Cliquez pour acheter

Disons-le tout de suite : c’est un livre d’idéaliste. Āmes cyniques, Cioran de bar-PMU, défaitistes de , spectateurs attentifs du Ragnarök islamo-fasciste qui vient, en auront pour leurs frais. Hervé Juvin n’a pas envie que ça se passe mal ; il pense encore que c’est possible. Pourtant, il est souvent son meilleur contradicteur : sur la frénétique, sur la perméabilité entre Goldman Sachs et l’UE, sur les différentes décisions prises dans le dos des Français depuis le regroupement familial de 1976, Hervé Juvin ne fait aucune impasse. Son constat est d’une terrifiante objectivité, encore, sur l’abêtissement, sur l’oubli de ce qui fait la , sur les difficultés aporétiques que provoque la lente invasion de notre territoire, par des moyens pacifiques et subventionnés.

Cela posé, vient le temps des mesures. Dans la construction de ce livre, elles ne font pas l’objet d’un traitement à part, mais sont abordées dans le même mouvement que les problèmes posés. Sur ces solutions, aucune impasse non plus, cela dit : des mesures concrètes sont proposées, tous azimuts, pour redresser la France, pour la rendre à nouveau fière d’elle-même, pour redéfinir un modèle d’, pour sauver ce qui peut l’être dans notre modèle de . Mais c’est justement là que le bât blesse.

En effet, si le constat de la déliquescence française est on ne peut plus salutaire et honnête, si l’espoir et la foi en notre pays sont suffisamment rares pour être soulignés, les propositions d’Hervé Juvin, en revanche, semblent parfois ne pas s’attaquer à la racine des maux. Cet avis est éminemment personnel, mais faire de la le ciment de notre cohésion, dire que nous n’avons pas, en tant que non musulmans, à nous prononcer sur ce que doit être l’, c’est déjà, à mon sens, faire des concessions au totalitarisme de notre temps.

Il n’en demeure pas moins que le livre d’Hervé Juvin est brillamment écrit, concret et chiffré, et constituerait une plateforme crédible pour un projet à la fois moderne et patriote. La culture et l’amour de la France y affleurent à chaque page, autant que le bon sens et la conscience des enjeux mondiaux, notamment techniques, écologiques, économiques et démographiques – soit les quatre grands facteurs de rupture historique qu’évoquait Henri de Castries dans une récente conférence à l’École de Guerre.

À lire avec attention, reconnaissance – et, malgré tout, une bonne dose d’optimisme, qui n’est pas la qualité la mieux partagée par ceux qui sont authentiquement de droite.

27 avril 2018

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 10 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

À lire aussi

Quarante ans plus tard, que reste-t-il de Mitterrand ?

La gauche à la française mourut comme Mitterrand : dans une interminable agonie... …