Herblay-sur-Seine : À la médiathèque, impossible cohabitation des générations… sans vigiles

© Paralacre-Wikimedia
© Paralacre-Wikimedia

La société change, très peu d'enfants vouvoient encore leurs parents, attendent le dessert pour prendre la parole à table ou appellent leur instituteur « maître ». Avec le temps, les usages ont évolué. Peut-être trop…

Les habitants d’Herblay-sur-Seine en ont fait le constat. Au mois de septembre dernier, une ludo-médiathèque a été inaugurée dans la commune du Val-d’Oise. Dans ce « lieu ouvert à tous », comme l’indique Philippe Rouleau, maire (LR) de la ville, dans les colonnes de La Gazette Val-d'Oise, la cohabitation entre les différentes générations n’a pas été un franc succès. Sur Google, les avis des visiteurs en disent long : « Les ados vont et viennent bruyamment, comme dans une cour de récréation… C’est génial de les voir dans de tels lieux, mais respecter l’autre n’est pas une option… », « on se croirait sur une aire de jeux », « beaucoup trop bruyant »

Un manque de savoir-vivre criant

Certains jeunes ne semblaient pas avoir compris que dans un tel lieu, le silence était de mise. Des enfants couraient dans tous les sens, jouaient au ballon, criaient… Pour permettre à la ludo-médiathèque de retrouver le calme et pour répondre à la grogne des visiteurs adultes, le maire a pris la décision radicale de déployer une patrouille d’ASVP (agents de surveillance de la voie publique) au sein de l’établissement culturel. Ces employés de mairie en uniforme sont chargés de surveiller les individus turbulents, les jeunes pour qui le respect de l’autre est une notion vague, voire de faire leur éducation.

L’établissement culturel d’Herblay-sur-Seine est loin d’être un cas isolé. Partout en France, il est possible de constater que les bonnes manières sont de moins en moins partagées. Contacté par BV, un professeur de judo marseillais raconte : « Je fais autant de discipline que de judo. » Il remarque que les élèves sont de moins en moins respectueux des adultes, qu’ils répondent. À l’école, à la piscine, dans les transports en commun… partout, l’éducation fait de plus en plus défaut.

La faute à qui ? À une société en manque de repères à tous les échelons ? Aujourd’hui, peu de personnes incarnent l’autorité. Les éducateurs n’en sont plus, les politiques disent « ta gueule » sur les plateaux de télévision, la Justice est clémente… La notion d’exemplarité a disparu.

Les vigiles, les nouveaux éducateurs

Résultat : une partie de la population n’a plus de savoir-vivre. Il est désormais normal (pour certains) de jouer au ballon dans une médiathèque, de cracher par terre, de ne pas laisser sa place à une femme enceinte dans le métro, de s’opposer à son professeur ou d’insulter son voisin. Le respect des règles de vie en société n’est plus une chose naturelle. A contrario, les incivilités sont devenues monnaie courante. Au point qu’il faille des personnes capables de faire preuve d’autorité et de serrer la vis de ceux qui dérapent, partout et tout le temps, pour que les Français parviennent à vivre ensemble. Ce rôle d’éducateur autrefois endossé par les parents revient désormais aux agents de sécurité, aux vigiles et aux employés de mairie. Vive l’évolution !

Vos commentaires

37 commentaires

  1. l’église autrefois jouait également un rôle important dans l’éducation des enfants. le catéchisme nous apprenait les règles de moralité de base.

  2. Il serait pourtant simple pour cette médiathèque d’afficher un REGLEMENT INTERIEUR relaif à la fréquentation de l’ établissement, en signalant, outre les comportements interdits, les SANCTIONS (financières, voire pénales ) auxquelles s’exposent les contrevenants., à savoir les parents s’il s’agit de personnes mineures.

  3. Les bonnes manières sont aujourd’hui inconnues des parents eux-mêmes! A l’inverse de beaucoup de grands-parents gâtfiants, j’ai toujours exigé chez moi un minimum de tenue, notamment à table, quitte à passer pour un vieux ringard! Ce qui n’empêche pas mes petits-enfants, devenus un peu plus grands , de nous respecter et de nous aimer, comme nous les aimons!

  4. Au moins un agent de surveillance serait nécessaire dans la plupart des classes où, depuis belle lurette, le professeur passe bien plus de temps à faire de la discipline qu’à transmettre des savoirs.

  5. « La faute à qui ?  » Sérieusement, la faute à qui ? Au socialo-communisme qui a ruiné l’Education Nationale depuis des décennies…, NOTAMMENT !!!

  6. L’éducation à l’enfant Rois et la société zapping est une réelle régression sociétale ! Les hyper actif, les minorité(e)s, les gagas, mènent la danse … Dommage collatéral, avec l’age, cette gabegie, va tourner au dramatique !

  7. Les enfants ne sont que la copie conforme des parents. Ce sont les parents qu’il faut sanctionner et éduquer.

  8. Avant d’éduquer les enfants , il faudrait commencer par les parents !! Vaste travail !! Conséquence d’après Mai 68 « IL EST INTERDIT D’INTERDIRE  » !! On voit le résultat 1/2 siècle après et deux génération !!

  9. Cet article est la réponse point par point à faire à « Liberation » qui veut que les enfants « participent encore plus à à vie de la cité ». (Voir l’article de Mari-Camile Le Conte : »les enfants exclus de l’espace public »…) cité plus haut.

    • Il ne faut pas s’étonner que certains restaurants ou hôtels ne veuillent plus recevoir des familles avec des enfants plus ou moins bien éduqués qui courent entre les tables ou dans les couloirs …..

  10. Il serait intéressant que , au moins , une fois, les parents accompagnent leurs enfants pour connaitre les lieux et voir de quoi il retourne .

    • À quoi cela servirait-il? Seuls les parents « bien élevés » trouveraient à redire sur ce qu’il se passe parfois. Les autres n’y verraient rien d’anormal car on se diverti comme on peut….

Commentaires fermés.

Pour ne rien rater

Les plus lus du jour

L'intervention média

Les plus lus de la semaine

Les plus lus du mois