Les manifestations d'émotion populaire en Angleterre, à l'occasion du de la reine, trouvent un écho ici, quoiqu'en sourdine. Le message du président de la République a été à la hauteur de l'événement : le théâtre, il sait faire. Le problème n'est pas là ; le problème, c'est que c'est tout ce qu'il sait faire. Peu importe. En France, nombreux sont les citoyens qui ont une véritable tendresse pour la famille royale britannique. Ils sentent que leurs meilleurs ennemis ont perdu une grand-mère. Cela vous rapproche des familles, malgré le et les migrants de Calais. Les Windsor ont bonne presse, chez nous. Ils incarnent l'idée que nous nous faisons de l'Angleterre.

Pourtant, pouvez-vous me dire ce que la couronne britannique a réussi à maintenir de plus que nous ? La diversité est le seul critère du Truss ; les « blessures au cou » sont monnaie courante ; les Écossais songeaient, il n'y a pas si longtemps, à judiciariser les propos tenus en privé ; la société multiculturelle est un désastre, le Commonwealth un échec et des woke sont allés jusqu'à souhaiter à la reine de mourir dans des douleurs atroces. Pas de quoi pavoiser.

C'est que la différence n'est pas une différence de degré mais de nature. Le cours du monde rend les choses laides, on le voit parfaitement. Tout ira de plus en plus mal jusqu'au Jugement dernier, on le sait très bien. Mais on n'est pas obligé, une fois le constat posé, de se rendormir en attendant que la mort vienne nous prendre. La Grande-Bretagne va aussi mal que tous les pays de l'Occident décadent, à une différence près : la continuité.

En France, il y a des dynasties immuables, dans les affaires, la politique ou les journaux, mais non officielles, et les pointer du doigt serait complotiste aux yeux de la télé. En Grande-Bretagne, tout cela est codifié, protocolaire, et surtout pas immuable, puisque la reine continuait, et que le roi continuera, à renouveler sa noblesse. En France, comme disait Balzac, on a coupé la tête de tous les pères de famille en coupant celle du roi. La fraternité de la devise républicaine (outre sa connotation maçonnique évidente) : une assemblée de frères sans père, un canard sans tête. Chez les Britanniques, tout peut partir à vau-l'eau, et ça n'a pas manqué depuis 1952, mais il y a eu à la barre, pendant 70 ans, cette jeune femme timide et gracieuse, devenue une vieille dame touchante et digne, solidement ancrée dans la terre avec ses Wellies, son Land Rover quelle conduisait à toute blinde et ses chiens. Les gouvernements sont allés et venus, le peuple a été remplacé, la grandeur de ce qui fut l'Empire britannique s'est effondrée par pans entiers : Élisabeth II est restée à poste, comme elle l'avait juré lorsqu'elle n'était encore qu'une princesse royale de vingt ans. Une promesse émouvante à l'époque, qui nous paraît aujourd'hui bouleversante. Tout le règne de cette grande souveraine tient dans cet enregistrement vidéo de quelques minutes. Tout le règne, mais aussi le secret du britannique et de son côté intemporel : promesse à vie entre un dirigeant et un peuple ; relations entre personnes et non pas entre « la République » et « toutes et tous »...

Le pouvoir est fait pour être incarné. Élisabeth II a fait le job, sans se plaindre, sans se justifier. Qu'est-ce qui sépare nos deux régimes ? Rien. Et tout.

5046 vues

9 septembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

16 commentaires

  1. Bel hommage et que de vérités dans cet article. Je ne saurais dire mieux. Quel dommage que les français aient coupé la tête de Louis XVI (qui n’était pas le pire de tous). Notre Marianne fait bien pâle figure en face d’Élisabeth II. Elle est bien mal servie par les gouvernants qui s’en réclament et les français sont plus que jamais divisés. « Diviser pour régner » nous en payons le prix chaque jour depuis longtemps et la lumière au bout du tunnel recule chaque jour un peu plus

  2. Lors du mariage du prince William des personnes avaient dormi devant « l’abbaye » de Westminster(,(en fait devant l’église abbatiale de westminster,le moustier (monastère en vieux français)de l’ouest,un monastère est constitué des bâtiments ou logent et mangent les moines et de l’église ou ils prient),ces personnes étaient questionnées par des journalistes ,plusieurs de ces personnes ont déclaré qu’elles étaient fières d’être britanniques à travers la famille royale.
    A travers quoi sommes-nous fiers d’être français?Notre système politique manque cruellement d’unité,personnellement je considère qu’aucun président à ce jour n’a été garant de l’unité de notre nation,en 40 les responsables politiques en pleine débâcle ont voté les pleins pouvoirs à un vieux maréchal auréolé de la victoire de la bataille de Verdun,pour le laisser mourir comme une victime expiatoire à l’île d’Yeu.

  3. Nous en France nous sommes en deuil depuis l’assassinat de Louis XVI et de toute sa famille…Les descendants Bourbons sont bardés de diplômes et ont abandonnés les Plateaux TV de la Politique. Même sans revenir au Pouvoir ce serait le moindre…
    Louis XVI qui avait accordé bien des assouplissements de la Monarchie, avait accordé une certaine démocratie, même si ce n’était pas l’idéal, c’était un 1er pas.
    Louis XVI qui a vue monté dans le ciel la 1ère Montgolfière, le 1er homme dans l’espace il était français,
    Louis XVI qui avait permis par Lafayette d’aller libérer les Américains (U S en 2022) du colonialisme de la Grande Bretagne.
    Louis XVI qui avait enfin insisté pour que le peuple mange de la pomme de terre, alors que depuis plus d’1 siècle les autres pays l’avait adopté. Et que les français crevaient de faim…
    Même l’enfant ILS ont laissés mourir…Ce qui n’a pas empêché que la Révolution cherche sa voix par Napoléon pour la conquête de l’U.E…..On y est avec Macron

    1. Malheureusement Louis XVI n’a pas compris ce qu’est une monarchie constitutionnelle,il n’y était pas préparé,cela ne retire rien à ses qualités,il fut un homme de paix,contrairement à ses prédécesseurs ,mais il ne connaissait pas son royaume,et ses peuples.
      Après l’épisode du premier Empire,Louis XVIII et surtout Charles X furent incapables d’instaurer une royauté constitutionnelle,trop âgés et marqués par la mort de leur frère,ils ont raté la Restauration,Louis-Philippe ,le roi bourgeois,satisfaisait les attentes des nantis,le seul régime qui a fonctionné au XIX° siècle fut certainement le second Empire,Napoléon III avait publié dans sa jeunesse un traité sur l’abolition du paupérisme des classes populaire en cette période de révolution industrielle.
      Il fit interdire le travail de nuit des femmes et des enfants,haussé l’âge auquel les enfants pouvaient travailler,autorisa le droit de grève (sans occupation des lieux de travail).
      Malade,l’empereur fut entraîné dans une guerre non motivée,n’ayant qu’un fils le régime impérial était dynastiquement trop fragile.
      Les ministres bourgeois et anticléricaux de la III° république revinrent rapidement sur les avancés sociales du second Empire,et n’urent pour principale préoccupation que la reprise de l’Alsace Moselle à l’empire Allemand.

  4. Pas de soucis d’argent, elle était née fortunée, pas de problème de logement, elle disposait dés sa naissance de multiples propriétés foncières, pas de problème de recherche d’emploi , elle avait un emploi a vie , ajoutons à cela une santé de fer et un mariage réussi , les dieux s’étaient penchés sur son berceau , comment penser qu’elle pouvait comprendre le commun des mortels.

    1. Je ne connais aucun chef d’Etat français né dans un milieu modeste,ayant travaillé à la dure en usine ou à la mine.
      La reine a beaucoup voyagé à travers le monde,elle a pu observer la pauvreté de bien des peuples,d’autre part elle lisait les journaux,écoutait la radio et regardait la télévision,elle recevait beaucoup de personnes qui la tenait informée,visitait des hôpitaux,des maisons de retraite,des écoles et soutenait bien des oeuvres caritatives.
      Lorsque les présidents ,les ministres,députés ,sénateurs et hauts fonctionnaires quittent leurs fonctions,ils ne vont pas vivre en cité HLM.

    2. Les Dieux se penchent sur beaucoup de berceaux, qui ne comprennent pas plus, loin s’en faut, le commun des mortels. Je crois que vous ne saisissez pas la différence entre les puissances de l’argent qui gouvernent la plupart de nos pays occidentaux quels qu’ils soient, et le souverain d’un pays, au service de son peuple, garant envers et contre tout de son histoire et de son identité. Nos gouvernants ne cessent de s’enrichir à leurs postes, mais ils passent. Les souverains eux restent. Nous sommes au XXIe siècle et les monarchies sont devenues depuis longtemps constitutionnelles.

  5. L’avantage du système anglais monarchique et cependant totalement démocratique, où le Parlement a un rôle prépondérant, est d’éviter que n’importe quel miteux et dérangé soit élu et se prenne pour un dieu ou un roi en prenant toutes les décisions catastrophiques pour un pays selon son unique volonté. Certains systèmes, dit républicains, sont incapables d’enrayer et de stopper la folie d’un homme au pouvoir.

  6. on peut ajouter à ce qui nous manque et nous différencie, la dignité ou l’honneur et le courage…. quand on voit la bande de branquignoles qui nous dirigent on a honte

  7. Ce qui sépare nos deux régimes, le sens de l’honneur et l’amour de la Patrie qui manquent cruellement à nos dirigeants.

    1. j’ajouterais : la fidélité, le respect , la politesse et les symboles forts (propreté, décorum, traditions)

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter