Après « Au théâtre ce soir », “Au tribunal aujourd’hui” avec présenté par vos chaînes d’info-divertissement préférées et la presse la plus déontologique qui soit.

Nous suivons son procès en direct comme un bon match de foot sans en perdre une miette. Jawad se menace, Jawad insulte, Jawad blague, Jawad délire… Tout cela est très divertissant, on ne manquerait pour rien au monde la suite.

On oublierait presque que « Le grand show de Jawad Bendaoud » (RTL) est un procès pour juger le présumé complice de l’attentat durant lequel les islamistes ont tué 130 personnes. On oublierait presque qu’avant d’être le « logeur de Daech », M. Bendaoud cumule treize condamnations depuis 2010 : stupéfiants, détention d’armes, conduite en état d’ivresse, violences conjugales, violences aggravées… Il suffit de lire le Code pénal pour estimer la légèreté des peines prononcées.

Selon l’avocat pénaliste Julia Katlama, “son attitude extravagante peut finalement lui être favorable” (franceinfo). Voilà de quoi dissuader les futurs Jawad d’être sous le feu des projecteurs.

On retrouve des similitudes avec le traitement médiatique de l’affaire Merah. La famille et les avocats des victimes avaient, à l’époque, demandé à France 3 d’annuler la diffusion d’un reportage qu’ils jugeaient indécent et obscène, tant les proches de M. Merah étaient mis en avant. France 3 avait maintenu la programmation, en ajoutant un débat à la fin du reportage – comme s’il y avait matière à discuter de goûts et de couleurs.

Tout comme “Les Guignols de l’info” qui donnaient une image fort sympathique d’Oussama ben Laden à travers sa marionnette, on insiste sur la bouffonnerie de M. Bendaoud en oubliant les victimes. Les victimes du terrorisme, également victimes de toutes ces condamnations de bac à sable qui n’ont, à aucun moment, mis hors d’état de nuire M. Bendaoud.

Évidemment, penser à tout cela donne vite un goût amer au pop-corn qu’on mâche devant BFM. C’est fou, ce que le réel peut gâcher la fête…

À lire aussi

La violence doit-elle porter un gilet jaune pour faire l’actualité ?

Quand manifestera-t-on pour que l’on s’intéresse enfin aux agressions du quotidien ? …