L’aveu de Raphaël Glucksmann : la gauche est devenue « le camp du mépris social »

Capture d'écran
Capture d'écran

Il en faut un, ou une. Cette année, la coqueluche, ce sera lui : Raphaël Glucksmann. Le patron de la liste PS-Place publique serait ainsi en train de tailler des croupières à Mélenchon et à Macron.

Le constat s’impose en effet : ce beau produit du socialisme chic attire aujourd’hui les enfants de la gauche caviar, cette génération du PS convertie au véganisme et à la trottinette ; il compte bien la ramener dans le droit chemin de la gauche humaniste dont il est le héraut. Car il le déplore et l’a dit, dimanche, lors de son entretien au Grand Jury-RTL-Le Figaro-M6-Paris Première : « la faute de la gauche », dont il est en effet le parfait représentant, est d’être devenue « le camp du mépris social ». Et de battre sa coulpe : « Ça doit nous empêcher de dormir, ça doit nous prendre aux tripes. »

En même temps, comme dirait Macron, ce qui l'empêche de dormir est moins le fait que les petits marquis socialistes aient déserté les usines et les campagnes que « de voir dans les sondages que les ouvriers s’abstiennent ou votent Rassemblement national ». Car Glucksmann, ce bébé de l'extrême gauche maoïste (son papa, le philosophe André Glucksmann, en était un fervent militant), qui dit sur son site défendre « une vision du monde radicalement démocratique, écologiste et humaniste », a un ennemi juré : Jordan Bardella. Le danger, le seul, c’est l’extrême drouate. Il s’agit, dit-il, d’un « échec collectif, d’abord du gouvernement et d’Emmanuel Macron lui-même qui avait promis de supprimer toutes les raisons du vote RN ». On lui rappellera que le même Macron avait aussi promis qu’à la fin de son premier mandat, il n’y aurait plus un seul SDF dans les rues…

Rien d’original, là-dedans : c’est la position de tous les grands démocrates de gauche et du centre, dans ce pays.

Il faut dire que les dernières estimations pour les européennes sont plus que favorables au RN, donné aujourd’hui à 30 % des intentions de vote, devant la Macronie et ses alliés (16,5 %) et devant la liste Glucksmann à 12 %. C’est ce positionnement dans le trio de tête qui affole non plus Saint-Germain-des-Prés (ça, c’était du temps de son papa) mais les bords du canal Saint-Martin et la rédaction de Mediapart.

Qui sont les « switchers » ?

Il semble, en effet, que la liste Glucksmann fasse son marché à la fois chez les déçus du macronisme (jugé trop à droite) et les déçus du mélenchonisme (trop radical). La fondation Jean-Jaurès s’est penchée sur ces switchers et les raisons qui les font basculer. Quelques grandes lignes se dégagent : électorat plus souvent féminin, urbain, à haut revenu (supérieur à 3.500 euros nets mensuels). S’agissant de LFI, « c’est au sein d’une catégorie particulière de l’électorat Mélenchon que Raphaël Glucksmann puise une partie de ses voix : un électorat plus âgé, plus riche et de centre gauche ». De l’autre côté, on pointe l’échec du « en même temps » : « Alors que le macronisme avait construit son identité sur le dépassement de l’opposition gauche-droite [...], l'électorat de centre gauche trouve en Raphaël Glucksmann un candidat qui correspond mieux à son positionnement. »

Se sentant pousser des ailes, Raphaël Glucksmann va donc, lui aussi, concentrer ses tirs sur Jordan Bardella, empruntant à l’argumentaire général contre le RN. Et de tonitruer : « Ce n’est pas un vote anodin. Le RN a pris le parti depuis plus de dix ans de la tyrannie étrangère de Vladimir Poutine. » Et d’ajouter : « Ces gens-là [le RN] sont des patriotes de pacotille. Ils sont en réalité des idéologues qui servent des intérêts étrangers. » Il peut en parler, lui qui fut le conseiller du président géorgien Mikheïl Saakachvili…

Marie Delarue
Marie Delarue
Journaliste à BV, artiste

Vos commentaires

27 commentaires

  1. La gauche s’est décrédibilisé totalement, on s’en rend compte par les sondages. La gauche cherche un électorat dans l’islam de France sauf que du coup elle perd dans l’électorat citoyens Français, pas sure qu’avec ce coup là elle s’y retrouve gagnante.

  2. Ce candidat n’a t’il donc pas compris que les socialos au pouvoir ont détruit notre pays ? Que reste t’il donc de gauche dans ce pays à part la gauche caviar et l’anus de Mélanchon ? Je plains les gens de gauche de devoir choisir entre ces 2 bandes.

  3. Quand on a roulé comme conseiller de l’ex président voyou de Géorgie non réélu, puis dans les bagages du même nommé gouverneur d’Odessa et que l’on se présente comme le drapeau de la vertu …. Glucksmann devrait plutôt se présenter comme le candidat du yankeeland et de la CIA. Là, il serait dans le vrai.

  4. « Son papa, André Glucksmann, maoïste » … Puis, plus tard, comme d’autres, pro-Bush !!

  5. Il a oublié de nous dire qu’il a fait déjà fait le nuisible en Ukraine. Quand ces gauchos vont t’ils comprendre qu’on en a plus qu’assez de leur idéologie à dix balles. Que nous sommes conscients qu’ils ont pourris notre pays depuis 1968.

  6. Il faudrait peut-être lui rappeler a ce cuistre que les « socialos » ont été au pouvoir et qu’ils auront réussi une chose ; c’est de « foutre » un beau bordel en FRANCE , ils ont entamés le déclin de la FRANCE .Si la FRANCE est dans cet état , ils en sont en partie responsables . Et ces gens veulent nous donner des leçons ! Quelle outrecuidance !

  7. la gauche est devenue « le camp du mépris social » la gauche c est les trahisons des peuples et c est devenue une maladie mentale
    Le socialisme, c’est toujours l’histoire d’une spoliation méthodique exercée aux dépens du peuple.
    Les unes après les autres, les catégories sociales et professionnelles se font arracher progressivement leur bien.
    Puisque les besoins sont sans limite, la spoliation l’est aussi.
    Elle ne cesse qu’avec le dépouillement complet des victimes. Malheureusement pour l’oligarchie au pouvoir,
    les dites victimes viennent ensuite grossir la masse des assistés,
    ce qui oblige à de nouvelles spoliations exercées contre des catégories de moins en moins aisées.
    Quand il n’y a plus de gens à dépouiller, le socialisme redistributeur cesse et se fait violent afin d’étouffer le mécontentement général.

    Claude Reichman

  8. Un vrai gaucho , rien à espérer il roule pour lui , pour assurer éventuellement son avenir aux frais des français , nous avons tous bien compris qu’entre lui Mélenchon et Macron il n’y a aucune différence , se servir des français laborieux pour vivre dans l’opulence et achever la destruction de ce pays .

  9. Et c’est, bien évidemment, sur ce genre de type que l’on peut compter pour stopper l’immigration et l’ensauvagement de la société…

  10. Il est entrain de faire une découverte dans le style : Après la nuit, le jour. Il faudra éventuellement lui enseigner que l’inverse peut se dire.

    • André Glucksman né d’une mère Tchèque ex Autriche Hongrie et d’un père Ukrainien ex région Roumaine.

  11. Un français comme bhl..
    Français depuis 2 générations.
    Rien a voir avec un français de souche français depuis 10 générations.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois