Plus de cent agressions par jour ont lieu contre les représentants de l'autorité, policiers, gendarmes, pompiers ou militaires, soit "plus de 28500 en neuf mois", rapporte le Figaro. Et le rythme des agressions, effréné, ne faiblit pas. Jusqu’au 8 novembre dernier, où un algérien arrivé en via l’ en 2008 et en France en 2016 a poignardé un policier devant le commissariat principal de la ville de Cannes.

Les violences contre les forces de l’ordre ne sont pas anodines : elles ont évidemment, au-delà de l’agression elle-même, une charge éminemment symbolique. Attaquer les détenteurs de la force publique légitime, c’est attaquer l’État, c’est, en quelque sorte, cracher sur lui. Et pour les racailles qui agressent, la délinquance et le jihad du quotidien sont étroitement mêlés, puisque s’en prendre à l’État c’est attaquer l’autorité, la légalité, le droit mais c’est aussi, surtout, vouloir blesser la France.

Cette escalade de la violence, de quelle est-elle le symptôme ?

Tout au long de son quinquennat, n’a eu de cesse de souffler le chaud et le froid, flattant et dénigrant tour à tour les forces de l’ordre. L’interview au média Brut en décembre 2020 où il reprenait le terme « violences policières » à forte connotation anti-flics a fait mal : avec la même perversité évoquée plus haut, il alimentait ainsi la haine anti-flics qui traverse « les quartiers », où la loi en vigueur n’est pas exactement celle de la France. Une autorité brouillonne, un « en même temps » illisible, une volonté de flatter l’électorat d’origine étrangère, un déni de la partition en actes sur le territoire français : autant de preuves de la faiblesse de l’État et de celui qui le dirige dont se nourrissent les délinquants.

À cela, bien sûr, s’ajoute un sentiment d’impunité totale – et ce n’est plus vraiment un sentiment, mais une réalité – dont tout le monde, semble-t-il, fait le constat mais que l’on peine à aborder sous le bon angle et plus encore à résoudre. Car, pour cela, il faudrait une volonté politique.

On peut indéfiniment protester contre les juges, souvent à juste titre car, comme le disait au Figaro Fabien Vanhemelryck, secrétaire général du syndicat Alliance, nous sommes dans «une situation où l’impunité est grandissante et l’ omniprésente. Aujourd’hui, avec les aménagements de peines, des individus condamnés à de la prison ne vont pas en détention. Alors qu’ils ont cinquante faits à leur actif, certains sont remis dehors après leur garde à vue. Certains magistrats considèrent que la prison doit rester une exception». 

Cela reprend les travaux du docteur Maurice Berger, psychiatre spécialiste de la violence, pour qui le sentiment d’impunité  qui anime les délinquants, dont certains n’ont plus aucune notion du bien, du mal, ou même des simples exigences de la vie sociale en France, serait un peu combattu s’il y avait de simples peines, effectives et effectuées de contention, c’est-à-dire de prison. Impunité réelle et haine de la France, un cocktail explosif qui mènera, si on ne fait rien, à une guérilla permanente sur le sol français.

Il faut remonter la chaine pénale jusqu’au bout.

Il serait bon de rappeler aux français qui, au mois de juin prochain, éliront leurs députés que les juges, même s’ils ont tendance, idéologiquement, à considérer avec plus d’attention les victimes que les coupables, appliquent des lois…votées au Parlement. Comme le rappelle Éric Mathais, procureur de et président de la Conférence nationale des procureurs, «les lois votées dernièrement interdisent les petites peines et incitent à l’aménagement ab initio. Nous sommes par ailleurs dans l’obligation fine, imposée par le code pénal et le code de procédure pénale, de prendre non seulement en compte la gravité des faits mais aussi la personnalité des intéressés» (Le Figaro).

Ce sera bientôt l’heure du choix dont tout porte à croire qu’il sera irréversible : combien de temps laisserons-nous ceux qui haïssent la France imposer le chaos ?

9 novembre 2021

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 4 votes
Votre avis ?
29 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires