Nathalie Loiseau : la comédie de l’annonce spontanée de sa candidature fait un bide

Nathalie Loiseau a le sens de la mise en scène. Pressentie par la majorité présidentielle pour être tête de liste aux européennes, le ministre tortillait sur son siège… « P’têtre ben qu’oui, p’têtre ben que non… Enfin, si vous insistez, je vais voir… Faut que j’en parle à mon mari… »

Enfin décidée à donner une réponse positive, le ministre des Affaires européennes a estimé que l’annonce officielle de sa candidature au cours du débat face à Marine Le Pen aurait de l’allure. Le coup d’éclat ! La bombe ! Le public en délire, les confettis qui tombent du plafond…

Mais n’allons pas trop vite. Pour une raison que la raison ignore, madame Loiseau s’est mis en tête de simuler une décision spontanée. Faire comme si soudain… Paf ! « Puisque c’est comme ça, j’en serai ! » Ce qui fut fait. Au détour d’un échange, en réponse aux arguments de la présidente du RN, la comédienne donna toute l’ampleur de son talent avec cette tirade poignante : « Madame Le Pen, je voudrais dire bravo parce que vous avez réussi à me faire changer d’avis. Je suis entrée sur ce plateau et je vous l’ai dit que je n’étais pas candidate pour conduire la liste de la majorité aux élections européennes. » Éclat de rire de Marine Le Pen. Est-il possible de chausser plus gros sabots ?

Après explication de sa motivation soudaine, sans surprise, la danseuse auvergnate enchaîne : « Ce soir c’est vrai, je suis prête à être candidate. » Les rires de Marine Le Pen redoublent. Mais la pièce n’est pas terminée. L’actrice conclut : « Je ne sais pas ce qu’en pensera la majorité présidentielle, je ne leur en ai pas parlé, mais cette fois-ci, je ne me défilerai pas… » D’habitude, oui. Mais là, non.

Drapée dans sa toge « En Marche », Nathalie Loiseau découvre, ce soir-là, les positions du Rassemblement national. Elle n’était pas au courant. Mais pourquoi ne lui avait-on rien dit ? Sinon, vous pensez bien qu’elle se fût déclarée candidate immédiatement.

Au lendemain de la prestation, les critiques de théâtre de « LREM » ne sont pas tendres avec leur désormais « tête de liste ». « C’est très raté. Cela manquait de sincérité. C’était trop préparé », aurait commenté un proche du chef de l’État. Les amateurs de vaudeville restent sur leur faim. La chute était trop attendue. Pas un seul amant qui sort du placard…

Édouard Philippe tente de sauver les meubles : « Je pense que c’est une bonne nouvelle. Elle connaît remarquablement bien ses dossiers. » Excepté le programme de Marine Le Pen, qu’elle a découvert sur le plateau de l’émission. Un dossier sans doute subtilisé par Benalla.

Consternation, également, dans les rangs des Républicains, à gauche, à droite, au centre, un seul cri, un seul chant directement inspiré de Michel Fugain : Fais pas comme Loiseau !
(Nathalie Loiseau et le Big Bazar. Noces, banquets, animations théâtrales, soirées dansantes. Devis sur demande.)

À lire aussi

Image de Macron et Philippe amusés aux abords de Notre Dame : les explications surréalistes des médias

Ils se veulent avocats et ne font qu’enfoncer leur client. …