Recevant, le 23 mars sur CNews, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, dénonça l’incohérence des dernières mesures gouvernementales, avant de lui faire la leçon avec l’inévitable citation de Boileau : « Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement. »

Il serait difficile de prétendre que les journalistes, depuis le début de la , ont contribué à la clarté du débat. Composer des plateaux et des duplex hétérogènes, c’est privilégier le spectacle plutôt que l’information. Comment se fait-il que la situation sanitaire du pays à un instant donné ne puisse faire l’objet d’un consensus ? Comment peut-on laisser un gouvernement prendre des mesures privatives de à partir de courbes et de données chiffrées dont on apprend que leur présentation serait sujette à caution ? Il ne s’agit pas de revenir sur le scandale des , du nombre de morts, des tests PCR, des analyses des eaux usées ou de l’achat massif par l’Europe de doses de remdésivir, il s’agit désormais, émission après émission, d’obliger le gouvernement à mettre en place une stratégie à l’abri des conflits d’intérêt. Seule une telle stratégie pourrait être dite bien conçue, c’est-à-dire conçue dans l’intérêt des Français.

En invitant un représentant de l’opposition institutionnelle pour lui demander « Et vous, vous faites quoi, au juste ? », Pascal Praud nous ferait gagner du temps et de l’efficacité… Laissons de côté les partis ainsi que les groupes d’opposition de l’Assemblée nationale qui n’ont aucun pouvoir. L’opposition institutionnelle, celle qui a les moyens effectifs de contester l’action gouvernementale, c’est le Sénat. Que Pascal Praud interroge donc la cancérologue Catherine Deroche, présidente () de la commission des affaires sociales de cette assemblée ! Elle a à sa disposition une équipe d’administrateurs de haut niveau qui pourraient vérifier toutes les données chiffrées, les comparer, se les faire commenter, les discuter avec ceux qui les contestent. Quelques auditions bien conduites suffiraient. Dans une situation d’urgence, les commissions d’enquête qui durent des mois ne servent à rien.

Est-il normal que le Sénat ferme les yeux sur la sincérité de la situation des services de réanimation ? Un comptage sincère des lits et une vérification des raisons de leur occupation sont-ils impossibles à réaliser ? Le sénateur Alain Milon (LR), qui présida la même commission des affaires sociales, n’avait-il pas reconnu, devant un journaliste du Point, qu’il avait manqué de vigilance en négligeant durant plusieurs années d’interroger le gouvernement sur l’état de nos stocks de masques ? Catherine Deroche, qui lui a succédé, est-elle aujourd’hui plus vigilante ?

Que Pascal Praud lui demande pour quelles raisons elle accepte que la question des traitements soit mise sous le boisseau ? Et comment peut-on accepter que Gabriel Attal puisse déclarer, avec une insupportable suffisance, que certains ont souhaité que l’on prescrive l’hydroxychloroquine comme on distribue des « fraises Tagada » ? Qu’il demande également à Catherine Deroche les raisons pour lesquelles elle ne proteste pas devant le refus du ministère de donner le label « priorité nationale » à l’étude que mène l’institut Pasteur de Lille sur un traitement prometteur qui repositionne une ancienne molécule ?

La seule stratégie compréhensible serait celle qui permettrait aux médecins de tester les malades, de les soigner et de les isoler, afin que le pays se donne d’abord le temps d’avoir des au-dessus de tout soupçon, puis celui d’organiser correctement la vaccination de la population. En n’interrogeant pas le Sénat, en le laissant fuir ses responsabilités dans le silence, les journalistes se font les complices de l’incurie des politiques. Comme eux, ils acceptent l’impuissance de l’État et la mainmise de l’industrie pharmaceutique sur l’organisation de la dans le pays.

 

31 mars 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Pauvre opposition qui, tout à son futur ralliement, feint de travailler

Lorsque les acteurs de notre démocratie représentative sont pris en défaut, ils se croient…