Une femme médecin prenant dans ses bras la botte italienne. Et ce message inscrit au-dessus : « Tout va bien se passer. ». Il y a quelques heures, des dizaines de taxis ont placé cette photo sur leur pare-brise avant, comme pour se rassurer. L’Italie, durement frappée par le coronavirus – on parle de plus de 1.300 morts -, tente de se rassurer, en effet, et la population, pour égayer ses journées et pour se donner de l’espoir, chante aux balcons de ses appartements ! Depuis deux jours, le « flash mob » est arrivé aux fenêtres. On sort de puissants haut-parleurs, on utilise de grosses enceintes et on fait crier, vers l’extérieur, de la musique classique. Cette initiative a été reprise dans une partie de la ville mais pas seulement. Plusieurs villes italiennes l’ont fait également. Une ambiance festive en pleine crise du coronavirus ? C’est une partie de l’âme italienne qui est en train de s’exprimer. Pour tenter de conjurer le sort, sans doute. Depuis l’imposition d’un par les autorités italiennes, il y a plusieurs jours déjà, Rome est désertée par sa population. Le est fermé. Le capitole, le cœur de la capitale italienne, la fontaine de Trevi, d’habitude noirs de monde, sont vides… et les hôpitaux tentent de soigner leurs malades.

En cette période noire, les Italiens n’ont pas perdu de leur ferveur. À l’entrée de l’église Santa Maria in Campitelli, par exemple, on peut lire cette affiche :

« Ici est vénérée l’icône de sainte Marie in portico, protectrice spéciale de la ville de Rome dans les adversités publiques et privée. Priez pour nous et pour le monde entier. » Pour les catholiques italiens, il y a urgence à prier le ciel, en effet ! Les hôpitaux sont débordés. Des patients meurent… faute de soins. Et une rumeur court : il pourrait ne pas y avoir de fêtes pascales, cette année, dans la capitale italienne ! Ce serait du jamais-vu dans l’Histoire romaine.

Armel Joubert des Ouches a joint, à nouveau, une jeune Française, Marie Perrin. Cette spécialiste du et de la Rome chrétienne habite au cœur de la cité.

15 mars 2020

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.