Audio - Editoriaux - Entretiens - 1 novembre 2017

“Parisiens qui ne voulez plus de Mme Hidalgo, rendez-vous le 17 novembre prochain!”

Serge Federbush revient sur tous les problèmes financiers concernant Mme Hidalgo : financement des Jeux olympiques, cumul d’emplois et emplois fictifs, suppression des colos des employés de la ville de Paris, etc.

Il organise une conférence avec Airy Routier, auteur de Notre Drame de Paris, le 17 novembre, à 19 h 30, à La Petite Louise, face à la mairie du 10e arrondissement, 54, rue du Château-d’Eau.

Serge Federbusch, le sort s’acharne sur la maire de Paris, Anne Hidalgo. Un article sorti ces jours-ci dans Capital la met en cause dans une affaire d’emplois fictifs.
Cette information vous étonne t-elle ?

J’ai été le premier dès 2013 a révélé toutes ces informations.
D’abord, elle est partie très tôt à la retraite selon une disposition scandaleuse pour ce qui la concerne. Elle a été prévue pour des femmes ayant élevé trois enfants et n’ayant pas d’autres revenus. Pourtant, Anne Hidalgo a allègrement cumulé sa retraite avec des revenus d’élus particulièrement substantiels. De plus, elle avait l’ancienneté pour en bénéficier seulement parce qu’elle avait occupé des emplois tout à fait douteux dont on peut interroger la véracité.
J’avais été le premier à parler en 2013 de cette retraite et du caractère fictifs de ses emplois. En effet, elle ne pouvait pas être à la fois 1ere adjointe au maire de Paris, conseillère régionale et en même temps travailler à l’Inspection du travail et en même temps membre du cabinet d’un ministre. Il s’agit de cumuls tout à fait suspects qui lui permettaient de cumuler à la fois les rémunérations et les droits à la retraite.
Je me réjouis que cela transpire ailleurs, mais je déplore que cela ait pris quatre ou cinq ans. Heureusement que des journaux comme Capital sont là pour relayer ces informations. Il est toutefois très étonnant que tout cela n’ait pas été relayé plus tôt.

N’est-il pas effrayant de laisser la gestion du budget des JO à la mairie de Paris et à sa maire dépensière ?

Quand on étudie la différence entre les budgets annoncés et les dépenses réelles en matière de Jeux Olympiques, on a comme un révélateur du coefficient d’inefficacité et de corruption des différents systèmes.
Cela atteint un rapport de 1 à 50 lors des Jeux Olympiques d’hiver en Russie à Sotchi, de 1 à 30 en Chine, et quand même de 1 à 7 à Londres. Vous pensez bien qu’en France où l’administration n’est en rien plus efficace que chez les Britanniques il y aura aussi des dérives très importantes.
Il suffit de regarder le voyage de Lima où Anne Hidalgo est partie avec toute une smalah pour célébrer la victoire. Elle a dépensé 1,5 million d’euros alors qu’on savait que cette victoire était acquise puisqu’il n’y avait pas d’autres villes que Paris en lice.
Il ne s’agit finalement que d’un moyen pour beaucoup de politiciens de se hausser du col et pour d’autres dans la communication ou le BTP de s’engraisser.

Nos collègues de Valeurs Actuelles ont révélé que Anne Hidalgo venait de supprimer 2 millions d’euros de budget permettant aux enfants des employés de la ville de Paris de partir en colonie l’été. A-t-elle déjà la volonté d’aller chercher de l’argent disponible pour les JO ?

Anne d’Hidalgo n’a pas les moyens dont disposait Delanoë. On parlait alors du magot de la ville de Paris. Il a énormément gaspillé et a lancé des dépenses dans tous les domaines. Elle a donc beaucoup moins de marges de manœuvre. Elle cherche à grappiller ici et là en diminuant les avantages des employés de la ville.
Cet argent ne va pas aller directement au budget des JO, mais cela permettra probablement de dégager des crédits par ailleurs.
N’oublions pas qu’elle préempte beaucoup de logements soi-disant sociaux pour y mettre de la clientèle électorale. Tout cela coute très cher. Elle a donc des problèmes de fin de mois.
Elle est aussi dispendieuse dans tout ce qui concerne sa communication et son clientélisme qu’avare dans les dépenses de gens qui ne sont pas supposés bien voter. C’est le cas par exemple avec la voirie. Elle ne l’entretient plus. C’est aussi le cas pour les employés de la mairie. En effet, connaissant bien Delanoë et Hidalgo qu’ils ont vu agir depuis maintenant presque 20 ans, ils les détestent. Elle donc pas du tout envie de mieux les rémunérer. Il faut savoir que Delanoë était hué et sifflé systématiquement à chacun de ses vœux aux employés de la mairie de Paris.
Je convie donc tous ceux qui s’intéressent à Paris et qui pensent que la ville de Paris peut être reprise des mains d’Anne Hidalgo sans tomber dans celles de Macron à venir nous rejoindre le 17 novembre à 19h30 au 54, rue du Château d’eau, au café La petite Louise, pour un débat avec Airy Routier, l’auteur de Notre drame de Paris. Cet ouvrage qui remporte un réel succès fait état de toutes les turpitudes d’Hidalgo et de sa mairie.

À lire aussi

Serge Federbusch : “La légère hausse d’Anne Hidalgo s’explique par le discrédit du macronisme.”

Et je vous promets que les aménagements de voirie les plus ineptes seront évalués et corri…