« Région Bourgogne Franche-Comté : la gauche finance le communautarisme ! ». C'est par ce message posté sur ses réseaux sociaux le 29 septembre dernier, que Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national au Conseil régional de Bourgogne Franche-Comté, lance l'alerte. « Les élus RN ont demandé le retrait de deux subventions versées à un magasin communautaire de Belfort avec boucherie halal et à une entreprise de vente de vêtements féminins d’orient abayas et voiles », s'alarme le député de l'Yonne.

Des subventions douteuses 

Sur le site de la région, pas encore de trace. Le procès-verbal n'est pas encore disponible, et la collectivité, contactée par BV ce 2 octobre, n'a pour l'heure pas donné suite à nos sollicitations. Ce qui s'est passé le 29 septembre est pourtant loin d'être anodin. Deux subventions ont été votées par la majorité pour aider des commerces dont l'activité laisse perplexe. « La première subvention s'élève à 3.000 euros, explique Julien Odoul. Elle sera allouée à un commerce dont l'activité est présentée comme "vente de vêtements féminins d’Orient sur les marchés". Une aide qui intervient dans le cadre de la Prime à la Création Reprise dans les Territoires Fragilisés (PCRTF) en Bourgogne Franche-Comté ».

Sur Instagram, la page de cette boutique, tenue par Neslihan Sutyemez, ne laisse guère de doute quant à ses intentions. Les publicités de voiles et d'abayas se suivent, vendus à des prix dérisoires. « Je suis intervenu pour dénoncer cette subvention qui est totalement illégale, et choquante compte tenu des versements d’argent public pour financer une religion », explique Julien Odoul. Selon l'élu RN, le vice président socialiste a répondu que le port de l'abaya est peut-être interdit à l’école mais qu'il ne l'est pas dans l’espace public. « C'est vrai, admet Julien Odoul. Mais ce qui interpelle davantage, c'est la suite de sa réponse : "Nous, on finance des porteurs de projet, mais on ne regarde pas leur activité." La réflexion est des plus choquantes. L'argent public ne devrait en aucun cas servir à financer des tenues islamiques. La collectivité devrait rester neutre ».

Au cours de la même séance, un vote s'est tenu pour financer un commerce nommé Bledi Market, situé à Belfort. Comme dans le cas de la première boutique, Bledi Market ne cache pas sa dimension communautaire. La première publication sur la page Facebook de l'épicerie est une publicité de promotion pour le Ramadan. « Ramadan moubarak ! », concluent les auteurs du post. Là encore, la région subventionne et alloue un montant d'envergure : 35.000 € d'avance remboursable pour Bledi Market, relève Julien Odoul.

Un autre visage ?

Pour le député RN, « un pas a été franchi. Par le passé, nous avions réussi à faire annuler des subventions suspectes lorsqu'il y avait un doute sur le porteur de projet, un risque de fraude ou encore de communautarisme. Cette fois, ça n'a pas été le cas. L’Exécutif assume totalement le fait de financer des abayas ». Une nouveauté qui montre le dévoiement de l’argent public et l’effondrement moral de cette gauche très longtemps attachée à la laïcité, observe l'élu RN. « Aujourd'hui, elle finance délibérément le communautarisme et par ricochet le clientélisme ». Le député ne compte pas en rester là, et entend bien porter cette affaire devant le préfet.

Derrière sa vitrine bien française, articulée autour de l'amour du patrimoine local et de ses églises, la région Bourgogne Franche-Comté cache-t-elle un autre visage ?

12138 vues

02 octobre 2023 à 18:35

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

32 commentaires

  1. De deux choses l’une, ou on combat FÉROCEMENT, l’entrisme islamique, ou bien on l’autorise, ce qui semble plutôt être le cas, même si macron s’en défend, subliminalement. Si on veut vraiment le combattre, il faut criminaliser les frères musulmans et les salafistes, sans quoi, ils gagneront la bataille, Je pense que vu notre lâcheté, c’est cette dernière hypothèse qui est la plus probable. Hélas!

  2. Moi ça fait plus de 60 ans que je vois des gens, des politiques, des enseignants acheter la paix sociale de cette façon lorsque j’enseignais après 1962 si on venait de l’autre côté de ma méditerranée on avait toutes les vertus, les mairies abreuvaient toutes les assos de subventions sans trop en regarder la destination du moment que c’était oriental et même encore de nos jours. Dans un autre ordre d’idée je me souviens de ce dossier fiscal où seul le directeur départemental aurait faire jouer son pouvoir discrétionnaire pour m’accorder satisfaction si j’avais réussi à obtenir un RV, impossible tellement il y avait de barrages, pendant que je me débattais, un marocain qui avait suivi une formation de 40 heures dans laquelle j’étais intervenu avait créé une assos pour l’intégration des musulmans en France, il me disait que ça lui permettait d’aller en vacances à peu de frais puisqu’il touchait des subventions, j’étais d’ailleurs en bon terme avec lui, donc pendant que je débattais, lui qui n’y connaissait rien au nom de l’assos a eu un RV tout de suite et a obtenu ce que moi en tant que professionnel je n’étais pas pu d’obtenir. Quand on a compris ça…..

  3. il y a des « nounours des bougies etc.  » à mettre où dites moi, sinon laissez moi me rendormir !

  4. Chut, nous ne sommes pas élus nationaux ou régionaux, aussi tout commentaire serait couronné d’un « raciste facho ».
    Pourtant il a bien raison

  5. Il semble qu’il n’y ai pas que la Suisse qui lave plus blanc que le blanc certains petits commerces et pas qu’en bourgogne ne sont pas de reste. Si on savaient où passe l’argent publique demain nous descendrions tous dans la rue peut être que les black-box avec qui la police ne fasse pas vraiment le poids avec nous ce serait le contraire mais surtout salutaire voir même quelques écharpes fièrement portés seraient enlevées pour bonne conscience.

    1. il y a des « nounours des bougies etc.  » à mettre où dites moins, sinon laissez moi me rendormir !

  6. « Ils nous vendront la corde qui nous permettra de les pendre » . Ma citation n’est pas exacte mais significative .

  7. Nous, on finance des porteurs de projet : la Région Bourgogne Franche-Comté doit être à court de talents pour financer de tels « projets ». N’y a-t-il pas en Franche-Comté d’initiatives plus valorisantes et porteuses d’un esprit de rassemblement plutôt que celles qui accentuent le communautarisme qui de toute évidence fleurit dans cette province.

  8. Bourgogne Franche-Comté , combien de musulmans , donc d’électeurs , dans la population ? , le nombre , toujours le nombre , et là le nombre interdit.

    1. C’est bien ce que je dit sans cesse seul les intéressent leur élection ou réélection, le reste et en fonction du vent mais toujours en pensant bien à ses électeurs.

  9. « CA » s’appelle « se tirer une balle dans le pied » ! … Les collectivités locales financent des dizaines d’associations qui viennent parasiter et capter des sommes qui , cumulées, représentent « un pognon de dingue » ! … macron a fait exploser ce système insidieux d’associations parasites qui sont légions et cautionnent toutes sortes de prosélytismes « pro-migrants » et favorisant les cultures autres que séculaires …

  10. Proprement scandaleux. L’hypocrisie règne partout ainsi que la couardise. Une honte.

  11. Pourquoi seulement demander à la commune de retirer ses décisions d’aider ces sortes de commerce ? Ne serait-il pas mieux juridiquement et politiquement parlant de saisir la juridiction administrative compétente tant en annulation qu’en référé suspension ?

  12. Mais c’est notre argent qu’ils dilapident et c’est illégal . Ces populations nous coutent déjà assez cher , les français croulent sous les impôts et les taxes , ne se soignent plus , ont du mal a boucler le mois et ils dépensent notre argent pour ça , inadmissible .Ces elus méritent un procès et la prison pour vol d’argent public .

    1. Mais ils ont été élus je ne vous apprend rien, donc ils font tout pour sauvegarder leur place et les avantages qui vont avec.

Les commentaires sont fermés.