Sa mésaventure s’est heureusement terminée, mais elle aurait pu finir fort mal. Si la vidéo n’avait pas tourné sur Internet, cette histoire nous serait sans doute restée inconnue. Ce jour-là, les étaient braqués sur la pétition des trois cents personnalités « contre le nouvel antisémitisme ». Une pétition signée par les « pompiers pyromanes », comme l’a fort bien analysé ici mon ami Nicolas Gauthier.

Occupés, donc, à dénoncer ce nouvel antisémitisme qui ronge la société française, nos gens de radio, de presse et de ont oublié de rapporter ce qui venait d’arriver à Pascal Boniface, le directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS).

Invité en Israël par l’Institut français de Jérusalem, du lundi 16 au jeudi 19 avril, pour y donner une série de conférences, il a été violemment agressé dès son arrivée à l’aéroport Ben-Gourion de Tel Aviv. « J’ai été pris à partie par une demi-douzaine d’individus franco-israéliens, apparemment – ils parlaient très bien notre langue –, qui m’ont insulté de façon très vive. Ils ont mis en avant mes liens avec les Arabes. Il y avait beaucoup de racisme anti-arabe dans leurs propos, dans leurs insultes », a-t-il rapporté à Franceinfo, ce mardi. « Ils m’ont bousculé, ils m’ont craché dessus, ils ont voulu m’entraîner en dehors de l’aéroport pour me crever les yeux, selon leurs propos », poursuit-il, et sans l’intervention de la police qui l’a mis à l’abri, les choses auraient sans doute très mal tourné.

La raison de cette agression ? « Ces personnes qui m’ont pris vivement à partie pensent que je suis antisémite parce qu’il m’arrive de critiquer le gouvernement israélien. Il y a donc une confusion qui est gravissime entre la critique d’un gouvernement et la haine d’un peuple », dit Pascal Boniface, ajoutant que « cette confusion est malheureusement entretenue par beaucoup d’intellectuels et de responsables politiques ».

Ce qui nous amène à une autre affaire qui, celle-là, a défrayé la chronique : le refus de l’actrice israélo-américaine Natalie Portman de se rendre en Israël pour y recevoir le prix Genesis. Appelé, nous dit-on, le « Nobel juif », ce prix, doté de deux millions de dollars, « récompense le travail et le dévouement d’une personnalité envers la communauté et les valeurs juives ». Mais si l’actrice remplit tous les critères requis vis-à-vis de sa communauté, elle se dit néanmoins en total désaccord avec la de Benyamin Netanyahou. C’est parce que ce dernier devait prononcer un discours lors de la remise du prix qu’elle a refusé de s’y rendre, estimant que sa présence aurait cautionné ladite politique.

Elle s’en est expliquée ainsi sur son compte Instagram : « J’ai choisi de ne pas participer parce que je ne voulais pas apparaître comme un soutien à Benyamin Netanyahou, qui devait faire un discours à la cérémonie. […] De la même façon, je ne fais pas partie du mouvement BDS [opposé à l’extension des colonies en territoire palestinien, ndlr] et ne le cautionne pas. Comme beaucoup d’Israéliens et de Juifs dans le monde, je peux critiquer la direction israélienne sans pour autant vouloir boycotter l’ensemble du pays. Israël a été créé il y a exactement 70 ans pour servir de refuge aux survivants de l’Holocauste […] Mais les mauvais traitements de ceux qui souffrent des atrocités aujourd’hui n’est simplement pas en accord avec mes valeurs juives. Parce qu’Israël m’est cher, je dois m’opposer à la violence, à la corruption, aux inégalités et à l’abus de pouvoir. »

Peut-on rappeler, en effet, sans risquer l’accusation d’antisémitisme, que depuis le 30 mars dernier et le début de l’opération appelée la « Marche du retour », 38 Palestiniens ont été tués et des centaines blessés par les tirs des soldats israéliens ?

Vouloir interdire toute critique d’Israël, c’est justement faire le terreau de l’antisémitisme. À se demander, tant c’est contre-productif, si ce n’est pas le but !

24 avril 2018

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.