Marseille : la guerre des clans s’aggrave sur fond de trafic de drogue 

marseille-g0fed896dd_1920

Marseille compte ses morts. Ce lundi 24 avril, dans la soirée, un sexagénaire attablé dans un café du XIVe arrondissement de Marseille est tué par balles alors qu’il jouait aux cartes avec des amis. Il serait, selon les enquêteurs, une victime collatérale du trafic de stupéfiants qui sévit dans la cité phocéenne. Son décès porte au nombre de 17 les victimes du trafic du drogue dans la ville depuis le début de l’année.

Deux clans ennemis

Derrière cette recrudescence de meurtres, « il y a une guerre entre deux clans majeurs de Marseille », résume Frédérique Camilleri, la préfète des Bouches-du-Rhône, au micro de BFM TV. Si la Castellane (XVe arrondissement), cité des quartiers nord de Marseille, a pendant longtemps fait la une de l’actualité avec ses trafics et règlements de comptes, la Paternelle, autre cité des quartiers nord, située cette fois-ci dans le XIVe arrondissement, est depuis quelque mois devenue un nouveau foyer de criminalité sur fond de trafic de drogue. Reliés par la rocade L2 au milieu des années 2010, les « fours » - points de deal – du quartier ont vu leur clientèle considérablement augmenter, faisant de la cité une nouvelle plaque tournante du trafic de stupéfiants à Marseille.

Si, pendant un temps, les quatre points de vente de stupéfiants, tenus alors par quatre gangs distincts, vivaient en « bonne harmonie », le confinement a profondément bouleversé la physionomie du trafic. Ainsi, depuis près de trois ans, deux clans règnent en maîtres dans la cité et se livrent une véritable guerre de territoire. D’un côté, les Yoda - du nom du point de deal à l’entrée de la Paternelle -, très populaires sur les réseaux sociaux et dans les clips de rap, sont parvenus à mettre la main sur trois « fours ». De l’autre, les Maga, au cœur du quartier, gèrent le quatrième point de deal. Au-delà de leur rivalité commerciale, ces deux clans, qui réalisent entre 10.000 et 80.000 euros par jour de chiffre d’affaires, sont maintenant prêts à tuer pour parvenir à leurs fins. Et pour mener à bien leur vendetta, ils n’hésitent pas à recruter des petites mains parmi les plus vulnérables. Des adolescents, dont certains inconnus des services de police, ravis d’empocher plusieurs milliers d’euros, ou de jeunes migrants se font embaucher en tant que guetteurs, revendeurs, « préparateurs » ou, pire, comme tueurs à gages.

Présence policière

Face à cette hausse de la criminalité, la préfecture a décidé de renforcer les effectifs de police. Déploiement d’une CRS 8 (unité spécialisée des violences urbaines, NDLR), arrivée d’une dizaine d’officiers de police judicaire d’ici le mois de septembre pour renforcer les unités de la brigade rapide d’intervention (BRI) : des moyens sont mis en place pour lutter et démanteler les réseaux de drogue implantés dans la cité phocéenne. La ville de Marseille a également mis « ses moyens techniques et humains à la disposition de la police nationale et de la justice », a annoncé sur Twitter Benoît Payan, le maire socialiste de Marseille.

En attendant, les caïds et dealers de Marseille continuent de se pavaner sur les réseaux sociaux. Sur TikTok, ils n’hésitent pas à afficher les tarifs de leur marchandise, à promouvoir leur « four » et à ridiculiser les interventions policières à la Paternelle. Comme le prédit l’édile marseillais, la lutte contre le narcotrafic qui prospère depuis des années s’annonce « longue ». Et pas gagnée...

Clémence de Longraye
Clémence de Longraye
Journaliste à BV

Vos commentaires

10 commentaires

  1. C’est la fête. Feu d’artifice sinon chaque jour, du moins chaque semaine. Ils en ont de la chance ces marseillais !

  2. Et pourtant la Drogue est interdite en Terre d’Islam…..c’est lourdement condamné par les textes religieux (Coran) il me semble bien. Mais en Terre du wokisme ça perdure de plus en plus, et coûte un pognon fou à celles et ceux qui paient des impôts….Sans doute que l’on pourrait payer plus de retraite sans avoir besoin de toujours plus de gendarmes, qui malgré toutes les capacités, ne peuvent juguler toujours plus de drogue….Les Progressistes Mondialistes au Pouvoir malgré tous leurs logiciels, les numérisations et Intelligence Artificielle, ne m’ont pas démontré leur supériorité en sécurité, bien vivre ensemble, mais plutôt le contraire….et ce n’est pas les femmes musulmanes avec leur voile obligé sur la tête qui pourront y changer quelle que chose; pourtant plus libérées elles pourraient assumer de reprendre les problèmes en mains en participant mieux à l’éducation des mineurs…

  3. Si le gouvernement voulait vraiment lutter contre le trafic de drogue ça se saurait
    Il pourrait faire des campagnes de pub , avertir les parents dans les écoles, faire des descentes musclées dans les cités bref agir
    Mais non, on fait des discours, on parle à la radio, à la télé, ça oui on parle, on s’offusque, on condamne fermement
    Et voilà

  4. Ils nous racontent partout qu il y a 2 clans , donc ils connaissent les noms des chefs , et ils font quoi ils comptent les points , ils les regardent se gaver de pognon et camer nos enfants , ils attendent des flagrants délits? S ils avaient un peu de courage ils emploierez les mêmes méthodes qu eux , on tire d abord , on coupe les têtes et on fait le ménage à tous les étages comme au Brésil en une semaine tout est réglé, tous sont butés , mais il y a sûrement du beau monde là dedans qui tirent des profits et comme dans tous les domaines dans ce pays tout le monde fait l autruche, les veaux bêlent et filent à l abattoir sans broncher

  5. La police ne fera rien. Pourquoi ? Elle n’a pas les coudées franches. Donnez leur carte blanche, et elle règlera le problème, à la seule condition que le président et le gouvernement soit entièrement d’accord, non pas verbalement, mais par un décret autorisant sous la responsabilité du gouvernement le nettoyage de cette gangrène. Sans jugement aucun.

  6. Ils utilisent des armes de guerre donc employons les méthodes de guerre et cessons de vouloir faire de la réinsertion pour ces braves garçons !!

  7. Drogue et Marseille ont toujours fait bon ménage . L’aide de la Mairie va permettre de choisir son fournisseur .

  8. La France en est la principale responsable –
    elle a accueilli des communautés qui ne mangent pas de porc –
    qui ne boivent pas d’alcool –
    pour cela, elle a permis les magasins kacher et hallal –
    par contre – pour leur coutume de la fumette –
    ils devaient s’organiser –
    qui pourra les en empêcher ?

  9. La police n’a même plus les moyens de ses ambitions, si tant est qu’elle en eût vraiment.

    Il faudra qu’un jour il y ait des Robert McCall, des Päul Kersey ou des John Wick dans la rue pour s’y substituer et passer le karsher, le vrai, pas le modèle Sarko.
    Parce qu’en face ce sont des fauves qui n’ont plus rien d’humain

    Ce jour, hélas, devra arriver et arrivera, puisque toute autre option est vaine.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois