Habitant d’Aulnay-sous-Bois, ami d’enfance de et militant communautariste, Hadama Traoré se prépare à s’engager dans la course à l’élection présidentielle de 2022.

Une trentaine de soutiens

Réunis autour de lui, samedi 6 février, une trentaine de soutiens ont répondu à son appel pour préparer une éventuelle mais très sérieuse candidature à l’Élysée en 2022. Hadama Traoré affiche la couleur. « On va y aller », assure-t-il à ses quelques militants venus des quatre coins de .

Autour de lui, des ex-militants syndicalistes et même une ancienne élue PCF du Blanc-Mesnil, Sabrina Bousekkine, rapporte Le Parisien. Leur objectif est affiché : « Présenter un modèle de société totalement alternative, avec des assemblées populaires. » Et la barre des 500 parrainages d’élus ne fait pas au jeune Aulnaysien.

Ex-candidat aux élections européennes et

Hadama Traoré s’était déjà fait connaître en se portant candidat aux dernières élections européennes : il avait annoncé vouloir « faire sauter » l’institution policière. Pas de doute que ses propos trouvent, aujourd’hui, un écho en pleine contre « les violences policières ». En mars dernier, il figurait aux en quatrième position sur une liste Démocratie représentative – citoyenne intergénérationnelle conduite par un ancien élu PS. Liste qui a récolté 3,90 % des voix.

L’homme de 35 ans revendique un passé « de gros délinquant », de producteur de et se définit comme « un Noir de banlieue », « un révolutionnaire ». En 2010, Hadama Traoré avait été condamné à dix mois de prison avec sursis pour avoir menacé le maire de « le séquestrer et de mettre le feu à la mairie ». En 2019, il organise un rassemblement en soutien à , le terroriste ayant tué quatre policiers et blessé deux autres à la préfecture de police de Paris, le 3 octobre 2019.

8 juin 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

Les commentaires Facebook intégrés aux articles sont désormais inactifs, nous vous invitons désormais à commenter via le module ci-dessus.

À lire aussi

Troisième nuit d’émeutes dans la banlieue lilloise après un rodéo urbain

Des scènes identiques ont lieu dans le quartier Moulins à Lille le même soir. …