Accueil Editoriaux M’jid El Guerrab : Plus belle la vie !
Editoriaux - Polémiques - Politique - 30 janvier 2020

M’jid El Guerrab : Plus belle la vie !

M’jid El Guerrab, « le député au casque », pose tout sourire dans son bureau de l’Assemblée nationale. Le député des Français à l’étranger élu sous l’étiquette du parti d’Emmanuel Macron n’avait pas daigné démissionner à la suite de son différend avec le socialiste Boris Faure. La petite altercation de trottoir s’était achevée par deux coups de casques de moto entraînant un traumatisme crânien pour le second, une mise en examen et une menace d’exclusion de son parti (qu’il quitte préventivement de lui-même) pour le premier.

On se souvient que François de Rugy (pour qui je n’ai pas de sympathie particulière), alors ministre de l’Écologie, avait subi une pression médiatique colossale suite à la publication de photos de homards lors d’un dîner, photos sans doute balancées à la presse par un invité qui lui voulait du bien. La honte et le scandale semblent pouvoir se construire comme un bon feuilleton télé. De la même façon qu’un Fillon avait été lynché pour ses histoires de costume alors qu’un Jack Lang s’est fait offrir pour plus de 500.000 euros de vêtements de luxe sans être trop ennuyé par les médias.

Eh bien, M’jid El Guerrab, lui aussi, n’eut droit qu’à quelques articles de presse et de rapides passages dans les journaux télé pour retracer les faits, rien que les faits. Si bien qu’il put rester député. Mieux, même : il figure, en janvier 2019, parmi les membres de la nouvelle commission d’enquête parlementaire sur les violences attribuées à de petits groupes d’extrême droite. Cette commission avait été instituée à la demande de Jean-Luc Mélenchon. La France insoumise… Un parti qui pourrait, d’ailleurs, tout à fait lui convenir pour de prochaines élections. Un bonheur n’arrivant jamais seul, M’jid El Guerrab expose fièrement son livre, son nouveau « bébé », comme il l’appelle.

Ainsi, à l’heure où des milliers d’auteurs, sans contacts ni relations, se voient refuser leur manuscrit par un système éditorial aux sélections drastiques, le talent de M’jid El Guerrab lui aura permis de trouver une maison pour publier son œuvre. J’oubliais le titre de l’ouvrage de notre député : Déconstruire la haine. Alma Éditeur ne semble pourtant pas avoir de rubrique « humour et dérision » dans son catalogue.

À lire aussi

À la soupe !

Il nous faudra être soudés pour éviter les facilités auxquelles tendent à incliner les esp…