une question écrite au ministère de la Culture, dûment reprise dans le Journal officiel et mentionnée sur le site de l’Assemblée nationale.

La NUPES se saisit de la culture avec la délicatesse d’un rouleau compresseur géant. L’irrépressible envie de faire du passé table rase éclate sans frein. Notre député n’a donc rien trouvé de plus urgent que de dénazifier l’espace public en France. Soit de « débaptiser les rues rendant hommage à des nazis et collaborateurs français ». Car voilà, « les enfants grandissent avec leur patronyme sur une plaque de rue, écrit notre député, les expéditeurs de courrier rappellent leur souvenir sous forme d'adresse postale, les touristes s'y réfèrent pour s'orienter. Bref, leur existence demeure, non pas sous une forme proscrite dédiée à l'éducation civique, mais sous une forme positive apparentée à un hommage continu et discret. » Comme Monsieur Jourdain faisait de la prose sans le savoir, le Français respire involontairement un parfum de nazisme de sa naissance à sa mort, sans s'en apercevoir.

Il a bossé, Hadrien Clouet. Il a compté, par exemple, le nombre de places et de rues dédiées à Alexis Carrel, « hitlérien formé à l'eugénisme états-unien ». Les écrivains Paul Morand, Jacques Chardonne, Joseph Barthélemy héritent aussi de l’implacable désir d’effacement du député NUPES. Ils sont accompagnés de quelques inconnus du grand public. Ouste, tous nazis !

Il y a, derrière ce coup de balai dans les mémoires et dans nos rues, plus que la lubie d’un député présenté, sur le site de l'Assemblée, comme « professeur » et « scientifique » : un vent de justice révolutionnaire expéditive propre aux dictatures communistes. Pas question de s’embarrasser de détails, des méandres d’une vie, de ses lumières et de ses ombres, des pièges de l’Histoire, des erreurs, des naufrages même. Pas question de talent, d’apport à la culture française, de chefs-d’œuvre laissés à la postérité. Notre député a lui seul jugé et définitivement condamné leurs auteurs à l’oubli éternel.

Hadrien Clouet ne rappelle pas ce qui valut son prestige à Alexis Carrel. Prix Nobel de médecine, pionnier de la chirurgie vasculaire, l’un des cerveaux de l'Institut Rockefeller à New York, Carrel signa le succès planétaire L'Homme, cet inconnu en 1935. Le député ne débat pas, ne se pose pas de question, ne mesure pas l’homme auquel il s’attaque. Jacques Chardonne et Paul Morand, dont on ne peut sérieusement mettre en doute le talent d’écrivain, ont laissé les admirables Destinées sentimentales pour Chardonne, admirable observation du couple, un livre qu’aimait Mitterrand, ou L’Homme pressé pour Morand. Ne peut-on pas distinguer l’œuvre et la vie, vieille question littéraire ? De quel droit un député seul, fût-il NUPES, peut-il demander au gouvernement de purger ainsi un pays de son Histoire et de sa culture, de décréter si la mémoire de Paul ou Jacques mérite ou non d’être conservée dans une commune ? Il est vrai que les communistes, de Lénine à Mao-Tsé-toung en passant par Pol Pot, ne se sont jamais encombrés de ce genre de détails.

Le régime communiste dédia Stalingrad et Léningrad aux délicieux Lénine et Staline, à l’origine de plusieurs millions de morts, comme l’établit Le Livre noir du communisme. On ne saurait trop conseiller à notre député d’exercer là ses envies de purification historique. Car le Français de 2022 peut toujours emprunter l’avenue Lénine lorsqu’il visite Nanterre, Gennevilliers, La Courneuve, Pierrefitte-sur-Seine, Saint-Denis, Romainville, Achères, Gentilly, Arcueil, Lorient ou Saint-Pierre-des-Corps. Si l’on compte les avenues mais aussi les rues, les places ou les chemins Lénine, c’est plus de 80 lieux de France, selon Wikipédia, qu’il faudrait débaptiser d’urgence.

En France, toujours, la petite ville d’Essômes-sur-Marne n’a pas débaptisé sa rue Staline. Cela ne choque pas notre député qui n’en fait pas mention. Maurice Thorez, secrétaire général du Parti communiste de 1930 à 1964, n'a pas non plus brillé par son courage et sa lucidité vis-à-vis des pires régimes communistes de l'Histoire. L’homme soutint assidûment le petit père des peuples. On trouve pourtant une rue Maurice-Thorez à Nanterre encore, à Saint-Denis, Stains, Massy, Trappes, Roncq ou Trignac.

Il s’agit là de politiques qui ont soutenu l’horreur d’une des idéologies les plus liberticides et les plus criminelles de l’Histoire. Ils ont donné les ordres, organisé les famines, massacré, déporté. Si l’on suit le raisonnement du député NUPES, il faut aussi expurger nos rues du souvenir des compagnons de route du communisme en France, écrivains, artistes engagés à l’époque où cette idéologie tuait sans compter. Dans ce cas, mieux vaut ne pas compter les places, avenues, rues, écoles dédiées à André Malraux, André Gide, Louis Aragon et André Breton, Jean-Paul Sartre ou Simone de Beauvoir. Pourtant, Raymond Aron avait déjà dénoncé cette déviance et ce soutien criminel dans L’Opium des intellectuels, paru en 1955. Peut-être notre député NUPES devrait-il le relire avant d’entreprendre l’édification d’une France nouvelle ?

Car, comme il le dit si bien, « les enfants grandissent avec leur patronyme sur une plaque de rue, les expéditeurs de courrier rappellent leur souvenir sous forme d'adresse postale, les touristes s'y réfèrent pour s'orienter. Bref, leur existence demeure, non pas sous une forme proscrite dédiée à l'éducation civique, mais sous une forme positive apparentée à un hommage continu et discret. »

7536 vues

6 décembre 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

51 commentaires

  1. Il me semble que 2 personnages du PC ont désertés en 40. Ça a fait parti du deal de De Gaulle avec Staline pour ne pas les poursuivre pour désertions

  2. la Nupès attelage bizarre des PS, EELV, PCF et LFI, pour obtenir des postes de députés, pas pour représenter le peuple. Après le triste sire qui veut débaptiser nos rues, les LFI retirent leur texte concernant la réintégration des soignants non vaccinés sous prétexte qu’il aurait été présenté par le RN dans sa niche parlementaire, on le voit rien pour défendre le peuple. Quand aux affligeants comportement des Quatennens, Bayou, on rajoutera Taché qui a interrompu une pièce de théâtre à Paris, le pauvre était ivre, quelle belle brochette, notez que ce dernier avait déjà été condamné pour violences envers les policiers à Niort et avait écopé d’une amende de 5000€. La Nupès n’est pas une association de députés, mais un conglomérat de personnages qui veulent faire du bruit au sens propre, interdire de s’exprimer à ceux qui ne pensent pas comme eux, il y a parmi eux, et ce serait bien surement quelques personnes qui ont les pieds sur terre, mais ils sont étouffés par le vacarme de leurs « amis ».

  3. Et puis, que ne cite-t-il un certain Mitterrand, décoré de la francisque à sa demande, car il fallait faire acte de candidature pour l’obtenir. Et Vichy de l’époque marchait main dans la main avec le nazisme. Alors ?

  4. Une petite note à votre intention, cher Marc Baudriller. Je suis heureuse de vous faire part que la rue Lenine à Lorient a été récemment débaptisée, le 5 novembre dernier. Elle se nomme à présent Simone Veil. Le choix des habitants, apparemment, car celle-ci a droit à tous les honneurs de la France, malgré la responsabilité qui lui incombe au sujet de la chute de la natalité en France. Elle ne se rendait sans doute pas compte que sa loi, qui fixait des limites, ne serait jamais respectée à la lettre. Pire. Que les limites seraient sans cesse repoussées. Bref, là n’est pas le sujet.
    Mais, la ville de Lanester, limitrophe, s’obstine à conserver son avenue Lenine. On sait pourquoi. Ainsi qu’ une avenue stalingrad, mais là, on peut admettre une référence à la bataille du même nom. Stalingrad étant devenue Volgograd, par la volonté de la Russie….

  5. CLERMONT FERRAND est en pole position ! on va à la gare par l’avenue de ? devinez :

    l’ URSS ! gagné !

  6. J’ai grandi Rue Félix Faure … le seul Président de la République décédé en pratiquant l’adultère… Ceci explique peut être cela …

  7. Ma réponse au tweet du député :
    « Et toutes les voies (rues, boulevards et avenues principalement) qui portent le nom de Vladimir Ilitch Oulianov sous son pseudonyme de Lénine, fondateur du pire régime politique de l’Histoire, vous les incluez dans votre demande, camarade député ? »

  8. On parle de révisionnistes pour ceux qui remettent en doute la Shoa , dont une gauche qui se croit détentrice légitime du respect de cette mémoire toujours prête à dégainer contre celui ou celle, qui remettrait en doute ce drame qui a fait des millions de morts dans des conditions effroyables . Mais pourquoi cela ne marcherait il pas pour les crimes contre l’humanité de Staline ! Il bénéficie toujours aujourd’hui de son statut de petit père du peuple, y compris en France, visiblement !! Lui qui a éliminé nombre de ses concitoyens parce que soit disant ils étaient ennemis du peuple et traitres à la cause , qui a créé le goulag dont on pourrait établir le chiffre des victimes à des millions de morts, qui a fait des centaines de milliers de morts lors d’une famine qu’il a provoqué en Ukraine . Sans parler de ses crimes hors URSS, dans les pays satellites et limitrophes, dont le crime de masse de Katyn en Pologne , en 1940, lors de la signature du pacte de non agression entre bolcheviks et nazis . Merci à monsieur Clouet d’avoir ravivé le sujet que nous avions mis sous cloche, par soucis de cohésion nationale . On va pouvoir peut être en parler aujourd’hui de ces rues qui fêtent une politique qui a permis Staline ainsi que ceux qui étaient ses soutiens zélés en France, comme Thorez qui allait prendre ses ordre au Kremlin !

  9. Je propose ‘en profiter pour mettre le féminisme à l’honneur en rebaptisant les rue MARAT en Charlotte CORDAY.

  10. Bien vu et moi aussi je m’amuse à relever les noms des rues dans les municipalités françaises victimes de violences urbaines genre Grenoble ou autres. Ca foisonne, les Vaillant-Couturier, Duclos, Langevin, Stalingrad, Commune-de-Paris, Normandie-Niemen, Sartre, Beauvoir, Gorki, Allende et tant de petits responsables communistes et aussi les racialisés, Césaire, Parks, Baker, Mandela et pas uniquement les rues, mais aussi les stades, écoles, places, squares….On se croirait en URSS.

    1. seule objection, Normandie Niemen groupe de chasse de la France Libre ayant servi en urss contre le nazisme. regiment auréolé de gloire pou l’aviation Francaise et dont quelques pilotes survivants ont été décorés de la médaille de héros de l’union soviétique

  11. Cet ignare devrait revoir son histoire (la vraie)par qui Pétain a été mis en place? qui à fait rentrer la France dans la collaboration et qui était Laval? et je ne parle pas des événements d’Algérie, avec Guy Mollet (dont il ne doit pas savoir qu’il était ou Mitterrand, Georges Marchais,Maurice Thorez etc. C’est vrai ces personnes (Nupes) ont la grande faculté occulté là ou ça leurs fait mal.

  12. « c’est qu’elle est à sec d’arguments, qu’elle a épuisé ses idées et sa créativité.  » La gauche n’a pas d’arguments, se contentant de répéter des slogans auxquels elle ne comprend généralement rien. Quant à ses idées et sa créativité, elles se résument en trois mots : coercition, goulag et misère.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter