« Le scout est fait pour servir et sauver son prochain », énonce l’article 3 de la loi scoute.

C’est peut-être cela qui a persuadé les de de faire appel aux aînés des mouvements scouts pour appuyer la logistique.

Ceux-ci ont répondu de bon cœur. Un tableau Excel mis à disposition contenant les missions a été rempli en une soirée. Le but est d’apporter un soutien logistique au travail admirable et considérable des personnels médicaux, surmenés dans cette crise.

Ce n’est pas un hasard, on constate qu’un réel esprit de service est cultivé au sein de ce mouvement de jeunesse.

Sur une promotion de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, c’est-à-dire de jeunes adultes prêts au sacrifice ultime, on ne compte pas le nombre d’anciens scouts. Assez important, en tout cas, pour affoler un rapport parlementaire sorti le 27 mars 2019.

Sur les treize soldats honorés, en janvier dernier, au-dessus du pont Alexandre-III, trois appartenaient à des mouvements du scoutisme catholique.

L’an dernier, des chœurs (sûrement scouts pour la plupart) assistent au chevet d’une cathédrale à l’agonie. Une dizaine de sapeurs-pompiers affrontent les flammes dévorant le joyau médiéval pour y récupérer la couronne d’épines et le Saint-Sacrement. À leur tête, le père Jean-Marc Fournier, ancien aumônier scout d’une troupe qu’un rapport parlementaire pourrait sûrement baptiser de groupe ultra-infra-sufra-méga-extra-tradi ! Un soir de 13 novembre, il était rentré dans une salle de concert pour y administrer, avec les soldats du feu, les premiers soins et l’absolution collective sans souci des tirs qui résonnaient encore dans le Bataclan.

Il y a un mois, France Inter aurait pu dresser un  tableau élogieux lors de la Journée mondiale du scoutisme de ce mouvement de et des fruits qu’il a portés. En sus et place, la radio de service public financée par le contribuable s’est enjouée d’une chronique insipide, diffamante et insultante, totalement gratuite.

On sait que la prière scoute demande à ceux qui ont prononcé leur promesse de « combattre sans attendre de récompense ». De fait, sûrement qu’ils ne méritaient pas celle-là ?

28 mars 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.