Alors que le week-end politique est marqué par la primaire de la gauche et les éventuels ralliements futurs de cadres RN à Éric Zemmour, un nouveau sondage vient confirmer le « trou d'air » d'Emmanuel Macron en janvier. Il s'agit de l'enquête Rolling IFOP-Fiducial pour Paris Match, LCI et Sud Radio, publiée vendredi.

Pour le directeur général de l'IFOP Frédéric Dabi et le politologue Jean-Philippe Dubrulle, qui commentent les résultats, « Emmanuel Macron atteint son score plancher […] avec 24 % des intentions de vote au premier tour, le Président sortant enregistre un reflux de deux points depuis le 10 janvier (26 % à ce moment-là), après un tassement marqué à 24,5 % durant tout le reste de la semaine. » Les deux analystes mettent en rapport cette baisse avec « plusieurs signaux inquiétants » : « la poursuite de la mobilisation des enseignants, le recul de la confiance des Français dans la gestion de la crise sanitaire et surtout l’incursion de la thématique du pouvoir d’achat dans le débat politique depuis les hausses annoncées du coût de l’énergie ». Ce qu'un autre politologue voyait comme ses grands atouts et dont nous soulignions, la semaine dernière, la caractère réversible et potentiellement dévastateur pour lui.

De plus, comme le remarquait aussi Marc Baudriller, le président de la République sortant voit son socle s'éroder : « Comparé au 10 janvier, Emmanuel Macron recule sensiblement dans ses segments force : -8 points chez les 65 ans et plus, -9 chez les cadres et professions intellectuelles supérieures, -7 chez les plus diplômés et -6 chez les catégories aisées. »

Enfin, un nouvel indice vient confirmer les doutes de l'opinion sur Emmanuel Macron : « Plus alarmant encore, le “pronostic de victoire” du Président sortant a chuté : donné gagnant par 35 % des électeurs il y a deux semaines, ils ne sont plus que 27 % à parier sur son sacre le 24 avril prochain. » Cette spirale descendante va certainement contraindre le maître des horloges à bousculer son calendrier et à avancer son kairos de candidature, avec tous les risques que cela comportera pour lui, désormais plus facilement ciblé par ses adversaires et soumis à la reddition de comptes.

L'affaissement du Président sortant avant même sa déclaration de candidature (« un sombre présage » pour les commentateurs) rend la campagne et l'élection plus ouvertes. D'autant plus ouvertes qu'à droite, entre les trois candidats, les jeux sont loin d'être faits car « l’incertitude plane encore sur le second tour quand Zemmour reprend des couleurs ». Si les dernières semaines étaient dominées par le duel Pécresse-Le Pen, ce sondage enregistre un retour d'Éric Zemmour dans le jeu : « S’il fallait désigner un grand bénéficiaire de cette semaine de Rolling, ce serait incontestablement le leader de Reconquête : +1,5 point en sept jours, soit une compensation presque totale de la chute enregistrée après ses propos sur la place des enfants handicapés à l’école. Ainsi, la “primaire sauvage” de la droite n’est toujours pas résolue : avec Éric Zemmour à même distance de Valérie Pécresse que celle-ci de Marine Le Pen, l’incertitude reste le maître mot de l’affiche du second tour. » Pour Valérie Pécresse, c'est la stagnation, avec une « campagne encalminée, sans dynamique ».

À gauche, peu d'évolution, morne plaine : Mélenchon à 9,5 %, Jadot à 5,5 %, Hidalgo et Taubira à 3-4 % et Roussel à 3 %.

Cette nouvelle enquête montre que, contrairement à ce qui nous était assené depuis des mois, rien n'est joué. Déjà, l'irruption d'Éric Zemmour dans la campagne a contraint Marine Le Pen à une campagne de premier tour, ce que personne ne prédisait. Mais, en introduisant une forte incertitude sur l'affiche du second tour, il a aussi perturbé les plans des autres acteurs, dont Emmanuel Macron lui-même. Son décrochage, avant même qu'il ne soit officiellement candidat, en dit long sur l'état d'esprit des Français et contredit le scénario d'un Emmanuel Macron incontournable. Une élection est une affaire de chiffres, mais aussi de psychologie et de dynamique : pour Emmanuel Macron, janvier s'achève aussi mal qu'il a commencé.

11873 vues

30 janvier 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

42 commentaires

  1. le vrai sondage 10 AVRIL 2022 à 20H 00 …….le reste du pipeau et de l ‘enfumage malhonnête

    1. Sauf l’appel possible de Macron à Joe l’ami américain pour lui demander un coup de main en France pour avoir un attentat bien concocté par la CIA comme celui de Maiden à Kiev, qui lui permettrait de justifier un Etat de Siège et de confiner tout le pays pendant 6 mois, le temps de déplacer les milliers de tonnes d’or de la BNF vers les USA. Et laisser les français ruinés et cocus.

  2. MACRON ne passera pas le premier tour…….ZEMMOUR est facilement à 23 ou 24%……..et MACRON est à 13 ou 14%….. les autres sondages sont du pipeau……….PECRESSE 16 %……MLP 18%……MELENCHON 8%

  3. Surtout ne pas oublier le coup de bambou sur la nuque d’EDF ,sujet traité sur Marianne .,et Alsthom quand il était ministre sous Holland

  4. Je pensais que nous avions touché le fond avec Hollande…. Macron est pire, et a continué de creuser, enfonçant la France dans le chaos, et méprisant les Français. Comment peut il oser se représenter ?

    1. Il est « obligé » d’y aller. Le deep state américain le tiens par les « c…….s ». Et il vont l’obliger à faire la guerre en Ukraine. Pendant qu’il nous vendront leur gaz de schistes qui n’est pas utilisable avec nos réseaux de gaz domestiques. Il faut « ruiner » la France avant la prochaine guerre en Europe, en remplacement du pognon de dingue mis dans l’achat inutile des vaccins mais qui permettront de contaminer les enfants de 11 ans et leurs grand parents. Il faut « déconstruire » la France.

  5. Elu il me semble bien avec 27 % des électeurs(trices) inscrits sur les Listes électorales, soit maxi 54 % de 50 % votants. Malgré les cadeaux par plus 100 milliards d’euros hors budget (hors Covid), et pris soin de la santé covid des citoyens avec QrCode !!! Macron est en dessous. Encore un quinquennat pour rien….Le compte à rebours est lancé pour sortir de l’Enfer d’Hadès

  6. Malheureusement la plupart des téléspectateurs ne voient que les émissions d’une presse aux ordres et la croient.

    1. Pas certain. Les pauvres se sont les soucis de bouffer qui les turlupinent, les classes travailleuses, ce sont les prix des carburants et les « enmerdes » au boulot avec les mesures à la Véran pour justifier sa bonne santé ou son immunité sanitaire. Quant aux riches, ce sera forcément « comment gagner plus en dépensant moins ». On ne parlera pas des pharmaciens et autres labo d’analyses médicales, qui sont avec certains fonctionnaires les très grands « gagnants gagnants » de la crise sanitaire.

Les commentaires sont fermés.