[La semaine média] France Inter, radio pro-Hamas ?

Ghassan Salamé

Plus la gauche est démentie par le réel, plus elle s’entête et se radicalise. Cet adage s’observe sur le champ politique avec l’interminable dérive des Insoumis et autres prétendus écologistes. Il s’illustre également dans les médias et surtout France Inter, qui n’en finit plus de susciter la polémique. On savait la radio publique largement gangrenée par un islamo-gauchisme qui l’a amenée, par le passé, à manifester une grande complaisance envers tout ce qui ressemble de près ou de loin à un musulman. Mais l’antenne vient manifestement de passer un nouveau cap à l’occasion de la guerre opposant Israël au Hamas. Au vu de nombreux dérapages, on peut légitimement se demander si, désormais, France Inter ne fait pas délibérément le jeu des islamistes.

Un négationnisme d’atmosphère

Rien que cette semaine, tout a été fait pour nier l’antisémitisme ambiant et, surtout, invisibiliser sa nature politico-religieuse. Prenez, par exemple, cette histoire d’étoiles de David taguées dans plusieurs arrondissements de la capitale. France Inter en a bien parlé, s’est même rendue sur place pour réaliser un micro-trottoir, mais n’a apparemment croisé que des gens qui n’y voyaient rien de significatif. « C’est des guignols qui font ça, c’est tout », jure un passant prénommé Ramzy. « Ce sont peut-être juste des petits cons qui voient ça comme un jeu », assure une autre. Et si c’était « un soutien à Israël, finalement ? », s’interroge même une voisine. Bref, que des témoignages qui vont dans le sens idéologique de la radio. Un hasard, sans doute…

Poursuivons notre revue des faits d’actualité de la semaine. Vous avez entendu parler de cet imam de Beaucaire condamné pour avoir appelé à la mort des Juifs ? Eh bien, ce n’est pas grâce à France Inter. Le site de la radio ne présente aucune mention de cette sinistre affaire d’antisémitisme islamique. Pas plus qu’il n’évoque les chants judéophobes que de sympathiques jeunes gens issus de la diversité ont entonnés dans le métro parisien, il y a quelques jours. On trouve bien un article intitulé « L’antisémitisme est là », mais le mot « islam » n’y est pas prononcé. On nous assure même qu’« il n’y a pas de vieil antisémitisme. C’est toujours le même dont il s’agit. » Ben voyons.

Sur sa lancée négationniste, la radio a terminé la semaine en beauté en invitant le politologue libanais Ghassan Salamé, qui se trouve être aussi le père de Léa… Au micro d’Ali Badou, l’homme s’est laissé aller à une analyse très personnelle de l’attaque terroriste du 7 octobre, affirmant que cette dernière relevait du même niveau de « barbarie » que la riposte de l’armée israélienne. Ni plus, ni moins. Les familles dont les membres ont été éventrés vivants ou décapités à coups de pelle apprécieront.

Des éléments de langage islamistes

Au-delà de l’exonération de l’antisémitisme musulman, France Inter n’hésite plus à reprendre les éléments de langage des pires organisations islamistes. Non contente de relayer chaque jour le décompte des morts gazaouis fourni par le Hamas, la radio semble militer ouvertement pour la fin de la riposte israélienne. Ses journalistes ne manquent en effet jamais une occasion de commenter d’un ton narquois le bien-fondé des opérations de Tsahal, s’inventant au passage des brevets militaires qu’ils n’ont pas.

Cette semaine, ils ont poussé le vice jusqu’à dégoter un ex-soldat israélien reconverti dans le pacifisme et, bien entendu, très critique à l’égard des opérations de son ancienne armée. « L’ancien soldat ne décolère pas face à l’opération actuelle dans Gaza », explique, sur un ton grave, l’envoyée spéciale de France Inter à Jérusalem.

Au sujet de cette riposte, le terme infâmant de « génocide » aura été prononcé cette semaine sur France Inter. C’était au détour d’une émission reprenant complaisamment le point de vue absurde de l’anthropologue Didier Fassin. Dans la même veine que le terme « nazi » utilisé, quelques jours plus tôt, par Guillaume Meurice pour qualifier le Premier ministre israélien, il s’agit là d’une rhétorique chère aux Frères musulmans qui vise à faire du Juif l’incarnation contemporaine du Mal. Un être génocidaire et diabolique qu’il est légitime d’abattre dès que l’occasion se présente. Nul doute que France Inter, qui vient de sanctionner Meurice, ouvrira prochainement les yeux sur la gravité de ces propos et s’abstiendra, à l'avenir, de toute nouvelle « nazification » d’Israël. Ou pas.

Jean Kast
Jean Kast
Journaliste indépendant, culture et société

Vos commentaires

24 commentaires

  1. Il y a belle lurette que je ne conditionne plus mon besoin d’informations par le truchement de ce média sclérosé par l’absence totale de pluralisme.
    Ce qui m’exaspère c’est qu’ils le font avec mon argent.
    Il y a bien d’autres médias pour rendre compte avec plus de justesse des évènements qui se passent en France et dans le monde, et, ainsi pouvoir se forger librement une opinion.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois