Macron et Attal prêts à discuter avec le RN : aveu de faiblesse ou stratégie ?

MARINE LE PEN 2

L'Histoire retiendra que c'est un 6 février que Gabriel Attal a déclaré au Monde : « Certains disaient qu’il ne fallait travailler qu’avec l’arc républicain. Moi, je considère que l’arc républicain, c’est l’Hémicycle. » LFI et RN compris, donc. Et que c'est le jour du décès de Robert Badinter, et en présence de Dupond-Moretti, son aboyeur anti-RN, qu'Emmanuel Macron lui-même a confirmé cette (nouvelle) ligne. Pour le chef de l'État, il est « tout à fait normal » d'avoir des discussions avec le RN à l'Assemblée nationale : « On ne va pas considérer que telle ou telle formation politique aurait moins de droits parlementaires, moins de reconnaissance. » Du bon sens politique élémentaire. Mais s'ils le disent, c'est que cela n'allait pas de soi. En parachevant - tout au moins dans le discours - la normalisation du RN, que recherche l'exécutif ?

L'absence de majorité à l'Assemblée

D'abord à sortir de son impopularité et à éviter la défaite aux européennes qu'annoncent les sondages. Des sondages qui, pour la première fois aussi, donnent Marine Le Pen gagnante à la présidentielle. En cessant de stigmatiser le RN et ses électeurs, en acceptant même que certains amendements soient votés par ses députés pour s'assurer des majorités ponctuelles à l'Assemblée, comme l'a indiqué Macron à Bordeaux vendredi, l'exécutif cherche à pallier son absence de majorité absolue tout en faisant mine de parler aux millions d'électeurs RN. En fait, la logique du « en même temps » poussée jusqu'au bout. Et le groupe RN étant plus nombreux que le groupe LR, le calcul est compréhensible. Mais cette stratégie est en voie d'essoufflement, comme l'a montré le fiasco de la loi Immigration où l'hypocrisie macroniste est apparue en pleine lumière. Et la cacophonie du remaniement, en particulier à l'Éducation nationale, vient confirmer que Gabriel Attal, considéré comme « une très bonne arme de dissuasion contre le RN » (un ministre cité par Le Monde), est surtout un premier ministre de la parole, des éléments de langage : on a eu droit à des propos aux accents droitiers lorsqu'il était rue de Grenelle ou dans sa déclaration de politique générale, mais au final, on a Belloubet !

« Pas une main tendue »

Belloubet, devenue indispensable alors que s'ouvrait un nouveau front à gauche, car c'est du côté de la majorité, et son aile gauche, que les répercussions seront peut-être plus lourdes. De ce côté-là, sentant la fronde, on minimise, comme ce conseiller de l'exécutif cité par 20 Minutes : « Ce n’est pas une main tendue au RN ! La manière dont ça a été dit peut, peut-être, interpeller, mais la ligne est la même. »

Au RN, on a le sourire

Au RN, évidement, on boit du petit lait, mais sans être dupe : pour Thomas Ménagé, député RN du Loiret, « ils ont enfin compris qu’il n’y a pas de sous-députés et de sous-citoyens. Après on ne va pas les applaudir pour un simple respect minimum, mais on sent une évolution. » Pour le moment, cette stratégie n'a causé aucun dommage au RN : la liste de Jordan Bardella domine le match dans les sondages.

Surtout, cette extension de l'arc républicain voulue par Gabriel Attal place le RN au centre du jeu, ce qui étonne un cadre RN cité par 20 Minutes : « Je ne comprends pas leur stratégie qui consiste à parler de nous H24. Ils nous mettent au centre du jeu. Je ne comprends pas que le Président réponde à ce genre de questions. Il parle de nous en bien et nous remet au centre ! »

Si la presse de gauche s'inquiète de cette « stratégie à double tranchant » (Le Monde), pour Attal et la majorité, le RN doit lui aussi se garder des risques qu'elle comporte pour lui : normalisation, banalisation, récupération de ses thèmes et jusqu'à ces sondages très flatteurs (10 points au-dessus de la liste Renaissance) alors que la campagne a à peine commencé et que 2027 est encore loin.

Frédéric Sirgant
Frédéric Sirgant
Chroniqueur à BV, professeur d'Histoire

Vos commentaires

61 commentaires

  1. J’ai écouté et vu Marion Maréchal sur BFM ce midi. Quelle prestation de très haut niveau. Les 3 journalistes qui étaient en face, n’ont pas touché terre et se sont ridiculisés avec des questions sans le moindre intérêt . Une femme à classer supérieure certainement parmi les 10 plus grands personnages de la république.

  2. Stratégie bien sûr ! Macron/Attal veulent surtout adoucir le ressentiment des français à leur égard, incapables qu’ils sont à redresser la France. L’objectif, un transfert des votes vers leur escarcelle, vers les bons samaritains qu’ils seraient. Qui plus est, nous faire avaler la couleuvre « immigration de masse incontrôlée ». Les voilà devenus subitement de braves nounous au chevet du RN. Ils me font penser à ces nazis qui accueillaient les juifs bras ouverts pour mieux les conduire au  » travail », pour mieux les dorloter. A l’arrivée, des moutons conduits tranquillement dans les fours. Macron ne redressera jamais la France. Tous les secteurs vitaux sont profondément dégradés, trop dégradés pour un chef d’Etat qui nous a démontré son impuissance à gouverner. C’est un bavard, point. Trop de théâtre chez cet homme. Les actes ? On a lancé un mandat de recherche….

  3. De Villiers a toujours été sur la scène politique. Et s’est présenté aux élections presidentielles en 2007.
    Quant à Zemmour, il a effectivement attendu de ne plus en pouvoir pour se placer sur la scène politique, ayant été à une époque du côté de Mitterand. Il lui a fallu mûrir, mais il lui a fallu bien mûrir pour, enfin, tourner la page et suivre le chemin de la vérité.

  4. Se rapprocher du RN signifie rester dans l’Europe et dans les mêmes conditions. Par conséquent, Marine Le Pen fera exactement la même chose que Macron ou Philippe.

    • En toute chose, il faut considérer la fin LA FONTAINE. Lisez les conditions posées par le traité pour sortir du carcan européiste, ensemble conçu par l’immonde Jacques Attali, et votre avis évoluera. Vous ne naviguerez qu’entre des inconvénients. Regardez Meloni. L’Europe est une civilisation, l’Ue un marché. Les chacals financiers oeuvrent.

  5. « …je les mettrais tous en prison.. » Réponse d’une jeune de 18 ans, pourtant brillante et charmante, à ma question : « … que faire des Électeurs du RN…?  » On se demande où se trouve le fascisme véritable ! C’est quand même difficile d’embastiller 15, 25 ou a fortiori la moitié des Français. Ce genre de réflexion on l’entend souvent…mais, tiens, cela donnerait envie de voter de ce côté droit-là , quand bien même ce serait pour la première fois.

  6. Personnellement, je n’ai rien contre Zemmour mais je voudrais m’adresser à ses sympathisants qui critiquent en permanence le RN sur le site BV; le RN a été le 1er parti à s’opposer la la suprématie du droit européen, à l’immigration, au laxisme de notre justice , à l’insécurité ; que faisait donc Zemmour avant l’arrivée de Macron, il votaque faisait De Villiers que j’apprécie par ailleurs

    • De Villiers a toujours été sur la scène politique. Et s’est présenté aux élections presidentielles en 2007.
      Quant à Zemmour, il a effectivement attendu de ne plus en pouvoir pour se placer sur la scène politique, ayant été à une époque du côté de Mitterand. Il lui a fallu mûrir, mais il lui a fallu bien mûrir pour, enfin, tourner la page et suivre le chemin de la vérité.

  7. Le drame, car c’est vraiment un drame, c’est qu’elle risque de préférer s’allier à Macron pour le « Malheur comme pour le pire » et refuse obstinément d’ouvrir des discussions avec E. Zemmour. Je pense que le vieil adage qui dit que nous avons la droite la plus c.. du monde risque de se vérifier à la grande joie de toute la gauche et des macronistes, sans parler de cette engeance de gaullistes inconsistants que sont les LR

  8. Après avoir vilipendé le RN , son président , Jordan Bardella , et Marine Le Pen , en tout lieu et en toutes circonstances , et toujours pas dans des termes très courtois, voilà que l’exécutif veut s’ amender en invitant les membres de ce parti fascistes d’extrême droite ( ne craignent-ils pas d’être eux aussi contaminés) . A mon sens de façon courtoise et poliment mais gentiment les gens du RN devraient s’abstenir de donner le change à cette hypocrisie notoire.

  9. « On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre » dit un certain proverbe. Comme dit Patrick GUILBERT … »ACHTUNG »
    Le piège va se refermer et nous serons encore une fois les dindons de la farce. Schwab, Ursula, Lagarde et toute la bande de Davos avec notre coq déplumé, s’emploient à nous mener à l’abattoir. C’est pour notre bien que toutes leurs décisions sont prises. « Vous n’aurez rien et vous serez heureux »….

  10. Comment maîtriser un adversaire surtout lorsqu’il devient très dangereux? C’est tout un art qu’on aborde à Sciences Po et à l’ENA. Mais attention à l’adversaire qui n’est pas né de la dernière pluie. Et enfin vu de l’électeur lambda qu’est-ce que l’on en a à faire que les bonnes idées soient de droite ou de gauche, l’important est qu’elles visent l’intérêt général et servent le pays en dehors de toute idéologie. Ce qui est certain est que le « en même temps » ne fait pas partie des bonnes stratégies et que le choix des ministres doit reposer sur autre chose que la gestion de la susceptibilité et de l’égo de ses prétendus amis.

  11. Ou Marine va se faire avoir, ou elle est déjà d’accord pour accorder des postes aux anciens Macronistes. Les grandes manoeuvres se mijotent longtemps à l’avance. De toute manière on échangera un aveugle pour une borgne. Et les français seront toujours dans la mouise. C’es Zemmour qui aujourd’hui est le plus valable..

    • Personnellement, je n’ai rien contre Zemmour mais je voudrais m’adresser à ses sympathisants qui critiquent en permanence le RN et MLP sur le site BV; le RN a été le 1er parti à s’opposer à la la suprématie du droit européen, à l’immigration incontrôlée, au laxisme de notre justice , à l’insécurité ; que faisait donc Zemmour avant l’arrivée de Macron? il votait pour Chevènement puis pour Hollande, que faisait De Villiers que j’apprécie beaucoup par ailleurs il votait pour Sarkosy ou Chirac? Zemmour a 68 ans , il a donc changé d’avis après 60 ans en prenant un virage à 180°!! MLP n’a pas changé d’avis !!!!
      Donc cessons ces critiques permanentes stériles et rassemblons-nous, c’est la survie de la France qui est en jeu

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois