Stupeur et tremblements dans les mosquées… Découvrant, à l’occasion d’une visite aux Mureaux, ce que chacun pouvait voir depuis des décennies, notre Président vient de prendre conscience qu’il existait une « idéologie qui prétend que ses propres lois devraient être supérieures à celles de la République », mais avec le courage inouï de le nommer : le séparatisme islamiste.
Même non dénué d’arrière-pensées électorales, il y a du progrès !

Mais cette hardiesse en forme de Kärcher® basse pression est déjà contestée. Par la gauche, évidemment, mais aussi – et c’est plus gênant – au sein même du gouvernement puisque, selon divers organes de presse, un de ses membres aurait déclaré : « Un salafiste qui respecte les lois de la République, cela ne me pose pas problème ! Le salafisme ne mène pas au djihadisme. Ce sont deux sujets différents. »

Cannabis et crack sont aussi deux sujets différents, il n’empêche que celui-là mène plus souvent à celui-ci que la consommation de Cachou®, et que le fantasme d’un « salafisme républicain » rappelle immanquablement le parti d’extrême droite Nazisme et Dialogue inventé, jadis, par les humoristes du groupe Jalons… Et à part celle qui se pratique dans les loges, on voit mal ce que serait une religion « républicaine », dont les valeurs seraient différentes de celles prônées dans les monarchies belge, anglaise ou suédoise…

Est-il besoin de rappeler que le salafisme est un mouvement de l’islam qui prône le retour aux usages en vigueur à l’époque de Mahomet – pas franchement amicaux envers les mécréants -, qu’il est le socle idéologique avéré du terrorisme et son terreau le plus fertile, à l’étranger comme sur notre sol ?

Au lieu de brandir le principe de précaution pour une très hypothétique défense de « la planète », et puisque le localisme est à la mode, notre ministre ferait mieux de le mettre en pratique pour la défense de la culture et de la sécurité de ses compatriotes.

Vous reconnaîtrez peut-être un jour ce membre du gouvernement quand il dira quelque chose du genre :
« Il faut éviter l’assassinat, car il conduit au vol, qui est lui-même le chemin vers la malhonnêteté… »

À lire aussi

Purée de nous autres : Enrico Macias quitte la France si Marine Le Pen est élue

Mais ouf ! on n’en est pas encore là... …