Tout en se félicitant d’une baisse de l’IRPP (impôt sur le revenu des personnes physiques) de 20 milliards d’euros en trois ans, le gouvernement promet celle de 9,3 milliards d’euros en 2020 qui était annoncée lors du discours de générale du Premier ministre, le 12 juin de cette année.

Manière de remettre une couche séduisante sur le mur des lamentations de la rentrée…

J’ai déjà évoqué dans ces colonnes la profonde inégalité qui frappait les ménages dont 43 %, sur les 30 millions de foyers, acquittent seulement cet impôt direct.

Les dispositions prévues pour l’allègement ne vont, hélas, pas toucher tous ces assujettis. Certains verront leur dégrèvement dosé de façon homéopathique quand les plus chanceux observeront une réduction d’environ 350 € de leurs charges.

Quant aux 20 % qui gagnent plus de 2.350 € par mois – des riches ! -, ils sont exclus, et sans doute pour longtemps, de cette prodigalité gouvernementale. Si ce n’est pas sur-pressés dans l’avenir pour compenser le manque de recette pour Bercy !

Je recommande une explication quasi exhaustive faite dans l’émission « 24 Heures Pujadas » sur LCI.

Ce qui frappe, c’est le tripotage des tranches, pour exonérer les petits revenus. Ainsi, pour la première, le taux de 14 % sera abaissé à 11 %. Mais attention, sans que les imposables jusqu’à 41 % et 45 % en profitent ! Un vrai brouet de sorcière !

Bien entendu, les dindons de la farce, les 10 % impécunieux qui ne paient pas l’IRPP, ne retireront aucun bénéfice de ces somptueuses manipulations et pourraient, un jour ou l’autre, s’en offusquer bruyamment. Par exemple avec le support des gilets jaunes ?

Plus que jamais, la création de Joseph Caillaux – début du siècle dernier – a de vilains jours devant elle pour une minorité de citoyens. Avec la progressivité qui constitue déjà un déni d’égalité, voici la ségrégation supra-négative qui charcute encore un peu plus la société !

Le Portugal devrait s’attendre à un afflux d’émigrés français, tentés de vivre une retraite sereine sous un ciel cependant familier, aux belles couleurs européennes…

17 septembre 2019

BVoltaire.fr vous offre la possibilité de réagir à ses articles (excepté les brèves) sur une période de 5 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires insultants. La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de commentaires en majuscule.
  • L’utilisation excessive de ponctuations comme les points d’exclamation ou les points de suspension rendent la lecture difficile pour les autres utilisateurs, merci de ne pas en abuser !

Vous pouvez désormais commenter directement sur Boulevard Voltaire :

Pas encore de compte, inscrivez-vous gratuitement sur bvoltaire.fr

La possibilité d'ajouter de nouveaux commentaires a été désactivée.