Editoriaux - Réflexions - 18 juillet 2019

Les contradictions des écolo-bobo-gauchos !

Les écolo-bobo-gauchos, qui s’autoproclament progressistes, en contradictions permanentes ont un sens particulier du progrès.

– Ils confondent science et idéologie : pour eux, le communisme est scientifique, le genre une théorie, le réchauffement climatique est anthropique, alors que les scientifiques (les vrais) démontrent que c’est un phénomène naturel.
– Ils sont contre le populisme, mais s’esbaudissent devant les démocraties populaires qui ne sont ni démocratiques ni populaires.
– Ils sont libéraux comme consommateurs, mais marxistes comme fonctionnaires.
– Ils sont pour l’Afrique aux Africains, mais contre l’Europe aux Européens.
– Ils sont contre la nation, mais pour les subventions, les services publics et les droits sociaux de la nation.
– Ils nient l’existence des patries, mais interdisent les apatrides.
– Ils sont contre le bétonnage des terres agricoles, mais réclament la construction de centaine de milliers de logements sociaux pour accueillir l’immigration qu’ils réclament.
– Le monde culturel est pour le libéralisme économique, sauf pour eux : ils exigent l’exception culturelle.
– Ils se disent démocrates, mais admirent les dictatures du prolétariat.
– Libéraux-libertaires, ils sont pour la concurrence libre et non faussée, mais sont favorables aux fusions-acquisitions qui conduisent à des monopoles.
– Les féministes sont pour exhiber leurs appas, mais veulent interdire les regards masculins qu’elles provoquent.
– Elles sont pour la libération de la femme, mais sont contre l’interdiction de la burqa, synonyme de soumission totale de la femme.
– Ils sont pour la réintroduction du loup et des ours dans les campagnes, mais éliminent les araignées, les souris et les rats de leurs logis.
– Ils veulent interdire d’interdire leurs interdits et rendre obligatoires leurs fantasmes.
– Ils nient l’existence des races, mais sont contre le racisme.
– Ils sont « végans » et consomment bio, mais veulent interdire les élevages indispensables à la production bio dans des fermes polyvalentes.
– Ils sont contre les pollutions, mais pour la mondialisation qui génère des pollutions gigantesques loin d’eux.
– Ils sont pour ce qui est naturel, sauf pour la reproduction de l’espèce humaine.
– Ils sont pour les TGV et les voitures électriques, mais contre l’énergie nucléaire indispensable à ces projets.
– Ils sont contre le capitalisme, mais pour la mondialisation libérale.
– Ils sont contre le profit, mais sont des profiteurs.
– Ils créent des associations à but non lucratif qu’ils transforment en associations lucratives sans but.
– Ils sont pour le droit à la paresse financé par d’autres qui ont le devoir d’être laborieux.
– Ils sont généreux, mais seulement avec l’argent des autres.
– Ils donnent des leçons de morale au monde entier, mais se font « poisser ».
– Médiocres, imbus d’eux-mêmes, ils sont pour ce qui est contre et contre ce qui est pour.

Ces rigolos pas rigolos sont les idiots utiles du capitalisme parasitaire mondial qu’ils disent combattre !

À lire aussi

Projet EDF Hercule, au service des affairistes !

Hercule est bien nommé : selon la mythologie, ce fils de Zeus tua ses enfants dans un mome…