Editoriaux - Polémiques - Politique - 15 septembre 2019

Nicole Belloubet, quelle étourdie !

« Suis-je sotte, tout de même ! » C’est peut-être ce que s’est dit Mme Belloubet, en décembre 2017, lorsqu’elle constata qu’elle avait omis de déclarer une partie de son patrimoine immobilier lors de son entrée au gouvernement, comme la loi lui fait obligation. Déclaration qu’elle avait faite le 6 août 2017 à 12 heures 10 minutes et 4 secondes, pour être précis, à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP).

Interrogée, ce dimanche 15 septembre, sur RTL, puisque Mélenchon l’attaque sur ce sujet, le garde des Sceaux reconnaît, en effet, avoir « oublié de tout déclarer ». Une étourderie, si vous voulez. Embêtant, quand même, lorsqu’on « certifie sur l’honneur l’exactitude des renseignements indiqués dans la présente déclaration »… Mais faute avouée, faute à moitié pardonnée, comme on dit. Car le 1er décembre 2017, soit quatre mois après, Nicole Belloubet s’empressa de faire une nouvelle déclaration, toujours sur l’honneur, évidemment. Vous me direz, les gens sont mesquins, il s’agissait d’un « détail », comme dirait l’autre : des parts dans une maison dans l’Aveyron et dans deux appartements à Paris. Et pour un montant valorisé de combien ? 336.000 euros, si l’on en croit Le Figaro. Une broutille.

Histoire, tout de même, de se mettre en tête quelques ordres de grandeur, il faut savoir que le patrimoine net moyen, en France, est de 235.900 euros par ménage (une fois qu’on a enlevé les dettes), selon un article de 2018 publié par BFM Business. Les 1 % les plus riches possèdent un patrimoine net supérieur à 1,8 million d’euros. Et les 10 % les plus pauvres possèdent un patrimoine inférieur à 3.000 euros (toujours selon BFM Business). Ceux-là, ceux qui « ne sont rien », comme dirait l’autre, et n’ont rien ne peuvent sans doute pas comprendre les étourderies que peuvent commettre de belles personnes comme Mme Belloubet qui – soyons clair – n’a rien d’une femme richissime, si l’on en croit sa déclaration, ou plutôt, ses déclarations de patrimoine à la HATVP : tout mis à bout, et selon cette seconde déclaration, déposée le 1er décembre 2017 à 3 heures 42 minutes et 4 secondes, toujours pour être précis, son patrimoine net s’élevait à 1.085.597 euros, sauf erreur de notre part. Rien de pharaonique, de scandaleux.

Deux remarques, tout de même. D’abord, on notera que la plus grande partie du patrimoine déclaré de Mme Belloubet est immobilier. Quant aux valeurs mobilières, elles résident essentiellement dans de l’assurance-vie. Pas très macronien, tout ça… Faudrait voir à donner l’exemple !

Ensuite, pour revenir sur l’étourderie, l’oubli (appelez ça comme vous voulez), moi, je trouve qu’Emmanuel Macron devrait quand même s’inquiéter. Bon, Mme Belloubet n’est pas ministre du Logement et encore moins de l’Économie et des Finances. C’est déjà une bonne chose. Pour nous. Vous allez dire que c’est primaire comme raisonnement, mais ne vaudrait-il pas mieux ne pas confier le patrimoine France à des personnes qui se mélangent les pinceaux dans l’inventaire de leur patrimoine, surtout si, en plus, ce patrimoine n’a rien de mirifique ? C’est peut-être un peu « petit-bourgeois », mais l’idéal, c’est quand même de donner les clés de la maison France à des personnes qui gèrent « en bon père de famille ». Houlà, qu’est-ce que j’ai dit là ?

À lire aussi

Menaces et intimidations (à peine) voilées

Et pourquoi, le ministre de l’Éducation nationale ne serait pas bienvenu dans le 93 ? …