« L’Europe veut imposer la GPA. » Ce jeudi 24 novembre, à 19 heures,  appelle à manifester, à quelques pas de l’hôtel des Invalides (Paris VIIe), pour s’opposer au projet européen de « reconnaissance de la parentalité entre États membres ». Derrière ce texte, préparé en catimini par la Commission européenne, se cache une volonté d’étendre la gestation pour autrui (GPA) à tous les États de l’Union. Si la résiste encore à sa légalisation, la pression devient de plus en plus forte sur son sol et à ses frontières.

La GPA sera-t-elle bientôt légalisée en France ? Depuis plusieurs mois, la Commission européenne planche sur un projet de reconnaissance mutuelle de la filiation entre les États membres. Si le texte peut d'abord sembler anodin, il dissimule néanmoins une volonté de faire accepter la GPA à tous les pays de l’Union européenne. Bien que la Commission ne soit pas compétente en matière de filiation, elle aimerait imposer aux États membres de reconnaître toutes les filiations et, donc, celles issues de GPA. « Ce texte, s’il n’oblige pas à légaliser la maternité de substitution, entend tout de même imposer une reconnaissance de facto de la GPA », explique Ludovine de La Rochère, jointe par BV. Pour la présidente de , un tel projet enverrait donc un très mauvais signal aux Français tentés par la GPA. « Quand des personnes envisagent de commander un enfant par GPA, s’ils savent que le parcours est compliqué, alors ils renoncent, explique-t-elle. À l’inverse, si tous les actes sont retranscrits et donc si le parcours est simplifié, les GPA réalisées à l’étranger s’accéléreront. »

Un marché lucratif qui s’installe sur le sol français

Il est vrai qu’à seulement quelques heures d’avion, les Français peuvent trouver facilement une clinique ainsi qu’une mère porteuse. Bien qu’aucun chiffre officiel n’existe sur cette pratique encore illégale, on estime que 200 à 300 enfants nés par GPA arrivent en chaque année. Si certains – notamment les couples homosexuels – font le choix des États-Unis, d’autres commanditaires privilégient l’Europe, où les tarifs sont plus attractifs. Ainsi, en Géorgie, pays où plus d’un habitant sur cinq vit sous le seuil de pauvreté, une GPA peut être réalisée pour la modique somme de 58.000 euros. L’Ukraine - pays où les mères porteuses sont également « issues des classes inférieures », selon une agence de GPA - reste une destination prisée des Français pour la GPA. Les tarifs y oscillent entre 40.000 et 70.000 euros selon « la formule choisie ». Ainsi la clinique Feskov propose-t-elle une GPA « Deluxe » contre 70.000 euros. Cela comprend aussi bien la sélection de la mère porteuse, le choix du sexe de l’enfant à naître, une garantie santé, le choix des ovules et un accompagnement juridique pour le rapatriement de l’enfant en France. Preuve, s’il en fallait, que la GPA est avant tout un business avant d’être une œuvre altruiste, BioTexCom, une clinique ukrainienne spécialisée dans la GPA, n’hésite pas à proposer des réductions au moment du Black Friday ainsi qu’une garantie sur la marchandise.

Mais le marché de la GPA ne s’arrête pas à nos frontières. Sur le sol français, malgré l’interdiction légale, des agences n’hésitent pas à recruter de futurs clients. Ainsi, en 2021, pendant le salon « Désir d’enfant » à Paris, des cliniques proposaient leurs différentes formules et encourageaient les visiteurs à avoir recours à la maternité de substitution. Si l’édition 2022 a mis un terme à ces pratiques, des Français continuent d’agir en France pour des cliniques étrangères. Romain Taillandier, ancien compagnon de l’humoriste Alex Goude, ne s’en cache pas. Il travaille pour le Fertility Center de Las Vegas et oriente les couples français en quête de GPA sur les réseaux sociaux. Des cabinets d’avocats, comme celui de Maître Gilles Aubert à Lyon, proposent également une assistance « tout au long des démarches de reconnaissance des enfants nés à l’étranger ». Récemment encore, une mère porteuse ukrainienne a réussi à accoucher en France sous X afin que ses clients puissent récupérer l’enfant. L’affaire a été classée sans suite...

« Nous sommes dans une situation complètement hypocrite », s’agace Ludovine de La Rochère. Avant d’ajouter : « Emmanuel Macron assure que la GPA est sa ligne rouge mais il ne fait rien pour lutter contre son développement en France. » Avec cette manifestation, promet de continuer le combat car « rien ne justifie de louer le ventre d’une femme ».

3241 vues

24 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

28 commentaires

  1. Comment croire Macron et sa bande lorsqu’ils affirment quelque-chose. S’ils disent blanc, c’est que ce sera noir. Ce sont des menteurs et des imposteurs. Ils sont pour que l’avortement soit gravé dans la constitution et en même temps encouragent la GPA. Cherchez l’erreur.

  2. Pour cet occident décadent à la dérive l’enfant est devenu une chose , un objet vulgaire , triste époque qui n’a pas encore tout dévoilé dans l’absurde totale , mon âge fait que je ne verrai pas le pire et tant mieux .

  3. On pourra organiser des soldes, des black friday ,des marchés aux puces .
    On donne la parole aux taureaux .On ne va quand même pas la donner à des êtres humains .
    Il y a ,en France ,nous dit-on ,300000 enfants (environ 3000 par départements ) dans les organisme de l’ASE.
    Pour éviter les bricolages médicaux et l’enrichissement de pas mal d’escrocs ,ne pourrait-on pas en confier certains à des familles en mal d’enfants , prêtes à les aimer .
    On ne doute pas que l’enfant Taillander -Goude soit comblé par ses parents .Il vit quand même entre deux continents .

  4. Les commentaires sont éloquents et complètent bien cet excellent article…
    La dérive des sociétés dites « occidentales » est totale et l’avenir décrit par les films americains de sciences fiction semble désormais la feuille de route de nos zélites…

  5. Je voudrai bien savoir quand va-t-on se débarrasser de ces bons à rien de technocrates de l’UE qui nous coûtent des fortunes et qui nous casse les pieds avec leurs idées éteintes. Peut-être parmi eux il y des anciens employés d’Amazone ou du bon coin? Si je comprend bien on pourra acheter des enfants comme on achètes des livres sur amazone, ou des articles sur le bon coin?

  6. « La GPA sera-t-elle bientôt légalisée en France ? » Aucun doute. La démarche a été mise en route par l’IVG, suivie dans la foulée par l’adoption homoparentale débouchant inéluctablement sur la GPA. C’est uniquement une question de temps.

  7. Sous la macronie on apprend à connaître le prix d’un bébé, le prix de la vie humaine à sa naissance : 60 000 euros. Pas très chère payée. En résumé, pour cette macronie, la vie c’est peu de chose. Pas étonnant que l’avortement se développe sous ce même régime. La vie étant peu de » chose » , pourquoi ne pas autoriser l’euthanasie d’un corps usagé ? Ainsi, on boucle. En ce qui concerne la légalisation de la GPA en France, la partie est déjà gagnée. La Justice française a donné son feu vert. La commercialisation de l’enfant peut prendre son essor . Une triste réalité. Image d’une civilisation décadente.

  8. D’un côté on promeut la constitutionnalisation de l’avortement et de l’autre la promotion de la marchandisation de l’enfant à naître ! N’y a t-il pas contradiction ?
    Je frémis à l’idée qu’un enfant pourrait intégrer un foyer de pervers ou autres ou si l’enfant ne correspondrait pas à leurs critères !

  9. Trafic d’êtres humains tout à fait légal et financé par les élus , bébé à la demande à ceux qui peuvent se le payer sans tenir compte de la souffrance des femmes qui les porte et qui sont le plus mal rémunérées malgré le coût de ces actes . Des gens se sont battus contre la traite d’humains et là on en invente d’autres et les élus l’encouragent .J’ai du mal à comprendre .

    1. C’est portant clair. Après avoir détruit toutes les valeurs de notre civilisation, les petits malfrats qui occupent le pouvoir n’en ont gardé qu’une, commune à toutes les mafias : le fric. Ayant créé une nouvelle société où tout s’achète et tout se vend, il est logique de promouvoir le plus rentable : trafic de drogue, d’armes et d’êtres humains.

  10. Commerce immoral et immonde la GPA ouvrira la porte au commerce d’enfants et ensuite aux soldes d’enfants quand ceux là ne correspondront pas aux desiderata des acheteurs, ces derniers examineront ces enfants comme on examine des tomates ou des bananes. Nous vivons dans une société de tarés, de détraqués qui considèrent que tout est permis y compris l’achat d’une vie.

  11. Ah tiens l’Ukraine ce « pays » montée artificiellement dans l’histoire par 3 empires. Terrain de jeu des nazis et des bolcheviques au XXième siècles. Et aujourd’hui terrain de l’éternel conflit anti-slave, anti-russe des pays d’Europe centrale.

    Une corruption endémique d’oligarques « bandériste » soutenu par l’insatiable hégémonie des USA et … des mafias …

    Parlons-en de l’Etat de ce monde … Trafic de drogue, trafic Humain, Trafic d’Enfants, Trafic d’Organes, … et surtout légalisation de ces trafics dans le droit. Le « sens » de l’histoire pour toutes les chèvres.

    Une grande vision pour l’Humanité !!! Un grand projet Civilisationnel !!!

    Il faut soutenir la Manif pour Tous ses actions et sa vigilance et relayer cet article sortir de la torpeur des ces informations sordides et les diffuser.

    1. OUI mais allez expliquer cela à la population Républicaine Française laïque et stupide qui se complait dans ce système mafieux pourvu qu’ils en aient les miettes, les vacances tous les deux mois et les chèques Républicains qui gonfle le dette ce dont ils s’en moquent comme de leur première chemise.

Laisser un commentaire

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter