Nulle intention à travers ces quelques lignes de dénigrer l’un ou l’autre métier essentiels au bien-être du corps social de la république égalitaire. Se gausser de femmes savantes et autres précieuses ridicules suffira. , fraîchement promue au maroquin de la Citoyenneté républicaine, dans un entretien accordé au Parisien, a fait savoir qu’elle souhaitait donner un coup d’accélérateur à la naturalisation des personnes de nationalité étrangère «qui ont entamé le parcours pour devenir français».

Sont concernés ceux qui furent en première ligne lors de la consignation collective à domicile suite à l’expérimentation socio-politique à grande échelle que fut la crise sanitaire du Covid. Sont donc concernés les éboueurs, les caissières, les infirmières ou encore médecins ; professions unanimement saluées par le gotha politique et à grande valeur ajoutée, exclusivement en temps de pandémie, à l’applaudimètre de la bonne conscience du 20 heures.

Les modalités pratiques de ce baptême républicain sont déjà connues. Au programme « un vade-mecum de la naturalisation à destination des préfectures », « la systématisation de la photo officielle », « la diffusion d’un nouveau film sur les valeurs de la République » ou « une chorale qui vient chanter la Marseillaise ». « Devenir citoyen français, ce n’est pas seulement un acte administratif, c’est aussi un acte profond, symbolique et solennel », insiste notre ancienne secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes et de la Lutte contre les discriminations.

C’est un peu l’équivalent à l’échelon national, de la procédure de naturalisation accélérée de Mamoudou Gassama, du nom de ce Malien clandestin – comprenez sans-papier – qui avait escaladé quatre étages pour sauver un enfant accroché à un balcon. «Je veillerai personnellement à ce que sa demande de naturalisation soit acceptée dans les plus brefs délais », tweetait en son temps Gérard Collomb, ministre devin du face-à-face multiculturel.

Marlène Schiappa met la barre plus haut. La naturalisation pour tous et vite ; exit donc le vivier électoral façon Terra Nova passé sous pavillon France Insoumise et Indigénistes, ici on ratisse plus large, avant 2022 l’affaire doit être bouclée, pliée, pour un retour assuré dans le devoir solennel de l’isoloir républicain. La photo officielle gage d’intégration, la chorale qui chantonne la Marseillaise garantie d’.

Sinon, on ignore à ce stade qui réalisera le docu sur les valeurs républicaines : serait-ce Mathieu Kassovitz, Virginie Despentes, ou les deux, parité oblige ? Osons rêver. Omar Sy fera-t-il partie du casting ? Un micro-trottoir avec Esther Benbassa, Danièle Obono, ou même Aurélien Taché qui verrait sans doute dans cette naturalisation de masse un moyen efficace d’endiguer l’épidémie de sans-papiérisme. Dans le registre des valeurs républicaines on ignore si l’épisode sur le génocide vendéen sera inclus dans le cursus, de consort avec l’ à 9 mois, la laïcité et la lutte chronique contre le racisme et l’antisémitisme. La présence d’Eric Zemmour pour un topo concis sur ce qu’est la France et comment en devenir, n’est, aux dernières nouvelles, toujours pas à l’ordre du jour.

On aurait aimé que les gilets jaunes, canal historique, ceux des rond-points, bénéficient d’autant de considération de la part de notre ministre, en particulier ceux éborgnés et amputés d’entre-eux. Et autant de mansuétude de l’ensemble de la caste républicaine universelle à l’égard de ces Français, qui n’en finissent pas « d’entamer leur parcours » du combattant cette fois, pour espérer bénéficier un jour de la simple reconnaissance d’avoir toujours été Français.

À lire aussi

Plus de doute, les Barbares, c’est nous !

Bientôt le passage du délai légal de « mon corps mon choix » de 12 à 14 semaines, la suppr…