Le vendredi midi, LCP, la chaîne parlementaire, propose « Politiques, à table ! », un magazine articulé autour d’un déjeuner partagé avec un politique. Vendredi dernier, le 2 décembre, les animateurs – Jean-Pierre Montanay et Brigitte Boucher – avaient invité le benjamin de l’Assemblée, . Pas vraiment un rendez-vous gastronomique… En effet, son restau étoilé, c’est la cantine d’. À tel point qu’en une minute et treize secondes, il cite la marque pas moins de dix fois. Le dialogue est surréaliste.

« Alors bon, dit , j’ai fait des rendez-vous, enfin j’ai fait, maintenant j’en fais plus, des rendez-vous à IKEA. […] Avant, j’ai fait beaucoup dans le syndicalisme et, là-bas, vous avez des hot-dogs, notamment des hot-dogs végétariens pas cher, et donc, du coup, ben voilà… IKEA… »

« Vous habitez à côté d’un IKEA ? », demande Brigitte Boucher

« Non, mais quand il y en a qui avaient des voitures, on allait chez IKEA. Moi, j’ai pas le permis… Du coup, on me disait "où est-ce qu’on va aller ?" Moi, je disais on va aller chez IKEA. Y me disaient "je vois pas pourquoi tu veux aller chez IKEA". Moi, je disais fais-moi confiance. Et, donc, les gens découvrent, et donc, c’est possible aussi de faire des rencontres amoureuses à IKEA. Parce que… »

« Ça vous est arrivé ? », interroge la dame.

« Oui. Déjà, vous allez visiter des meubles que vous pouvez pas vous acheter, ensuite l’objectif c’est aussi de découvrir des choses, de partager des choses, de se surprendre un petit peu. Donc, du coup, IKEA, très bonne astuce, je recommande. Personnellement, c’est le hot-dog végétarien qui m’a conquis. À certains moments, les plats végétariens sont bien meilleurs que les plats avec de la viande et je pense qu’ est le meilleur en la matière. »

Il est joufflu, Louis Boyard – un abus de burgers, peut-être –, et même s’il laisse une pilosité naissante lui courir sous le nez et sur le menton, il a encore le visage poupin de l’adolescence, les idées butées et l’arrogance qui vont avec.

À 21 ans, investi par LFI, il s’est retrouvé député du Val-de-Marne. L’occasion de se ramener sur le devant de la scène : nommé, selon la tradition, secrétaire du bureau de l’Assemblée lors de la séance de rentrée, il a refusé, avec sa copine Danièle Obono, de serrer la main des élus RN. Très fier de cette action d’éclat, il a déclaré, le lendemain, sur BFM TV, combien il était important de respecter les « gestes barrières face à l’extrême droite ».

Il est vrai que le bagage intellectuel du gamin est assez limité. Comme bien des grandes figures de la gauche, a démarré sa carrière politique au lycée, dans les manifs contre Parcoursup. Devenu président de l’UNL en 2018, ça ne lui laissait sans doute guère le temps d’aller en cours. Son heure de gloire fut une blessure au pied reçue, dit-il, lors d’une manif des gilets jaunes. Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner assura alors qu’il s’était blessé en tombant d’une statue et non pas touché par un tir de LBD comme il le prétendait…

Bref, pour grimper les marches du syndicalisme étudiant, même en claudiquant, Boyard entama une année de fac de droit. Il faut bien quand même être (un peu) étudiant quand on prétend être leur porte-parole… Puis il a tenté la poursuite d’un BTS communication par correspondance, vite abandonné, avant d’entreprendre une carrière télévisuelle : d’abord chroniqueur dans « Les Grandes Gueules », sur RMC, puis dans « Touche pas à mon poste ! » sur C8. Une soupe dans laquelle il crache aujourd’hui, ce qui lui a valu récemment les foudres du gourou Hanouna.

Maintenant, a les fesses au chaud dans les fauteuils de l’Assemblée d’où il distille ses leçons de morale à deux balles et ses recettes de cuisine indigeste. Mais est son ami. Un ami vraiment très cher...

7485 vues

5 décembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

31 commentaires

  1. Huit fois le mot ikea, six fois l’expression « du coup », très en vogue depuis quelques années, cela en dit long sur la richesse culturelle et sémantique de ce jeune homme déconstruit et démontable comme un kit de la firme suédoise.

  2. La question a sûrement déjà été posée : mais que fout ce genre de personnage à l’Assemblée Nationale ? Représentant du peuple, mais lequel ? Ce zozo qui braille contre les capitalistes ne crache pourtant pas sur ses indemnités de parlementaire…

  3. Exemple parfait du capitalo socialiste. Tout cela ferait rire si à l’étranger hors UE nous n’étions pas mis dans le même sac et catalogués de débiles. Il est vrai néanmoins que dans certains coins de S et M les corbeaux volent très bas. On se demande où l’on va s’arrêter, en ce sens il faut bien reconnaître que face à ça, Macron a bien raison d’en profiter.

  4. Bagage intellectuel limité , non non bagage intellectuel inexistant .Mais dites moi on le paie pour ça et sérieux qui a voté pour lui? Ben entre lui , Rousseau , Hidalgo et …je vais m’arrêter la liste des incompétents est trop longue on est pas sorti de l’auberge .Ma pauvre France .

  5. Ceux qui m’inquiètent plus encore, ceux sont les 15087 électeurs de la 3ème circonscription du Val-de-Marne qui ont glissé un bulletin à son nom dans l’urne des dernières législatives…

  6. « Il est vrai que le bagage intellectuel du gamin est assez limité » Dites-vous
    Parce que vous croyez vraiment qu’il ait un tant soit peu de bagage intellectuel ?
    Ceux qui ont cotoyé ce genre de zozos syndicalistes de gôche, savent à quel point leurs vues et leur langage sont limités à la haine du capitalisme qui les fait pourtant vivre.
    Car ce petit bobo n’a jamais connu la misère.

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter