Le gouvernement français aurait-il bénéficié d’une révélation soudaine au sujet de la crise migratoire ? Alors que, le 10 novembre dernier, Gérald Darmanin annonçait l’accueil « à titre exceptionnel » du navire Ocean Viking et de ses 234 migrants dans le port de Toulon – ou, plus précisément, dans l’arsenal -, à peine quelques jours plus tard, une autre famille a vu sa demande d’asile rejetée pour la quatrième fois en cinq ans. Une volte-face tout à fait brutale, certainement le premier d’une longue série de refus fermes et définitifs en matière migratoire.

Il faut dire que la famille en question n’a pas le parcours du « migrant idéal » : pas de mineur isolé, d’homme seul ou autre profil type, non. Un père, une mère et leurs deux enfants. Ils ne viennent pas du Maghreb mais d’Iran et, surtout, ils sont chrétiens. En résumé, ils ne constituent absolument pas des chances pour la France puisque la France croule sous l'excès de chrétiens. L’assimilation serait pourtant plus aisée mais, en France, on aime les défis.

Ainsi, Ata Fathimaharloei, 36 ans, et son épouse Somayeh Hajifoghaha, 37 ans, sont-ils logés avec leurs deux enfants dans un centre de demandeurs d’asile depuis cinq ans sans pouvoir obtenir gain de cause. Mi-novembre, la famille a reçu son quatrième refus de droit d’asile. La situation de ces Iraniens est désormais inextricable : convertis au christianisme, ils sont recherchés par le gouvernement iranien. Leur reniement de l’islam fait peser sur eux une menace de sanctions pouvant aller jusqu’à la mort.

Arrivé en France en 2018 après avoir parcouru 4.000 km à travers l’Europe, le couple dépose une première demande d’asile, rejetée par l'Office français de protection des réfugiés et apatrides (). Pour l'OFPRA, la conversion n'entraîne pas une mise en danger. La méconnaissance de la politique iranienne de la part de ce prestigieux office laisse pantois : les témoignages des convertis ayant fui l’Iran affluent pourtant, beaucoup rapportant leur crainte d’être tués par la police ou par leur propre famille en raison de leur abandon de l’islam. De là à dire qu’il y a danger… La notion devient soudain subjective.

En 2020, une nouvelle demande auprès de la Cour nationale du (CNDA) est déposée. La justification est, une nouvelle fois, ubuesque : la Cour juge que les preuves apportées n’attestent pas d’une conversion sincère. Maître Brivet-Galaup, avocat de la famille, s’emporte : « Nous avons pourtant fourni le texte traduit mentionnant les lois iraniennes en matière d'apostasie ! On a prouvé leur baptême, leur assiduité au culte, on a tout essayé. » Et d’ajouter : « Lors de l'audition, le juge a posé des questions étrangement intimes à Ata, lui demandant par exemple ce que sa conversion avait changé dans sa vie. Comment un magistrat peut-il juger d'une question aussi personnelle ? » Le justicier se fait confesseur l’espace d’un instant et la sentence est sans appel : son pénitent n’est pas sincère. Pour des institutions résolument laïques, voilà des compétences pour le moins inattendues.

La troisième et la quatrième demande ne sont pas plus concluantes : Ata ne témoigne pas assez de sa bonne foi. Il faut croire que l’argumentaire des 234 personnes précédentes était plus percutant.

7655 vues

30 novembre 2022

VOS COMMENTAIRES

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • Les liens sont interdits.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement !

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.

51 commentaires

  1. Me semble-t-il, ils sont réfugiés à Perpignan et leur congrégation protestante les prend en charge. Pourraient-ils faire une nouvelle demande comme migrants économiques, même sur les métiers en tension le temps de bien s’intégrer ?
    Ils ont déjà traversé toute l’Europe sans trop savoir où poser leurs valises, aucune autorité ne s’en émeut. Une pétition d’aide circule à leur sujet. Comment peut-on les aider ?
    L’Iran à un gouvernement théocratique, changer de religion est une apostasie, ils sont en danger de mort y compris par leur famille. Bonne chance à la famille d’Ata.

  2. je m’entraine a la défense tous les jours et croyez moi en cas de problème « grave » la justice setra la mienne, quitte a finir en cabane. ou est le temps de la résistance……….. mon père et mon beau père étaient « Francais Libres ». ils sont morts heureusement pour ne pas voir la décadence du pays

  3. C’est un avertissement. Les chrétiens ne sont pas en odeur de sainteté. Dans 20 ans, ils seront pourchassés et persécutés en France. D’ailleurs les premières prémices sont là, prêtre égorgé, etc. Ce sera le retour au temps des catacombes.

  4. Lamentable il est évident que les chrétiens n’intéressent pas l’U.E et la France suit. C’est une abomination. Les migrants d’une autre religion sont plus de intéressants semble t’il. Tout va à l’encontre d’ une politique logique.
    Le FREXIT devient inévitable tant cette organisation ubuesque fait n’importe quoi.

  5. La France, cet autre pays du tiers-monde… à fuir pour les générations actives éprises de libertés, de valeurs, de désir de réussir !

  6. Scandaleux ! Que pouvons nous faire pour mettre fin de manière positive à la situation de cette malheureuse famille. ?

  7. pour être admis il ne faut pas être chrétien, ces juges devenus un instant cardinaux sont convertis à la migration économique et refusent le vrai asile celui qui est politique, avec à la clé en cas e retour en Iran la peine de mort, mais ces juges-là n’en ont cure, il faut venir en bateau pour être considéré, ce doit être le critère d’acceptation de l’asile pour un chrétien, même s’il est converti récemment.

  8. Après l’abandon patent de l’Arménie par la France (préférant commercer avec les islamistes d’Azerbaidjan), cette église du pape François est à vomir. Quand rappelle-t-on Benoit ?

  9. Renaissance a une préférence pour accueillir les migrants musulmans du bateau ,mais ne veux pas de migrants chrétiens .
    Honte à Macron .

  10. Un petit stage en Iran ferait du bien à tous ces petits juges qui ne garderaient pas longtemps leur tête sur les épaules!

Les commentaires sont fermés.

  Commenter via mon compte Facebook

  Commenter via mon compte Twitter