Les petits Ukrainiens vont-ils dépasser les Français à l’école ? Cela semble en bonne voie, si l’on en croit les différents reportages réalisés à ce sujet. Fin mars, déjà, les caméras de BFM TV s’étaient glissées dans une classe de Fontenay-sous-Bois, dans le Val-de-Marne. De Ukrainiennes, arrivées en France il y a moins d’une semaine, confiaient : « Ici, les maths, c’est beaucoup plus facile qu’en Ukraine. » Autant dire que la réponse de la jeune fille n’est pas passée inaperçue. Dans l’inconscient collectif, beaucoup pensaient que la France était encore une puissance reconnue pour son enseignement. En réalité, tous les indicateurs étaient dans le rouge. « Nous étions au courant [du déclassement] depuis belle lurette. Depuis trente ans, au moins, que nous dégringolons dans les classements internationaux », déplore Jean-Paul Brighelli, ancien enseignant et auteur de La Fabrique du crétin (L’Archipel), contacté par .

Les jours suivant ce reportage, d’autres témoignages ont insisté sur ce phénomène. « Les élèves ukrainiens sont nettement plus à l’aise en mathématiques au collège que les élèves français, détaille Pierre Priouret, professeur de mathématiques à Toulouse, au micro de BFM TV. Tous mes collègues du second degré qui ont des élèves ukrainiens en classe sont unanimes pour dire qu'ils sont plus performants. » Parallèlement à ce constat, les classements internationaux de l’instruction nous ont donné le bonnet d'âne. Et pour cause : la France occupe désormais une place inférieure à la moyenne de l’Union européenne ou de l’OCDE. Au collège, 2 % des élèves sont crédités du niveau « avancé » en mathématiques, contre 11 % dans l’Union européenne et 50 % à Singapour. In fine, les enfants ukrainiens peuvent donc se retrouver avec un an d’avance sur le système scolaire français !

Si les maths étaient le point fort des nouveaux arrivants, les matières nécessitant la maîtrise de la langue française étaient plus ardues. À leur arrivée, du moins. En l’espace d’un peu plus d’un mois, la maîtrise de la langue de par les petits Ukrainiens est impressionnante.

Jean-Paul Brighelli estime que « les réfugiés ukrainiens apprennent le français très vite parce qu’ils maîtrisent leur propre langue. Nous régressons dans les disciplines linguistiques parce que nous balbutions le français. » Mais alors, comment expliquer la différence de niveau scolaire entre Français et Ukrainiens ? Si nous sommes deux nations européennes, les deux sociétés divergent. « Nous n’appartenons sans doute pas à la même Europe : la nôtre est en déliquescence, affirme Jean-Paul Brighelli. L’école est un marqueur pour déterminer le niveau de décrépitude d’une civilisation. Ajoutez à cela le fait que les Slaves sont imbibés de leur histoire, alors qu’on nous a forcés à oublier la nôtre et à croire en une France morcelée, éclatée en communautés antagonistes. »

L' patriote pratique une méthode d’instruction que la France utilisait quelques décennies auparavant : roman national, rigueur, excellence et ascension sociale. Une époque révolue, ici.

9 mai 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 6 votes
Votre avis ?
44 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires