J’avoue : le rap n’est pas un style musical qui me séduit car je n’y vois, justement, aucune musique. Plutôt une forme de déclamation rythmée strictement binaire… comme ce qui s’y raconte. Il faut toujours des confrères vigilants pour que je me penche sur le sujet : une bagarre bien réglée entre Booba et Kaaris, par exemple.

Ainsi, j’apprends aujourd’hui, par Valeurs actuelles (2 avril), que le nouveau clip de Kery James s’intitule Marianne. À la ville, Kery James s’appelle Alix Mathurin ; né en Guadeloupe, il s’est fabriqué un nom d’outre-Atlantique plutôt que franchouillard. Ça se vend mieux.

Bref, voilà Marianne, et on se dit qu’il a peut-être envie de voter Pécresse ou Macron. On comprend, en lisant Valeurs actuelles, que ce n’est pas tout à fait le cas, alors, par conscience professionnelle, j’ai tout écouté. Soit dix minutes de logorrhée où le rappeur nous annonce l’Apocalypse zémourienne. Bien sûr, Z n’est pas nommé mais il faut être crétin pour ne pas deviner qui est le héros de l’histoire. Le décor est sombre, le rappeur déclame en articulant comme un pauvre qui court après son dentier… Ambiance d’Apocalypse, donc, devant les décombres fumants de la tour Eiffel.

Kery James a fait un cauchemar horrifique : « 2024, à peine deux ans après qu’le p’tit Napoléon soit devenu président, son n’est plus une rhétorique, c’est une façon de gouverner […] Le pays est au bord de l’éclatement, les pauvres sont plus pauvres, les sont rouge sang. Il réprime le mouvement de façon brutale. » S’ensuivent quelques éléments descriptifs sur le héros : il « sait prendre soin des très riches qu’ont financé sa campagne. Les rappeurs sont sur la paille, le p’tit Napoléon ne supporte pas cette musique de racaille. »

Je fais remarquer au lecteur que commence ici un récit où le poète opère une étrange inversion des causes et des effets. Ainsi, il met en scène une jeune femme voilée, « la jeune Maryam qu’une nouvelle loi contraint d’être rebaptisée Marianne ». Elle est étudiante, « revient de l’université, son bleu turquoise, elle a dû l’enlever à l’entrée et le remettre en sortant, direction le stade ». Car Maryam est championne de course à pied : elle « explose tout sur 100 mètres. Sur cette distance, en France, aucune fille lui tient tête, mais dans la République du p’tit Napoléon, les sportives comme Marianne sont interdites de compétition. »

Je vous résume la suite : Maryam monte dans le bus, direction la banlieue, jusqu’à ce que le chauffeur s’arrête et la somme de descendre ou de retirer son voile. Il lui dit : « Madame ici on est en France, vous devriez garder vos croyances dans la sphère privée. Si vous n’aimez pas nos mœurs, faites preuve de cohérence et prenez vos babouches et vos claques et retournez vivre à Alger. » La pauvre est en pleurs. Une féministe lui crache au visage, et tandis qu’un homme lui arrache son voile, « la scène est filmée, postée sur la Toile. Marianne devient un symbole. La vidéo devient virale. La fachosphère se lâche dans les commentaires. La bienveillance ne s’abrite guère dans des cœurs de pierre. »

Ça vous rappelle quelque chose ? Moi aussi. Des femmes harcelées dans le bus parce qu’elle sont en jupe et se font traiter de p…, on en connaît. D’autres qui n’osent plus se promener bras nus dans certaines rues de Paris, se font cracher dessus et traiter de « putain de ta race ». Et puis des vidéos virales prises par des abrutis pour en humilier d’autres, c’est presque la majorité de ce qui circule… Et je ne parle pas de la bienveillance des harceleurs de la dénommée Mila.

Le cauchemar de Kery James tourne en guerre civile, sur fond d’attentat monstre perpétré par « les groupuscules identitaires ». Enfin, « venus de toute l’Europe, les ultra-nationalistes rappliquent faisant de la France une terre de combat ». Et tout ça, c’est la faute à Zemmour car les banlieues, c’est que d’l’amour !

4 avril 2022

Partager

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 12 votes
Votre avis ?
56 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires