Les premiers bus de migrants en provenance du Texas, rapporte Courrier international du 14 avril, sont arrivés cette semaine à Washington, DC, comme l’avait promis le gouverneur du Texas, Greg Abbott. Suite à la gestion calamiteuse de la crise migratoire à la frontière sud, et particulièrement suite à l’annonce de la levée de la mesure 42 du mandat Trump, il s’était en effet engagé à envoyer les clandestins entrés dans son État frontalier avec le Mexique aux portes de Joe Biden.

Mercredi 13 avril, vers 8 heures du matin, le premier bus a donc déposé vingt-quatre à quelques pâtés de maison du Capitole, à Washington, DC, et devant le bâtiment regroupant les sièges de plusieurs médias, dont Fox News, NBC News et C-Span. Jeudi 14 avril, un deuxième bus a rejoint le premier groupe, déposant quatorze personnes en provenance du Venezuela, du Nicaragua, de et de Colombie. Enfin, vendredi 15 avril, un troisième bus a déposé à nouveau une trentaine de personnes.

Le gouverneur républicain de l’État indomptable précisait qu'il entendait ainsi répondre « à l’échec continu du président Biden à sécuriser la frontière », ajoutant : « Nous aidons ainsi nos communautés locales, submergées par des hordes d’immigrants clandestins. Pour désengorger, nous affrétons des bus pour déposer ces personnes à Washington, DC, la capitale des États-Unis, où l’administration en place pourra répondre plus rapidement à leurs besoins. »

L’envoi de bus est également une réponse au manque de considération et à l’abandon ressentis depuis un an. Si Joe Biden et Kamala Harris ne daignent pas se déplacer à la frontière pour voir ce qu’il s’y passe, « nous leur apporterons la frontière », clament les Texans, submergés de travail. De même, les analystes politiques voient dans cette opération une tentative d’attirer l’attention sur ce dossier quand, dans le même temps, l’administration démocrate fait tout pour aider l’Ukraine à défendre ses frontières. Le lieutenant-gouverneur du Texas Dan Patrick, interviewé par Fox News, explique : « Nous espérons que cela créera une crise constitutionnelle avec le gouvernement fédéral. Ils ne peuvent pas permettre aux États-Unis et au Texas d’être envahis. Nous aimerions que la Cour suprême réaffirme qu’un État a le droit de protéger ses propres citoyens. »

L’organisation texane prévoit plusieurs bus pouvant chacun transporter jusqu’à quarante personnes. Les premiers ont pris à leur bord des migrants sur la base du volontariat, dans la vallée du Rio Grande et dans le comté de Terrell.

Interrogée, mercredi 13 avril, en conférence de presse, la porte-parole de la Maison-Blanche, Jen Psaki, ne semblait pas choquée par les événements et s’est voulue rassurante. Elle a répondu aux journalistes que les migrants arrivés dans la capitale administrative étaient « tous passés par les procédures du Bureau des douanes et de la protection des frontières des États-Unis (US Customs and Border Protection, CBP). Ils ont donc le droit de voyager [NDLR : en attendant le traitement de leur demande d’asile]. C’est donc bien que l’État du Texas les aide à se rendre à leur destination finale. » Par ailleurs, « ils sont en lien avec les autorités appropriées ».

En revanche, le commissaire du CBP, Chris Magnus, n’y est pas allé de main morte à l’encontre de Greg Abbott qui, selon lui, prend des mesures « sans coordination adéquate avec le gouvernement fédéral et les communautés frontalières locales ».

Rappelons que, le 23 mai prochain, sera révoquée la législation « titre 42 » mise en place dans le contexte du Covid-19 pour limiter la propagation de la maladie. Cette ordonnance exceptionnelle – car elle ne passe pas par la législation sur l’immigration – permettait, depuis mars 2020, d’expulser plus facilement les sans attendre leur procédure de demande d’asile.
La mesure prise par l’administration Biden fait craindre une explosion des passages illégaux à la frontière mexicaine et une crise humanitaire sans précédent. À cet égard, un membre de l’administration mexicaine expliquait au Daily Mail : « Cela va créer le chaos, pour eux comme pour nous. »

17 avril 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 8 votes
Votre avis ?
12 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires