Diviser pour régner est une tactique courante sous tous les régimes. Dans la Ve République, le moyen obvie est d’instituer la proportionnelle. Ainsi Mitterrand, lors des élections de 1988 pour abattre le RPR. Voit-on Macron faire de même pour affaiblir le parti de Bellamy et Lisnard ? Que l’on me permette, dès lors, de faire litière de cette excuse – car c’en est une, fausse… – devant l’état de délabrement des Républicains. Si ceux-ci n’ont su, depuis 2012, être crédibles dans leur ligne idéologique, si ceux-ci ne parviennent à faire émerger un candidat crédible, ce n’est pas parce que Macron joue le jeu de Marine ou du Rassemblement National. La cause n’est à chercher qu’en eux-mêmes.

Accessoirement on notera les absences des cadres de susnommés lors de la manifestation des policiers le 19 mai ; manifestation qui nous valut, divine surprise, de voir Villiers et Messiha bras dessus, bras dessous avec l’éditorialiste de CNews. Longuement applaudi, ce trio affiché comme un triumvirat concocte-t-il une suite ? L’avenir le dira.

Mais tout de même, observons combien le même, Zemmour, dispose d’une exposition médiatique qui pousse les lecteurs de Boulevard Voltaire et le milieu patriote à l’apprécier ? Il dispose, grosso modo, d’une demi-heure quatre soirs par semaine et d’une heure le vendredi pour exposer ses vues sur tous les sujets. La politique et ses calculs, l’économie et son délabrement, les relations internationales et ses enjeux, la société et ses violences, le terrorisme et ses drames… Tout ! Tout y passe. Tout, lors d’émissions courtoises, policées, durant lesquelles on ne vous coupe pas la parole.

Je ne me plaindrais pas s’il l’emportait en 2022. Mais qu’on mesure la différence de traitement avec tous les autres. Quelle différence d’avec les interviews hostiles du milieu médiatique bobo-parisien quand Marine Le Pen est au micro !

On prétend encore que celle-ci ne sait pas s’entourer. Il est vrai que Macron sut si bien le faire. Quant aux LR… Se plonger dans un magma centrifuge semble être leur sport favori. On feint de croire que le RN n’a pas de programme. Qu’elle est nulle en économie. Qu’elle n’a pas la stature d’un homme d’État. Une réponse : qu’au moins on prenne conscience de cette différence dans l’exposition médiatique ; laquelle est formatrice des opinions.

Qu’on se souvienne aussi que de Gaulle n’avait pas dû étudier beaucoup l’économie à Saint-Cyr et que l’enseignement brillantissime de l’ENA et Sciences Po n’empêchèrent pas Hollande, à la tête du département, de creuser la dette de la Corrèze entre 2008 et 2012. Cela n’empêcha ni les Trente Glorieuses ni Hollande d’être élu…

Se souvenir, enfin, que six mois de campagne de premier tour à taper sur son plus proche voisin qui pourrait être un allié rend quasiment impossible avant le deuxième tour de rattraper l’impact délétère du bashing précédent !

20 mai 2021

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 4 votes
Votre avis ?
21 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires