Livre : Les Feux de Notre-Dame, de François Bert

feux de notre-dame
Cet article vous avait peut-être échappé. Nous vous proposons de le lire ou de le relire.
Cet article a été publié le 26/10/2021.

Un livre à (re)lire à l'heure où Notre-Dame de Paris pleure le général Georgelin qui a tant œuvré pour elle...

Une cathédrale en flammes dans le cœur de Paris. Une colonne de fumée qui noircit les pensées et embue les regards. Un peuple saisi d’effroi, incrédule, silencieux. Et puis, soudain, regardant dans la même direction, des yeux levés au ciel, des courses qui s’arrêtent, des cœurs à l’unisson. C’est au pied de Notre-Dame en feu que nous ramène François Bert, dans son dernier roman empreint de sensibilité, d’intériorité et de poésie. Comme s’il fallait chercher sous les cendres du brasier un message d’espérance. Un mystère lumineux dans le mystère douloureux.

Ce livre nous emmène dans la nuit de Paris, image de celle de nos vies errantes et solitaires. « Je n’étais pas dans le métro, j’étais moi-même métro », confesse le héros, incarnation de notre société liquide, tête baissée, cœur fermé. Chargé de l’enquête de voisinage au lendemain du drame, c’est à une œuvre de relèvement qu’il va se voir engagé, d’une tout autre essence et d’un tout autre sens que son emploi de simple greffier de police judiciaire auquel il se croyait condamné. Avec tous ceux qu’il rencontre, les voici comme poussés, malgré eux, à voir un compagnon dans celui qui était, hier encore, un ennemi, un oublié, un anonyme. Et l’on voit, saisis nous-mêmes, les âmes se réchauffer, les blessures se guérir, les liens se renouer. Car « l’amour, c’est l’espérance qui te prend dans les bras ». Le spirituel est charnel, comme enseignait Péguy. Et nous voici à notre tour touchés par ce bel hymne à un amour vrai, fort, ardent qui vous prend où l’on ne l’attend pas, irruption de la grâce jaillie d’un feu qui ne tue pas mais rend plus fort.

Bernanos avait raison et Sartre avait tort : l’enfer, ce n’est pas les autres ; l’enfer, c’est le froid. Et il faut parfois qu’un feu dévore la pierre pour briser les cœurs de pierre. Qu’il vienne tout détruire pour nous pousser à rebâtir. Qu’il fasse disparaître la forêt réputée éternelle pour qu’on se souvienne que rien de grand ne se fait ni ne se garde sans patience ni sans alliance. Statufiés avant l’assaut des flammes, comme la galerie des rois au-dessus du porche de Notre-Dame, voici que les êtres fantomatiques et esseulés forment désormais des couples, des cœurs, des corps. Et puis les socles de tout un peuple qui se redresse.

Fiction, roman, poème ? Un peu tout cela, et encore plus. Comme un accent de chanson de geste que l’on voudrait poursuivre et rejoindre. Il y a de la clarté, de la chaleur et de l’ardeur, dans ce roman. Et si Les Feux de Notre-Dame, derrière le drame, portaient en eux un message ? Non pas de fin du monde, mais bien de redressement. Comme un signal avant le grand confinement, un appel, une exhortation. Comme une invitation à se retrouver. Nous retrouver nous-mêmes, se retrouver ensemble. Découvrir que Notre-Dame n’est pas une cathédrale engloutie mais une nef aux nervures nerveuses. Pas une vieille femme agonisante mais une jeune fille de France. Pas un monument mais une personne, aimée, aimante. Et qui, du cœur des flammes, prenant sur elle le feu, nous répète dans la nuit incandescente de ne pas avoir peur.

On pourrait croire que l’officier parachutiste légionnaire est par nature un homme blindé, mâchoires serrées, au cœur d’acier. Avec Les Feux de Notre Dame, François Bert nous prouve le contraire. Lui, l’ancien militaire, meneur d’hommes dans les combats, devenu conseiller des décideurs et recruteurs dans leurs choix, démontre combien nos théâtres d’opérations, petits ou grands, proches ou lointains, réclament une flamme que notre société soi-disant augmentée n’offrira jamais : celle d’un cœur battant.

Cet article a été mis à jour pour la dernière fois le 28/08/2023 à 11:15.

Iris Bridier
Iris Bridier
Journaliste à BV

Vos commentaires

7 commentaires

  1. Très beau livre. Mais plus prosaïquement, beaucoup aimeraient connaître la cause exacte de l’embrasement de Notre-Dame…Tout porte à croire qu’ils ne le sauront jamais. Une « raison d’état » de plus, sans doute…

  2. En voyant cette ferveur populaire j’avais imaginé une concorde et une espérance d’une réconciliation des coeurs. Le décès du Général Georgelin me laisse un léger goût amer malgré les discours fleuris de l’omniprésence républicaine face aux événements que nous vivons actuellement dans notre pays. Je n’ai pas la mémoire courte et je ne peux que me réjouir des bâtisseurs de cette culture Française du temps des cathédrales des corps de métier mais aussi des bâtisseurs de la foi qui nourrit l’humanité

  3. Comment un tel incendie sur un bâtiment comme Notre Dame de Paris peut-il rester sans responsable ni coupable? Cette rapidité d’enquête m’inquiète. Pas vous?

  4. On ne saura jamais qui a fait cela. Moi, je pense aux « piqueurs » des américains pour l’affaire du WTC en 2001. Même produit inflammable que dans les 2 tours. Et si Macron, n’a rien « su », il y en a qui en ont profité pour mettre la main sur tout l’espace touristique autour du parvis de la Cathédrale. A défaut de privatiser le domaine aéroportuaire de CDG, les financiers français mondialisés, se sont rattrapés avec l’espace NDDP. On a échappé à une St Barthélémy grâce à l’arrivé d’un Général désigné par l’omni président de la République, afin de refermer cette affaire d’Etat.

  5. Elle en est où l’enquête ? Faut-il un réquisitoire supplétif pour la disparition de georgelin ?

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois