On se gausse, on s’indigne. On parle de plat de lentilles et d’âme vendue (on apprend donc, au passage, que la gauche croit à l'existence de l’âme). On méprise Olivier Faure d’avoir tout accepté, tout avalé - la retraite à 60 ans, la VIe République et tout le reste. On en appelle, outré, aux mânes de Mendès France, comme Carole Delga - « La morale en politique interdit que stratégie et convictions divergent, fût-ce pour des motifs d’opportunité transitoire. C’est ce que j’appelle la vérité. » Ou bien, on crie, comme Gilles Le Gendre, « à l’OPA de La France insoumise sur le Parti socialiste ». On appelle cela « la seconde de François Mitterrand ». Et même « un héritage bafoué » et « un blasphème » - rien que ça -, oubliant qu’en son temps, dans son gouvernement, ledit François Mitterrand avait fait un bout de chemin avec les communistes.

Aurélien Taché renvoie, du reste, assez finement dans ses buts : « Mitterrand n’aurait jamais voulu que son héritage soit défendu par les giscardiens. C’est au contraire les jalons d’un nouvel Épinay qui sont en train d’être posés. »

Bref, le PS outragé, le PS brisé, le PS martyrisé, mais le PS libéré… de la perspective d’une mort certaine. La gauche s’allie avec l’extrême gauche. Pourquoi s’étonner ? Elles partagent un substantif commun, et c’est la seule alternative pour ne pas basculer dans le grand trou noir du Jyfoutou, qui n’est pas un volcan japonais mais un parti politique hégémonique qui, pour carburer, fait feu de tout bois et de tout le monde : La République en marche.

Faire allégeance à LFI ou finir en petit tas de cendres, le PS a choisi. Dès le 13 septembre 2020, dans en entretien accordé au JDD, Olivier Faure avait d’ailleurs exhorté les forces de gauche à se réunir pour les échéances électorales à venir. Sinon, avait-il prédit, « nous serons la gauche la plus bête du monde ».

Les négociations ne sont pas terminées. Le PS, faisant sa mijaurée, a suspendu la négociation. Pour avoir des garanties. Il ne veut pas donner l'impression d'être tombé trop facilement dans les bras de LFI. Qu'à cela ne tienne, on sait que cela aboutira.

Et si, faisant fi des cris d'orfraie, le PS avait raison… et LR avait tort ? Car LR, parti miroir du PS, comme lui en perdition faute de crédibilité et d’idées, pourrait avoir la même démarche de rapprochement, appuyée sur la même logique sémantique fondatrice, dans l’idée d’éviter les mêmes écueils : être absorbé par LREM ou finir de sombrer dans le naufrage, seul et minuscule, telle une bernique accrochée au mât du radeau de la Méduse.

Dans « extrême droite », il y a « droite ». On pourrait convenir, comme à gauche, de se mettre d’accord sur quelques points essentiels : l’immigration, l’insécurité, le wokisme, la pression fiscale… et choisir d’éviter, dans un premier temps, les sujets qui fâchent, ces drapeaux blancs modernes du comte de Chambord. Ce sont peu ou prou les mêmes qui séparent PS et LFI : l’Europe et la retraite à 60 ans. Sur ce dernier sujet, du reste, et afin de sauver (s’il est encore temps) la retraite par répartition, on pourrait tomber d’accord sur un plan Marshall de la natalité. Car sans enfants, ce n’est pas la retraite à 65 ans, qui nous attend, mais à 80 ans.

On mettrait Marine Le Pen, Éric Zemmour et Christian Jacob autour de la table. Certains, qui font le grand écart intellectuel permanent, comme François-Xavier Bellamy ou Éric Ciotti, auraient soudain le cerveau moins endolori. D’une certaine façon, on penserait, ici aussi, à François Mitterrand en enterrant enfin en grande pompe ce cordon sanitaire mortifère, à la longévité exceptionnelle, dont il avait été l’artisan. Et à ceux qui invoqueraient un général de Gaulle se retournant dans sa tombe, on pourrait faire une réponse façon Aurélien Taché : qu’aurait pensé le général de Gaulle - et, accessoirement, tante Yvonne - devant son héritage récupéré par LREM, qui a légalisé la PMA, l’IVG jusqu’à 14 semaines et promet déjà l’euthanasie ?

La formule d’Olivier Faure, dans le JDD, est une citation détournée. L'originale est de Guy Mollet, date de décembre 1957 et visait, en réalité, l’autre bout de l’échiquier. Elle est d’actualité : « La droite (est toujours, encore et plus que jamais) la plus bête du monde. »

6816 vues

29 avril 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

92 commentaires

  1. Mes amis de droite, dame Cluzel a parfaitement raison : faute que vous ayez fait des enfants il vous va falloir travailler jusqu’à 80 ans .

  2. Evidemment quand les gens de droite votent Sarkosy qui leur dit l’année suivante : Métissez-vous , il y a des questions à se poser sur cette qualification .

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter