Décidément, il y a une ambiance plombée, une tendance de plus en plus lourde au royaume de France, à en juger des récentes déclarations d’un François Hollande affirmant, avec la mâle assurance de ceux qui n’ont pas vraiment tout réussi dans leur vie : « La menace vient de l’extrême . Je l’affirme, un jour elle arrivera au pouvoir en France. En 2022 ou plus tard… »

De son côté, le journaliste Alain Duhamel joue aux oracles en un registre globalement similaire, affirmant, dans du 3 avril dernier : « Marine Le Pen devient donc une hypothèse solide au moment où la se déchire et n’a jamais été aussi faible depuis la Libération, où la droite classique commence à peine sa convalescence et où voit se multiplier devant lui des obstacles et des pièges. » Pour qu’un tel premier de la classe – façon Agnan dans Le petit Nicolas, de Sempé et Goscinny, dont nous fêtons, par ailleurs, le soixantième –, inamovible commentateur de la tambouille politique ayant sauvé sa tête à chaque changement de régime, parce que, justement, il n’a jamais cessé d’incarner ce même régime, en parvienne à de telles extrémités, c’est donc qu’il se passe « vraiment » quelque chose.

Ou que quelque chose, au moins, a bougé ; ce qui se constate depuis déjà plus de dix ans dans le microcosme médiatique. Les essayistes dissidents – Éric Zemmour, Jean-Claude Michéa, Régis Debray, Élisabeth Lévy ou – vendent plus que leurs homologues du « système ». Tout comme les gilets jaunes préfèrent TVL et Boulevard Voltaire à TF1 ou France 2. Charlotte d’Ornellas et , représentantes d’autres minorités jadis moins « visibles », squattent les plateaux télévisés, tandis qu’un Alain de Benoist, face au gourou de l’empire du bien, Alain Minc, effectue son grand retour en couverture du Figaro Magazine. Ce qui n’est, finalement, que , ce philosophe et ses amis du GRECE (Groupe de recherche et d’études sur la civilisation européenne) ayant créé cet hebdomadaire de toutes pièces, quasiment à l’insu d’une droite déjà donnée, à l’époque du Giscardik Park, pour être à la fois de gouvernement et singulièrement frileuse en matière doctrinale. Bref, les temps changent, tandis que les rapports de force paraissent s’inverser et que, pour paraphraser le grand , « l’espoir changea de camp, le combat changea d’âme ».

Non point que les uns puissent être plus « performants » que les autres et qu’une nouvelle « bonne gouvernance » aurait vocation à remplacer l’ancienne : il y a simplement le choc des réalités. Et c’est là qu’un Alain Duhamel, se raccrochant aux branches, affirme, à propos de Marine Le Pen : « Son ressort, c’est la colère du peuple, c’est la haine des élites, c’est le réflexe nationaliste, c’est le sentiment d’injustice, c’est le refus des immigrés, c’est l’aversion des minorités. » C’est-à-dire le rejet, par une majorité grandissante de Français, de tout ce qu’a pu incarner, des décennies durant, un Alain Duhamel et ses confrères du « cercle de la raison » : qui oserait parler, aujourd’hui, de « mondialisation heureuse » ou d’immigration « chance pour la France » ?

En effet, si le « peuple » est en « colère », c’est principalement parce que ces « élites » ont failli sur toutes ces questions. Que Marine Le Pen ait tort ou pas importe, finalement, peu : le choc des réalités plus haut évoqué s’est chargé de lui donner raison.

Si même un François Hollande ou un Alain Duhamel s’en rendent compte, c’est dire l’ampleur du carnage. Et notre éditorialiste de conclure : « Le pire n’est pas sûr mais cette fois il est devenu possible. »

Ou le « meilleur », aussi, serions-nous tenté d’ajouter. Simple question de point de vue.

5 avril 2019

Les commentaires sont fermés sur cette publication.

À lire aussi

La stratégie de Marine Le Pen : ce n’est plus elle qui fait peur, mais ses adversaires…

Il s’agit donc de rassurer l’électeur potentiel et l’abstentionniste qui pourraient bien f…