Penaud, et menteur en diable, le président de l’État le plus puissant du monde jure ses grands dieux que jamais les États-Unis n’ont voulu construire une démocratie en Afghanistan. Au moment même où son gouvernement promeut la « libération » et l’égalité des minorités, au point de transformer ces revendications en opérations punitives à l’encontre de la majorité obligée de s’humilier… après vingt ans de guerre asymétrique, l’ américaine abandonne le terrain, offre son matériel et livre ses alliés locaux à des groupes fanatiques soumis à une archaïque pour laquelle la contrainte, l’inégalité et l’oppression des minorités sont la loi. Au moment où les États-Unis ouvrent à nouveau leur frontière à une immigration qui va diluer davantage la nation américaine, l’ethnie pashtoune qui domine les talibans et, à travers eux, l’Afghanistan, ferme les frontières du pays et y enferme un « peuple » en vue de le punir et d’en exclure les dissidents.

Qui ne voit que l’absurdité du scénario afghan ne fait que refléter l’absurdité de nos sociétés « progressistes » ? L’« ubris », la démesure de la « libération », qui conduit à se libérer des règles, de la morale traditionnelle, de la famille, de la nation, des interdits sur le plan sexuel ou celui des addictions conduit à une société où la transgression à l’usage des minorités a pour corollaire la répression de la majorité. La pensée unique progressiste censure le conservatisme, l’avortement est devenu un droit sacré, la salle de shoot est financée par les taxes qui pleuvent sur celui qui « fume des clopes et roule au diesel ». Plus les capacités scientifiques et techniques grandissent, plus les peurs émasculent les États et la volonté qui doit les animer. Plus la science progresse, plus des savoirs incertains lui imposent des limites. Notre mode de vie hédoniste, consumériste et égoïste assèche notre démographie, déséquilibre nos générations, produit cette « peste blanche » qui tua l’Empire romain, et l’on veut y remédier, non en favorisant une familiale que l’on s’acharne à détruire au nom du « progrès », mais en ouvrant les portes à une immigration qui va altérer notre culture, accroître les inégalités, renforcer les contraintes et, en définitive, augmenter la violence ou générer du terrorisme.

L’humanité a fait reculer la mort, et c’est un progrès. Elle n’a pas, pour autant, atteint l’immortalité terrestre. Et c’est cependant ce fantasme qui anime la sanitaire actuelle. La pandémie du Covid-19 a tué 0,18 % des Français dont beaucoup, en raison de leur âge ou de comorbidités, n’ont subi que l’accélération d’un processus inéluctable. Beaucoup moins que les cancers ou les affections cardiaques, qu’on a moins soignés en raison de la mobilisation contre le virus. L’insuffisance des moyens hospitaliers a conduit à multiplier les atteintes à des libertés essentielles comme celles de se déplacer ou de se réunir, au confinement inspiré du modèle totalitaire chinois, sans son efficacité, mais avec des conséquences économiques désastreuses. La différence entre les pays qui ont usé de ces moyens extrêmes et ceux qui se sont abstenus n’est guère probante. La rapidité des résultats obtenus par la recherche médicale contraste avec l’étirement, le chevauchement et la succession des décisions politiques mal justifiées et dont on peut se demander si, avec l’opportunité sans cesse renouvelée des « variants », elle ne poursuit pas un autre objectif que de sauver momentanément certains Français de la mort : pérenniser la situation d’urgence et le besoin d’ordre sanitaire, à défaut d’un ordre plus général, jusqu’aux échéances prochaines, au profit du pouvoir en place.

Si le sens de l’action d’un gouvernement est de survivre le plus longtemps possible, si le sens de la vie humaine est de la prolonger au maximum, quelles que soient les conditions dans lesquelles cette prolongation s’effectue, si la démocratie consiste à donner le pouvoir à des gens qui ne savent plus quel est le sens du mot « démocratie », et qui se révèlent des ludions ballottés entre les modes idéologiques et les pressions médiatiques, on voit bien que c’est le bon sens qui a déserté la planète, si tant est qu’il l’ait jamais habitée.

26 août 2021

Partager
BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

5 6 votes
Votre avis ?
61 Commentaire(s)
le plus populaire
le plus récent le plus ancien
Commentaires en ligne
Voir tous les commentaires