Karine Duc, la viticultrice sortie de garde à vue, se confie à BV

Capture d’écran (5152)

« Mes droits ont été bafoués, c’est insupportable ! » Indissociable de son béret jaune, la médiatique syndicaliste Karine Duc, co-présidente (avec José Perez) de la Coordination rurale du Lot-et-Garonne (CR47), s’est confiée à Boulevard Voltaire à l’issue de sa garde à vue, ce jeudi, et nous raconte cette « rafle » des gendarmes, mercredi soir : « J’ai demandé à voir mon avocate, elle s’est présentée au commissariat peu de temps après mon interpellation. J’étais menottée sur le banc à l’accueil, les policiers ont refusé qu’elle vienne me voir parce qu’ils n’avaient pas tous les papiers. Ils n’avaient pas la possibilité de la laisser faire la consultation à laquelle j’avais droit. »

Si elle répète, au téléphone, que « tout va bien maintenant » et qu’elle ne sait pas « ce qui peut lui être reproché », manifestement, les gendarmes missionnés hier soir non plus : « Pendant toute la soirée, ils ne savaient pas si j’étais en hébergement ou si c’était autre chose, ils ne savaient pas précisément pourquoi j’étais là. » Et, ironie de l’histoire, « à plusieurs reprises, ils m’ont demandé qui j’étais. J’ai été fouillée trois fois. Ils étaient un peu dépassés par la rafle qu’ils ont faite. Ils ont interpellé et mis en garde à vue 80 personnes. »

Redonner ses lettres de noblesse à la paysannerie française

Surprenante arrestation, pour celle qui était reçue à Matignon le midi même à la table de Gabriel Attal et qui maintient avoir manifesté pacifiquement à Rungis, sans tracteur ni dégradations. Plus déterminée que jamais, la viticultrice agenaise tient à « faire en sorte que les agriculteurs ne restent pas dans la misère et puissent trouver de vraies solutions pour reprendre leur métier ». Ce qui la motive ? « Redonner toutes ses lettres de noblesse à la paysannerie française. On a été trop longtemps dénigrés, nous avons trop souffert de politiques et de mesures qui ont détruit un bon nombre d’agriculteurs », nous explique-t-elle.

Le courage et la persévérance ne manquent pas à cette viticultrice reconvertie en biodynamie, il y a quatre ans. Répondant à cet appel de la terre, cette fille d’agriculteur qui a d’abord exercé dans des services administratifs de structures agricoles (les Vignerons de Buzet, Terre du Sud, et la Coordination rurale) est repartie de zéro, avec des terres en friche. Patiemment, elle a économisé pour concrétiser ce projet et planter sa vigne. « C’était peut-être un peu culotté. Mais c’est aussi ma personnalité ! » confiait-elle à la presse locale, ajoutant : « Choisir la viticulture, ça s’est imposé à moi, les sols ne supportent guère d’autres cultures. C’est une terre pas facile à vivre, et on ne peut aller contre la nature, il faut l’accepter et faire avec. »

Un soutien des Français qui oblige et qui honore

Pour l’heure, Karine Duc nous avoue ne pas avoir pris encore connaissance de la série d’annonces prononcée par Gabriel Attal, ce jeudi à midi, en conférence de presse : « On était en train de se faire virer de la façon la plus impropre possible, on nous escorte de façon misérable jusque chez nous, on nous jette, je n’ai pas pu prendre le temps nécessaire pour écouter ce qu’il a dit. » Sa préoccupation consistait plutôt à « regrouper tout le monde afin de rentrer tous ensemble en groupe, et ne laisser personne dehors ».

Un sentiment perceptible d’amertume compensé, fort heureusement, par le soutien chaleureux des Français qui « oblige et qui honore » : « La population est avec nous. Des personnes nous arrêtent et nous soutiennent. Des gens venaient porter des aliments aux agriculteurs bloqués sur les convois et même le gîte pour ne pas qu’ils dorment dehors. Le peuple est à 300 % avec nous, alors que les cols blancs, malheureusement, nous ont complètement méprisés et dénigrés. »

Iris Bridier
Iris Bridier
Journaliste à BV

Vos commentaires

88 commentaires

  1. un gendarme peut arrêter quelqu’un sur le terrain même si ce dernier ne fait rien ? C’est la démocratie de Macron….!
    Qu’elle différence entre la Russie la Corée du Nord ? on enferme les gens et les gendarmes qui l’ont arrêté ne savent pas pourquoi ?

  2. L*Europe, vous trahi encore une fois. Il vont décider oui ou non si, on vous affame ! Comme les vaccins avec le gouvernement complice. Si les négociations avec les Pays d*outre mer, se comfirme, alors la France sera l*esclave de l*Europe. Le dernier moment d*ouvrir tout grand les yeux, avant que se soit trop tard.

  3. Darmanin ferait bien de ne pas tirer sur la ficelle car les Paysans ne sont pas des gens à se laisser faire, et ils ont raison.
    Les Forces de l’Ordre ont aussi de gros problèmes (petits salaires – travail les week-end, etc…Le jour où elles vont s’allier aux Paysans Darmanin n’aura plus qu’à refermer sa superbe. Et ce jour n’est sans doute pas lointain.

  4. De nombreux Français ont retenu une larme lors de cet épisode hautement douloureux. Les termes chaleureux « nos paysans » ont vite remplacé le ton habituellement neutre employé pour désigner « les agriculteurs », surtout après l’hommage vibrant de Philippe de Villiers, qui déclinait le mot pays en paysages et paysans. Curieusement, journalistes et politiques ont repris ses mots, avec plus ou moins de sincérité, mêlant pèle-mêle le pays, ses paysages et ses paysans. Le monde agricole a réalisé un véritable exploit, il a réussi à faire plier ces media et politiciens froids et indifférents, qui se sont crus obligés de vibrer avec le peuple. On a même entendu parler d’identité et de souveraineté, un comble ! Le monde les ignorait presque, aujourd’hui, les Français en ont fait leur étendard. Nos paysans nous nourrissent, s’ils meurent, nous mourons aussi.

  5. Karine Duc est devenue le symbole féminin de la défense des agriculteurs. Mise en garde à vue sans savoir pourquoi précisément et sur ordre. Les gendarmes très coopératifs avec nos chers paysans ont reconnu la même chose et vont certainement se faire rappeler à l’ordre pour cette information. Au passage le code de procédure pénale stipule que la mise en garde à vue, mesure privative temporaire de liberté, relève uniquement de la décision d’un OPJ , officier de police judiciaire. Staline est t-il revenu?

  6. Les forces de l’ordre sont parfois bien décevantes et leur obéïssance à des ordres iniques n’est pas à leur honneur…..il est vrai qu’il est plus facile de s’attaquer à des agriculteurs qui ne cassent rien qu’à des racailles qui cassent et démolissent tout ce qu’ils peuvent.

    • Je suis bien de votre avis. Nos FDO devraient se souvenir de nos ancêtres et du régiment des Gardes Française, chargé d’assurer le maintien de l’ordre à Paris, et qui a fait cause commune avec le peuple aux premiers jours de la Révolution !

  7. Répugnante façon de traiter nos Agriculteurs, Mais comment être surpris par ce deux poids deux mesures permanents de la part de nos dirigeants. Ils étaient à pieds, ils n’ont rien cassé d’après les reporters présents.

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Revivez le Grand oral des candidats de droite

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois